UglyDolls

Titre original : UglyDolls
Durée : 1h28
Réalisateur : Kelly Asbury
Date de sortie : 10 juillet 2019
Genres : Animation, musical
Synopsis : À Uglyville, on aime tout ce qui est bizarre, on célèbre les particularités et la beauté cachée ailleurs que dans les apparences. Moxy, une drôle de petite créature à l’esprit libre, et ses amis les UglyDolls vivent chaque jour dans un tourbillon de joie et de bonne humeur, savourant la vie et ses possibilités infinies. Moxy est parfaitement heureuse dans cet endroit où personne n’est comme tout le monde. Mais sa curiosité naturelle la pousse à se demander ce qui peut bien se trouver de l’autre côté de la montagne où se niche Uglyville. Accompagnée de ses amis, elle va découvrir un autre monde, Perfection, une ville où les poupées ordinaires sont élevées pour être idéalement conformes aux critères conventionnels afin de séduire les enfants. Moxy et ses copains vont être soumis aux manipulations de Lou, la poupée idéale chargée de former les nouvelles recrues. À Perfection, les UglyDolls vont se retrouver confrontés à la différence, au rejet et à l’envie d’être aimés, mais ils finiront par comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’être parfait pour être extraordinaire et que la seule chose qui compte, c’est qui l’on est vraiment.

Notation :

Avis :

Dans un monde où les poupées ont une âme, deux lieux se distinguent : Uglyville et Perfection. À Uglyville vivent ces poupées qui ont été ratées. Et puis, à Perfection se trouvent celles qui se préparent à vivre leur vie de poupée aux côtés de leur enfant. Mais ce n’est pas parce qu’à Uglyville les poupées sont bizarres qu’elles n’aspirent pas à une vie normale avec un enfant… S’engage alors une véritable épopée pour Moxy qui décide qu’elle aussi a le droit au bonheur, malgré sa différence.

UglyDolls est un film d’animation bien mené, qui malgré une intrigue somme toute plutôt simplette, réussit à faire passer des messages importants, sans leçon de morale. Nous avons donc ce contraste entre ceux qui rentrent dans le moule, et ceux, au contraire, qui sont différents. Tout le film va tourner autour de cette envie de la part de ceux qui sont différents (les UglyDolls) de rentrer dans un moule de normalité afin d’être accepté. Or, et c’est bien la morale de ce film, ils se rendent rapidement compte que ce sont leurs différences qui font leur force.

Très bien tourné, ce message peut ainsi s’appliquer à bien des cas, et rappelle aux enfants la tolérance et le respect, aussi bien de soi-même que des autres. Ce fut donc une très bonne découverte dans cet aspect, bien que comme dit un peu plus haut, l’intrigue reste très classique, sans trop d’effort. Il faut dire que cela s’adresse aux enfants, ne l’oublions pas !

En bref :

Finalement, UglyDolls est une jolie découverte pour le message véhiculé, qui plaira d’ailleurs assurément aux enfants, même si on reste sur une histoire classique à l’ambiance presque identique aux dessins-animés du même genre. Peu d’originalité donc !

La première fois que j’ai été deux

Je vous parle aujourd’hui d’un roman qui fait son bout de chemin hors des sentiers battus : La première fois que j’ai été deux de Archibald Ploom a été une sacrée surprise !

Résumé : Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie.

Je tiens en premier à remercier l’auteur qui a pensé à moi pour chroniquer son ouvrage. Il a fait son petit tour des blogueurs et j’ai été une des heureuses élu. La chronique du blog Les perles de Kerry est d’ailleurs déjà disponible depuis quelques temps. Pour la lire, c’est par ici. Je suis en tout point d’accord avec elle, je vous explique…

Une superbe histoire d’amour…
J’ai plongé, sans vraiment penser aux conséquences, dans cette histoire d’amour si douce et délicate. On suit une jeune fille qui a des tendances digressives très importantes, un peu comme moi en fait. Elle nous raconte sa vie et loin de s’en moquer, on veut en savoir plus encore. On est vite pris dans sa routine, pas si quotidienne et on ne lâche plus la lecture. Elle rencontre un garçon, Tom, vous savez un de ces British un peu prétentieux et tellement à cheval sur le thé (le thé, c’est tout un art après tout). Elle le prend en grippe mais rapidement, elle apprend à le connaître. Lui et sa musique. Lui et son pays. Ils se découvrent et s’appréhendent. Ce qui m’a beaucoup plu est que nous ne sommes pas que dans une histoire d’amour. Le fond est passionnant. L’Angleterre, la musique… Finesse et simplicité sont les maîtres mots de ce récit qui vous emmènera à la rencontre d’une jeune fille, à la découverte d’elle-même.

Le ton de l’auteur…
Archibald Ploom a une de ces plumes qui ne vous lâche plus, après lecture. J’avoue avoir eu du mal à accrocher au début. Le style est très différent de ce qu’on a l’habitude de lire et j’ai été très surprise. En effet, le résumé reste simple, et ne donne pas du tout le ton du texte. Et puis, dès le deuxième chapitre, j’ai été happée. Dans l’impossibilité d’arrêter ma lecture. Karen digresse, digresse et digresse. Et malgré ça, on ne se lasse pas. C’est sans doute ça qui fait l’originalité du récit. On a un personnage principal qui se livre, tout entier. Un ton cynique par moment, des références littéraires appréciables à souhait et on découvre des artistes musicaux. J’ai ressenti toute la culture de l’auteur. J’ai été bluffée par sa plume et la facilité avec laquelle il jongle entre les pensées de Karen et la narration.
Ce roman aurait pu être un coup de cœur, mais comme Kerry le dit si bien dans son article, la forme n’est pas très adaptée. Ce qui m’a le plus dérangé sont les tirets des dialogues qui ne correspondent pas du tout à ceux usités d’ordinaire. Enfin, ça passe vite aux oubliettes.

Au final, une histoire d’amour qui nous emmène en Angleterre sous fond musical. C’est l’histoire de la découverte, des premières fois et de la prise de conscience. Un auteur à suivre, je vous conseille son roman avec ferveur ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par l’auteur