Cheeky Love, tomes 1 à 9 – Mitsubachi Miyuki 

Titre : Cheeky Love
Auteur : Mitsubachi Miyuki 
Éditeur : éditions Delcourt
Genre : Romance
Résumé : Yuki est devenue la manager du club de basket de son lycée dans le but ultime (mais secret) de rester auprès du capitaine de l’équipe. Un jour, Naruse, nouveau membre du club, finit par apprendre le secret de Yuki. Le jeune homme tombe alors amoureux de sa manager et passe son temps à embêter l’héroïne, ce qui a le don de la rendre furieuse…


Notation :

Avis :

Yuki est la manager du club de basket de son lycée. Bien qu’amoureuse du capitaine de l’équipe, elle reste distante et bien sérieuse. Mais c’était sans compter sur l’attention particulière que lui porte Naruse, un beau-gosse, aussi doué au basket qu’à faire chavirer le cœur de sa Sempai.

Neuf tomes dévorés avec une rapidité incongrue, Cheeky Love se révèle aussi addictif qu’émouvant. Un shôjo plutôt basique néanmoins, sur la forme : une romance toute douce qui se dessine avec le beau-gosse du lycée qui s’intéresse à une fille plus que banale, bien que secrète. Avec ce message si souvent répété dans ce type de manga, que ça peut arriver à tout le monde, aussi insipide soit-on. Un peu abrupte comme manière d’aborder ce type de romance, mais c’est bien ce qui revient le plus souvent. On notera par ailleurs quelques mangas qui sortent un peu du lot, et notamment No longer heroine que je vous conseille grandement. 

« Derrière sa force se cache une faiblesse, une fragilité. Je n’aurais jamais dû le remarquer. »

La forme est posée, une romance somme toute classique dans les mangas. Mais qu’en est-il du fond et de ces thématiques qui se dégagent doucement, participant ainsi à l’attrait particulier de ce manga ? Tout d’abord, évoquons sans pudeur les deux héros, et en particulier la sérieuse Yuki, aussi intéressante que complexe. Yuki est un personnage très profond, avec un passé particulier qui a forgé qui elle est aujourd’hui. Et c’est Naruse qui représente le marteau qui va venir briser la carapace qu’elle s’est forgée durant toutes ces années. Pour nous permettre d’en apprendre plus sur elle, et de continuer à la découvrir au fil des tomes.

C’est bien ce qui donne à ce manga son peps, sans oublier évidemment, les scènes magistrales qui font battre nos cœurs de fangirl. N’omettons pas, par ailleurs, de citer le fond sportif de cette histoire, à savoir le basket, et toute la stratégie et la volonté de se surpasser que cela implique.

En bref :

Une romance plutôt classique dont la thématique sportive du basket et le personnage complexe de Yuki viennent lui donner un goût bien plus épicé. À découvrir à 6,99€ en version papier.

Stray Dog, tome 1 – VanRah

Titre : Stray Dog
Auteur : VanRah
Éditeur : éditions Glénat
Genre : Fantastique
Résumé : Dans un monde où se côtoient présent et passé, pierres antiques et technologies nouvelles, une ségrégation violente règne. D’un côté, les Karats, des démons pouvant prendre forme humaine, et de l’autre, l’humanité qui les a asservis pour s’en protéger. C’est au sein de cet univers sombre que vont se croiser deux personnes au destin incertain et que tout oppose : Aki, une jeune fille ayant perdu le sourire, et Toru, un Karat, un Lycan aux yeux rouges, possédé par une malédiction funeste. Ce qui les lie ? Un contrat d’obédience qui fait de la jeune humaine ayant juré de venger la mort de son père, assassiné par un démon, la maîtresse de Toru.


Notation :

Avis :

Toru est un karat, un lycan plus précisément. Ses yeux rouges révèlent bien plus sur lui qu’il ne voudrait en dire. Lycan puissant, il se retrouve néanmoins enfermé dans des bas-fonds où l’odeur du sang se mêle à celle de la peur… Réduit à se battre et tuer ses adversaires, tout prend un nouveau tournant quand apparaît un homme, bien présomptueux…

Premier tome pour le moins intéressant, qui a le mérite d’introduire brillamment une série de mangas qui paraît autant humoristique et légère, que poussée et pleine d’action. De quoi faire saliver ! Ce premier opus est néanmoins bien sérieux, avec quelques touches de légèreté bienvenue. Ce drôle de mélange provoque un sacré contraste pour le moins déstabilisant. Le seul point négatif d’ailleurs de ce premier tome. Néanmoins, la fin de ce manga ouvre sur des jours fait davantage de rires et de sourires. Ce qui donne, dès lors, fortement envie de découvrir la suite !

« Ishtar… Cité du vice et de la corruption. Une ville maudite, bruyante, assourdissante, nuisible. »

Qu’en est-il de la thématique principale de ce manga ? Plantée dans un décor suintant de meurtre et d’obscurité, planquée dans l’ombre d’une cellule miteuse, cette histoire révèle une utilisation plus qu’intelligente d’une mythologie déjà existante, à savoir le mythe de la Bête du Gévaudan. Le manga mêle avec brio sciences et occultes, pour produire un cocktail plus qu’explosif !

En bref :

Un personnage badass, complètement intégré dans un univers sombre, et porteur d’une véritable légende, assorti d’un équilibre savoureux entre sciences et magie. Une excellente découverte, à découvrir à 6,99€ en version numérique.

Ken’en : Comme chien et singe, tome 3 – Fuetsudo & Ichimura Hitoshi

Titre : Ken’en – Comme chien et singe
Auteurs : Fuetsudo & Ichimura Hitoshi
Éditeur : éditions Doki-Doki
Genres : Fantastique / Légende
Résumé : Une famille de kakuen, des créatures mi-hommes, mi-singes, a élu domicile dans le vieux sanctuaire abandonné du village de Mitsuke. L’un d’eux, Mashira, a adopté Hayate, un chien magique tueur de démons. Envoyé initialement pour l’éliminer, l’animal semble désormais déterminé à veiller fidèlement sur son maître.
Mais ce dernier se retrouve atteint d’un étrange mal après avoir voulu aider la déesse Yanahime. Son chien part alors seul dans la montagne, et tombe sur un esprit à la forme des plus surprenantes qui lui demande de l’aider à retrouver un remède magique…

Notation :

Avis :

Après un premier tome bien sympa et un deuxième tome plus poussé, ce troisième tome se révèle dans la lignée de ses camarades. Aussi frais, plein d’aventure et palpitant que les autres. Dès lors, dans ce troisième opus, plusieurs intrigues se mêlent, pour nous faire passer un excellent moment, et surtout, nous tenir en haleine tout du long, jusqu’à la dernière page.

Dans ce manga nous verrons donc la rencontre d’un chien magique et d’un champignon, une âme errante et malfaisante, et puis même un nouveau personnage. Un Kakuen qui va nous en apprendre énormément sur le passé de son espèce, et le pourquoi de leur défiance envers les humains. Une suite riche en nouveautés donc, aussi bien dans l’intrigue que dans les personnages.

Le duo Mashira/Hayate est toujours aussi adorable, et ils se rapprochent toujours un peu plus. Le caractère d’Hayate est toujours aussi difficile à cerner, quand on peut lire à travers Mashira comme dans un livre ouvert. Cela provoque un vrai contraste entre ces deux personnages. Un contraste rendant ces deux protagonistes d’autant plus intéressants. Par ailleurs, ce troisième tome nous permet d’en savoir plus sur les Kakuens, et leur relation aux humains. Ce qui pour le moins passionnant. On notera également qu’on se perd encore davantage dans ce Japon ancestral, que ce soit à travers les légendes, qu’à travers les superbes décors.

En bref :

Finalement, le tome 3 de Ken’en est une excellente suite, qui nous intrigue encore davantage quant à la suite de cette série. On se retrouve donc bientôt avec le tome 4 !

Dilemma, tome 1 – Hajime & Tatsuya Tôji

Titre : Dilemma
Auteurs : Hajime & Tatsuya Tôji
Éditeur : éditions komikku
Genres : Horreur / Fantastique
Résumé : Yuzuru n’est guère enchanté d’aller dans une nouvelle école. Pas très sociable, il préfère être seul et serait même prêt à souhaiter la mort de ses nouveaux camarades pour ne pas affronter cette épreuve…
Lorsqu’il arrive dans sa nouvelle classe, le drame commence : tous les élèves et le professeur sont morts, allongés sur le sol.
Encore sous le choc et dans un état de panique total, Wabiko, une jeune fille qui prétend être Dieu, entre en contact avec lui. Elle le plonge dans un dilemme infernal et lui demande de choisir qui elle doit ressusciter et qui elle doit laisser pour mort. Un choix impossible…

Notation :

Avis :

Un nouvel élève, clairement asocial et anxieux, débarque dans un collège. Tout à son angoisse, il attend son professeur principal devant la salle de classe, d’où lui parvient les discussions de ses camarades. Terriblement stressé, une pensée lui vient. Fugace. « Qu’ils crèvent tous ». Il n’aurait jamais cru qu’elle changerait sa vie à tout jamais…

Dilemma est un manga qu’on pourrait qualifier de classique dans le genre horrifique. Un peu survivaliste, un peu énigmatique, et un peu de suspense… De quoi nous faire passer un bon moment, mais rien non plus de transcendant. Il faut dire que l’intrigue n’est pas si travaillée. Le début est, par ailleurs, un peu trop abrupte pour paraître un tant soit peu réaliste. Et elle nous interroge tellement qu’on en ressent une frustration profonde…

Ce qui reste appréciable, en revanche, est, de fait, les dilemmes auxquels est confronté le personnage principal. Puisque de ces dilemmes découle une réflexion plutôt intéressante, et nous permettant de nous interroger sur la nature humaine et sa psychologie. Avec toujours cette même question dans ce genre de manga « Comment aurions-nous réagi à sa place ? »

Pour ce qui est des dessins, Tatsuya Tôji nous offre un tracé fluide, bien clair et très agréable. Les expressions des personnages lors des moments d’angoisse sont bien représentées, nous immergeant un peu plus dans le côté psychologique et suspense du manga.

En bref :

Un manga appréciable dans un moment de creux, entraînant un questionnement classique dans le cas de ce type de manga. Sans grande envergure non plus !