[REVIEW] Golem, le tueur de Londres

J’ai décidé de réaliser un article double sur, à la fois, le roman Golem, le tueur de Londres, mais aussi le film sortie directement en DVD en France. 

Le roman de Peter Ackroyd

Londres, 1880. Huit ans avant que Jack l’Eventreur sévisse à Whitechapel, la peur avait un autre nom…
Alors que les corps de deux prostituées ont été dé couverts dans le quartier voisin de Limehouse, la rumeur se répand qu’un Golem, figure mythique de la tradition hébraïque, erre dans les rues de la ville en quête de nouvelles victimes.
Ce qui n’empêche pas une troupe de théâtre de continuer à se produire dans les cabarets. Parmi les comédiens, Elizabeth et Dan Leno, adepte du travestissement.
Lors d’un spectacle, John Cree, bourgeois érudit et écrivain insatisfait, tombe sous le charme d’Elizabeth, qu’il épouse. Quelque temps plus tard, on retrouve le corps sans vie de John. Son journal intime révèle qu’il serait le mystérieux Golem. Mais sa femme semble, elle aussi, dissimuler bien des secrets…

Mon avis : Ce roman ne fut pas une pépite. J’ai retrouvé le style un peu vieillot que j’ai du mal à apprécier. Ceci étant bien sûr extrêmement subjectif, car je ne suis pas sans affirmer que ce style a de superbes qualités comme cette immersion à l’époque même de l’histoire. Je m’attendais à un roman un peu horrifique mais j’ai donc été beaucoup déçue. J’avais sans doute de trop hautes espérances, je pense aussi que la phrase d’accroche du résumé m’a induite en erreur « Londres, 1880. Huit ans avant que Jack l’Eventreur sévisse à Whitechapel, la peur avait un autre nom… ». Nous sommes baladés entre plusieurs époques, plusieurs moments et ça a eu tendance à me perdre un peu parfois. Néanmoins, l’histoire travaillée, l’intrigue maîtrisée fait que nous passons un bon moment en compagnie de ce roman. J’ai adoré suivre le déroulement des différents événements, en apprendre plus au fil des pages. L’auteur sait maintenir la tension, l’angoisse jusqu’au bout. Les mentions et présences de grands noms de l’Histoire m’a charmée également comme Karl Marx. Le contraste entre l’aspect comique de la profession de certains personnages et la dureté des actions d’autres a été très appréciable, comme pour équilibrer le tout, tentant de donner à tout ce mic-mac un aspect homogène. Je tiens à dire que rien que pour la chute, ce roman est à lire !

En bref, un bon roman à la structure complexe mais maîtrisée qui vous entraînera au dix neuvième siècle, au cœur d’une Londres effrayée… Pour vous le procurer, c’est par ici.

Le film de Juan Carlos Medina

Londres, 1880. Une série de meurtres secouent le quartier malfamé de Limehouse. Selon la rumeur, ces crimes ne peuvent avoir été perpétrés que par le Golem, une créature des légendes hébraïques d’Europe centrale. Scotland Yard envoie Kildare, l’un de ses meilleurs détectives, pour tenter de résoudre l’affaire.

Mon avis : Si le roman m’a plu mais sans plus d’euphorie, le film est en revanche une sacrée surprise ! Par les décors, la façon de parler, par les jeux des acteurs, par les lumières, l’ambiance, tout est rendu avec un talent certain. Les expressions des personnages sont ce qui m’a le plus charmée, j’ai tout simplement été subjuguée par le jeu des acteurs oui, et la manière dont ils ont réussi à garder l’essence du roman intact. Nous avons toujours cette chute qui retourne tout ce que nous pensions. Nous avons toujours ces différentes époques, qui nous permettent d’avancer dans le récit doucement. Comprenant, assimilant. Néanmoins, force est de constater que dans le film, je ne me suis pas du tout perdue en comparaison de certains passages du roman. La présence de Karl Marx a l’écran a été fortement apprécié, et surtout cet accent allemand lorsqu’il parlait anglais. Oui, je l’ai regardé en VO, et je pense que c’est la meilleure façon d’apprécier ce film à sa juste valeur.

Au final, que ce soit le film ou le roman, j’ai passé un bon moment avec cette histoire. Il est clair que le film apporte un vrai plus au livre, je vous conseille donc de le lire, puis de regarder ce film, prenant et addictif !

Roman reçu en service de presse de la part de la maison d’édition