After – Chapitre 1

Titre original : After
Durée : 1h46
Réalisateur : Jenny Gage
Date de sortie : 17 avril 2019
Genres : Romance, Drame
Résumé : Depuis son plus jeune âge, Tessa était promise à un avenir tout tracé : une vie rangée, une brillante carrière, un mariage tranquille avec son fiancé de toujours. Jusqu’à sa rencontre avec Hardin à son arrivée à l’université. Grossier, provocateur, cruel, c’est le garçon le plus détestable qu’elle ait jamais croisé. Et pourtant, ce bad boy tatoué pourrait bien lui faire perdre tout contrôle…

Notation :

Avis :

Petit avertissement avant toute chose : je n’ai pas lu le roman. Je n’ai rien contre l’auteur ou les fans. Je comprends tout à fait qu’il existe une communauté de fans de cette saga littéraire. À vrai dire, je ne me prononce en aucun cas sur les romans, mais bien seulement sur le film et essentiellement sur le film en tant que tel. J’ajouterai que ce n’est que mon avis, avec ce que j’apprécie dans une romance et mes opinions personnelles. Ceci étant dit, c’est parti !

Globalement, voilà une romance un peu niaise, et superficielle. Plus spécifiquement, les 20/30 premières minutes sont intéressantes, le reste est rébarbatif. Tout ceci mérite un peu plus d’explications. Il existe des dizaines et des dizaines de types de romance, que ce soit dans les schémas, que dans les genres eux-mêmes. Ici, on tombe dans le style bad boy et fille sage. Un schéma très travaillé en romance et que j’apprécie énormément. On peut notamment citer la trilogie des Irrésistibles de Simone Elkeles, ou encore en découverte plus récente Mi vida es mia de Céline Jeanne, ou Sur ton chemin de Mikky Sophie. Je peux vous en citer encore des tas et des tas. Et ces romances ont toutes un point en commun que de nous présenter une fille sage, jolie (parfois vierge, mais je ne vais pas m’étendre sur ce fantasme de la jolie fille vierge) et un bad boy, canon, sexy et terriblement dangereux. Que ce soit dans ses choix de vie (type gangs, mafia, ou encore sport comme la boxe pour Never Back Down de Laura EL, etc…) ou psychologiquement parlant.

Dans After, on retrouve ce phénomène que j’affectionne particulièrement. Hardin est un homme mystérieux, terriblement séduisant et qui transpire d’une dangerosité attirante. La jolie Tessa se sent poussée vers lui, d’autant qu’en plus d’être magnifique, il semble savoir se servir de son cerveau. De quoi faire tourner la tête ! Mais, une fois les premiers baisers échangés, très rapidement le bad boy Hardin se transforme en ours en guimauve. À coup de bisous bisous n’amour n’amour. À l’opposée totale de la relation qui s’était installée initialement entre eux. La faute sans doute au format film, qui provoque une accélération malvenue. Le format série TV aurait peut-être été plus judicieux ?

Pour ce qui est des personnages secondaires, ils semblent encore plus secondaires qu’on le pensait. Quasi-invisibles et inutiles. C’est infiniment dommage, car il me semble qu’ils ont plus à offrir qu’une simple figuration. Dans la même optique, la mention « Avant lui, elle contrôlait sa vie » me semble un peu surfaite. Il faut dire que tout va tellement vite qu’on a à peine le temps de distinguer sa vie d’avant à celle qu’elle passe avec lui. Ce qu’on retiendra c’est qu’avant elle faisait ses devoirs, et que maintenant, elle préfère traîner dans une bibliothèque avec Hardin qui lui fait la lecture. Un vrai bad boy cet Hardin ! Cela aurait pu être une scène adorable si seulement tout n’était pas allé si vite… Rien que le synopsis nous promet bien plus « Grossier, provocateur, cruel, c’est le garçon le plus détestable qu’elle ait jamais croisé. » Ils ont pas du voir le film ! Bref, décevant. Terriblement décevant !

En bref :

Finalement, un film raté, qui va bien trop vite. La relation bad boy / fille sage propre à ce genre de romance est à peine effleurée qu’elle est déjà expédiée au profit d’une amourette d’adolescents. Dommage ! Terriblement dommage !!