C’est arrivé en avril – Philippe Meisburger

Titre : C’est arrivé en avril
Auteur : Philippe Meisburger
Éditeur : Auto-édition
Genre : Science-fiction
Résumé : Si on vous disait que demain, votre ville serait rayée de la carte ?
Si vous deviez fuir à la campagne, chez un ami dont la maison cache un secret qui va changer votre vie ?
Pour Vincent, c’est arrivé en avril. Le jour de sa rencontre avec Karine.
Qui est-elle ?
Pourquoi tient-elle à se rendre à Sedona, Arizona ?
Car s’il existe de meilleures dates que la fin du monde pour tomber amoureux, se pourrait-il que leur amour soit notre ultime espoir ?

Notation :

Avis :

Vincent est un interne en ophtalmologie. Il est aux côtés de son ami et collègue Dylan lorsque l’information tombe. Des villes explosent à travers les Etats-Unis. Plus le temps passe et plus le champs d’action s’élargit touchant tous les continents. Mais qui est à l’origine de ces attentats innommables ? Pourquoi Vincent se réveille seul avec une jeune aveugle à la suite d’une grosse explosion ? C’est arrivé en avril… et c’est plutôt mémorable !

Philippe Meisburger nous plante un contexte pour le moins préoccupant pour ne pas dire anxiogène. Des explosions successives, dévastatrices et meurtrières qui ne sont pas sans rappeler le problème actuel du terrorisme. Ces explosions ne sont pourtant que les prémices d’une aventure palpitante, entre action et romance. De quoi nous tenir en haleine tout le long du roman, fort de ses presque 600 pages. Finalement, c’est un véritable road trip que nous propose Philippe Meisburger, dans des Etats-Unis presque vidés de ses habitants.

Outre des décors bien plantés, on a également des personnages satisfaisants. Loin d’être exceptionnels, ils réussissent tout de même à être convaincants, bien que certaines scènes peuvent paraître un peu ridicules de mièvrerie. Ce qui est tout de même appréciable reste sans nul doute les réactions plutôt réalistes des protagonistes face aux différentes situations rencontrées.

Pour terminer déplorons un aspect qui plaira sans aucun doute à de nombreux lecteurs : le côté un peu trop adolescent à la fois de l’intrigue et de la plume. On notera des similitudes avec les séries Young Adult comme The 100 ou The Rain. Ces séries survivalistes, faisant suite à une catastrophe. Difficile d’échapper au côté adolescent lorsque les personnages ont à peine la vingtaine néanmoins. Ceci provoque, par ailleurs, une plume fluide certes, mais un peu trop simple à mon goût qui convaincra assurément les fans de Young Adult mais qui aura moins séduite l’amoureuse des styles affirmés que je suis.

En bref :

Un Young Adult bien construit, qui nous garde en haleine dans une aventure bien ficelée et addictive. À découvrir pour tous les fans de la science-fiction un peu survivaliste.

**Service de presse, via Simplement Pro