Le symbole de ton amour

Il y a quelques temps j’ai lu un roman qui m’avait beaucoup plu, liant science-fiction et romance M/M, oui, je parle bien de Zelko. Eh bien, VD Prin nous offre une suite pour Noël, sous la forme d’une nouvelle gratuite : Le symbole de ton amour.

Résumé : L’humanoïde Zelko a-t-il enfin trouver le vrai amour ?
Trois ans après s’être retrouvés pour ne plus se quitter, Zack et Zelko vivent leur amour avec passion et tendresse. Tout est parfait. Parfait ? Pas totalement.
C’est pourquoi Zelko va tenter de rendre leur vie encore meilleure, malgré ses doutes et ses interrogations. Zack et leurs amis seront derrière lui pour l’aider à y parvenir et à comprendre que certains symboles n’ont pas forcément la même valeur à ses yeux qu’à ceux des autres.
L’amour qu’il ressent pour Zack le guidera dans la bonne direction, pas à pas…
Retrouvez sans plus attendre la suite des aventures amoureuses de Zelko !


Avis :

L’histoire…
Cette nouvelle, qui s’apparente d’ailleurs peut-être plus à une novella par sa taille, se déroule trois ans après Zelko. Toute la thématique tournera autour du mariage, et tous les questionnements qui peuvent en résulter. Tout est dans le titre à vrai dire, et il me semble qu’il est parfaitement trouvé. Nous nous retrouverons une fois encore immergé dans la vision de Zelko mais aussi celle de Zack, leurs doutes et leurs interrogations.

VD Prin nous interroge…
S’il y a bien quelque chose auquel j’ai beaucoup accroché ici, c’est cette manière qu’a l’auteur de nous prendre à parti d’une façon détournée. Elle nous interpelle, nous interroge, nous demande notre avis sans vraiment le faire. Elle nous met devant des faits, et nous laisse le loisir de choisir notre voie. Comme ses héros, comme Zack et Zelko. Elle pose des certitudes, des doutes, des jugements, des avis, divergents ou non. Elle pose les bases d’un débat, des arguments pour, des contre, elle soulève l’opinion, soulève des questions. En quelques pages, elle m’a fait véritablement réfléchir au fondement du mariage. À son aboutissement, sa raison d’exister.

Zelko…
Zelko m’a encore une fois charmée. Lui et ses interrogations, ses débats, sa façon de tout remettre en question constamment et ses changements vis-à-vis de Zack. On peut voir à quel point l’amour qui les unit est fort lorsque Zelko, humanoïde droit dans ses bottes, remet toutes ses conceptions en questions, toutes ces certitudes, à coup de « Et si… ». Et si en fait, le mariage n’était pas seulement l’acte de rendre officiel leur amour ? Et si le mariage pouvait être plus que ça ? Plus que le passage des bagues aux doigts ? Ou l’enchaînement à un seul être pour la vie ? Et si le mariage… était un symbole d’amour ?

Au final, Le symbole de ton amour est une nouvelle de qualité et qui répond à nos interrogations sur l’histoire de Zelko. Une très belle suite, pleine d’amour et de magie. Pour vous la procurer c’est par ici, et gratuitement !

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Zelko

Voilà un roman qui m’a enchantée à la fois par la plume de l’auteur mais également par les thèmes abordés. Je vous parle donc de Zelko de VD Prin, chez Rise éditions.

Résumé : Le monde d’un humanoïde tel que Zelko se réduisait à peu de choses.
Une immense propriété sur Terre dont il était le majordome.
Un maître – Monsieur – qu’il ne voyait que quelques fois dans l’année.
Une curiosité insatiable et transgressive qu’il cherchait à assouvir à l’abri des regards indiscrets.
De son existence limitée, Zelko voulait s’échapper, se débarrasser de ses chaînes et ne plus être contrôlé par qui que ce soit.
Jusqu’au jour où Monsieur l’a entraîné avec lui sur une autre planète. Jusqu’au jour où tout a explosé.
Cette explosion l’a laissé avec des envies, des désirs qu’il ne connaissait pas. Surtout, elle l’a laissé face à un amour qu’il ne comprenait pas et qu’il ne souhaitait pas éprouver.
Alors, Zelko s’est rebellé. Zelko s’est libéré.
Il a seulement oublié un détail important. Qu’en n’écoutant pas ce cœur qui avait commencé à battre, il risquait de le perdre en chemin et de ne jamais le retrouver…
Cette romance pas comme les autres dévoile un récit hors normes qui invite à la réflexion sur l’humanité et la tolérance !

Une romance…
Zelko est clairement une romance M/M. Donc, aux fans de Boys Love et autres Yaoi, je vous conseille grandement cette lecture. Intéressons nous donc dans un premier temps à cette histoire d’amour entre Zelko et Zack. Elle est douce, compliquée au début. Ces deux personnages vont passer par différents stades, différentes étapes avant d’enfin être ensemble. J’aime les romances où nous avons un fil conducteur qui se dessine derrière. Pas juste de l’amour pour de l’amour. Ici, nous avons tout un univers, tout un historique qui se joue en arrière plan, et qui donne à cette romance ce côté pimenté qui m’a bien plu. Les scènes de sexes ne sont aucunement grivoises ou gênantes. Elles s’insèrent parfaitement dans le récit. J’ai adoré.

Sous fond de science-fiction…
Comme je le disais plus haut, ce n’est pas seulement une histoire d’amour. Nous avons toute une trame en arrière plan présentant un contexte, des lieux, un historique, un univers. VD Prin ancre son récit dans le genre de la science-fiction et reprend les codes propres aux récits de robotique. Elle cite notamment notre vieil ami Asimov et ses trois règles. Voilà quelque chose que j’ai beaucoup apprécié. Mieux encore, elle nous peint un monde de nouvelles technologies, de nouvelles planètes. Et on assimile toutes ses informations doucement, distillées à travers le récit sans à-coups. Un régal !

Où commence l’humanité ?
Voilà la question qui est clairement au centre du roman. Nombreux sont les ouvrages a abordé ce thème et les films aussi d’ailleurs. Cette prise de pouvoir par les robots, cette révolution… Comme dans Robopocalypse par exemple, ou par certains aspects, Transformers. Ici, nous ne sommes pas dans le révolte des robots. Plus dans la « révolte » du subconscient. Quand un robot, un humanoïde, se demande ce qu’il a de si différent des humains. Et ce qui fait des humains, des êtres humains. Pourquoi les plantes ne sont-elles pas des êtres humains ? Elles pensent, elles respirent, elles vivent. Alors, où commence l’humanité ? C’est d’ailleurs le thème d’une série TV que j’ai vu récemment et dont je ne vais pas tarder à vous parler : Westworld. VD Prin aborde cette thématique avec brio, nous donnant accès aux pensées de Zelko, à son questionnement, ses incertitudes, son évolution.

Au final, j’ai beaucoup apprécié ce roman, surtout pour sa trame SF en arrière plan et ce questionnement presque philosophique. Tout ceci met en relief la superbe de la romance M/M. Bref, un roman que je vous conseille vivement. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Ces jardins-là

J’ai donc lu Ces jardins-là de Higor Jika, publié dans la collection Freyja de Evidence Editions. Je lis peu de M/M et pour cause, j’ai une peur absolue de tomber dans le cliché. Ici, on en est loin et c’est peut-être pour ça aussi que j’ai apprécié le voyage.

Résumé : Les pérégrinations très instructives d’un élève policier dans le monde interlope, homo, d’une Côte touristique ;
Un commissaire vieille école. Un inspecteur ouvert à la mémoire sélective, prêt à tout pour comprendre un stagiaire ambitieux. Et beau. Et craquant. On ajoute un malin ? LE malin ? Non. Un diablotin qui sait autant expliquer que pratiquer le verbe aimer – et la frontière est tellement mince, entre les sortes d’amour !
On est dans l’explicite. Cru ? Chaud, en tout cas.

C’est la première fois que je lis un tel ouvrage et j’ai été estomaquée !

L’intrigue…
Ces jardins-là c’est un polar, mais aussi du M/M et autre chose encore que j’aurai bien du mal à définir. C’est un texte à part en fait, hors-normes même. On a un crime, un meurtre, puis un garçon, un tonton, une histoire. On a du sexe, de l’humour bien pensé et une enquête. L’histoire tient la route, et nous on se laisse porter par la plume de Higor Jika. Et quelle plume cet Higor Jika ! Mais ça, c’est un autre débat auquel je vais revenir après.

Le M/M et le polar…
Ce roman est original et j’aurai tendance à dire marquant aussi. Je ne lis pas souvent de M/M mais mes dernières lectures de ce genre m’avaient déçu, puisque remplies de clichés. Ici, on en est loin et j’ai pris un grand plaisir à lire à la fois les scènes de M/M, et l’enquête en elle-même. Néanmoins, j’émets une réserve, car je ne suis pas sûre que ce texte convienne aux fans de M/M traditionnels. J’ai trouvé le style assez élitiste et peut-être un peu rebutant au premier abord, bien qu’exceptionnel en fin de compte. Ce mélange de littérature homosexuelle et polar m’a ravie. Parce qu’on a pas une simple histoire d’amour, c’est vraiment une intrigue très bien construite où le M/M s’intègre naturellement.

La plume de l’auteur…
Voilà, j’y viens. Et ça c’est un coup de cœur. Cette plume est magnifique. Higor Jika écrit d’une façon si crue et poétique à la fois que c’en est presque déstabilisant. Mais non moins ensorcelant. Quelle superbe voyage j’ai passé entre les lignes de ce roman et volontiers je m’y plongerai de nouveau si l’auteur sort un autre ouvrage. Au début, le style me faisait penser à un polar français, un film. Et j’ai tout de suite accroché. Puis, c’est devenu un peu brumeux, l’humour s’est installé pour laisser doucement sa place à la plume poétique, et à tendance salvatrice de l’auteur. Et puis, accompagnant la flicaille, l’humour pensé et maîtrisé est revenu, se liant aussi au style sans accroc de Higor Jika. Vraiment, ne serait-ce que pour le style de l’auteur qui sort des sentiers battus, c’est un roman à lire.

Au final, j’ai été ébahie, les yeux exorbités devant le talent littéraire hors du commun de Higo Jika. Ces jardins-là est un roman à découvrir. Pour vous le procurer, c’est par ici

Service de presse envoyé par la maison d’édition