Flower of Scotland, la liberté en héritage – tome 1 : L’héritière

Ce roman concourt au prix du cercle anonyme de la littérature.


Dernière lecture du prix, je vous parle d’un roman qui aurait davantage trouvé sa place dans la catégorie Imaginaire qu’en Réalisme : Flower of Scotland de Sophie Damge.

Résumé : A l’aube de fêter ses sept cents ans, la Fondation Wallace, créée en l’honneur de William Wallace, est menacée de tomber entre les mains de la mafia irlandaise.
Seule l’héritière légitime du Clan Wallace peut encore préserver son existence et ainsi lui permettre de continuer à œuvrer pour la Liberté à travers le monde.
Leena Normand voit sa vie basculer lorsqu’elle découvre qu’elle est cette héritière.
Commence alors pour elle une quête improbable et périlleuse qui la conduira sur les traces de son valeureux ancêtre, à travers l’Ecosse et son Histoire.
Pour sauver la Fondation et découvrir ses racines, il lui faudra affronter ses ennemis et surmonter bien des épreuves. Elle trouvera en chemin une aide inattendue, celle de… Sir William « Braveheart » Wallace.


Avis :

Entre fantastique, histoire et aventure…
Ce roman, que j’appréhendais un peu, s’est révélé être une belle surprise, bien que sa place dans la catégorie Réalisme du prix soit discutable. En effet, si l’aspect historique qui lui donne accès à la catégorie est bien mené, il n’en est pas moins que le fantastique et l’aventure sont très présents dans ce roman. C’est ainsi que, à mon sens, malgré une qualité littéraire certaine, cet ouvrage n’avait rien à faire dans cette catégorie. Outre cet élément, fondamental tout de même, nous avons là un roman multiple et pluriel qui nous transporte entre fantastique, histoire et aventure. Leena est une jeune femme incertaine, mais combative, forte d’une ambition à toute épreuve et qui sera entraînée dans une aventure sans précédent, parsemée de rêves fantastiques, où nous en apprendrons plus sur l’histoire d’un certain William Wallace. Sophie Damge mêle avec brio ces trois genres littéraires pour nous emmener dans son imaginaire.

Une mise en bouche…
Ce premier tome reste néanmoins bien léger en péripéties. En effet, on peut le qualifier d’introductif, de mise en bouche, pour poser les personnages et le décor. Appréciant lorsqu’on rentre rapidement dans le vif du sujet, j’ai trouvé le temps long au début. Sophie Damge prend le temps de poser ses protagonistes, les installer dans une vie sociale, leur tisser un passif, des relations… Et même si c’est fondamental pour la suite, j’ai tout de même subit quelques longueurs. Je suppose donc que le tome 2 est bien plus riche en aventure et action que ce premier tome qui reste, à mon sens, un petit amuse-gueule. Un apéritif avant le festin.

Les décors…
Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce roman, plus que l’aventure de Leena et ses compagnons, c’est bien la richesse des décors et surtout la manière dont l’auteur nous décrit ceux-ci. Je me suis laissée bercer par Londres, par Edimbourg… Je me suis laissée entraîner à travers Hyde Park, et la Old Town d’Edimbourg. J’ai adoré ces descriptions si vivaces, si vraies. Et évidemment, j’ajouterai les explications historiques qui ajoutent une plus-value non négligeable à ce roman passionnant ! Mais, tout de même, qui reste un peu adolescent pour moi, sans doute du fait du jeune âge des protagonistes, qui semblent être dans la vingtaine. Cet état de fait est d’ailleurs accentué par la plume simple de Sophie Damge, qui reste donc très accessible à un public plus jeune.

Au final, un roman trépidant, qui mêle fantastique, histoire et aventure. Une belle découverte qui reste ternie par sa place discutable dans la catégorie Réalisme du prix… Dommage !