[Livre audio] Nightflyers – G.R.R. Martin

Titre : Nightflyers
Auteur : G.R.R. Martin
Lu par : Nicolas Planchais
Éditeur version audio : Hardigan
Genre : Science-fiction
Résumé : Les légendes parlent d’une race d’extraterrestres fabuleuse parcourant lentement l’espace, aux manettes de gigantesques vaisseaux à l’apparence de cités d’ombre…Moi, Karoly d’Branin, je leur ai voué ma vie, et mes inlassables recherches m’ont enfin permis de les localiser. Avec mon équipe, nous avons embarqué à bord de l’Armageddon, vaisseau du commandant Royd Eris. Et dans peu de temps, les volcryns seront enfin à notre portée.Mais en attendant, l’ambiance est de plus en plus pesante entre nous… Royd Eris refuse d’apparaître physiquement, préférant user d’hologrammes et de communicateurs muraux … Et Thale Lasamer, notre télépathe, fait état d’une menace sourde et mystérieuse…Peu importe ! Mes volcryns sont tout proches, et je ne les laisserai pas filer !

Notation :

Avis :

À bord de l’Armageddon, d’Branin et son équipe partent à la recherche des Volcryn, une race extraterrestre. Malheureusement, leur voyage ne se passera pas comme prévu. Il faut dire qu’à l’intérieur de ce vaisseau se cache un bien étrange mystère, aussi dangereux qu’inattendue.

Bon. J’ai commencé la série TV, mais je l’ai vite abandonnée. Un peu lente. Un peu lente. Et un peu lente. Beaucoup de bavardages pour pas grand chose. Mais voilà, je ne voulais pas rester sur un échec et je me suis lancée dans le roman, et en l’occurrence la version audio. Si la version audio, dans son aspect technique, est très bien réalisée, avec des changements de voix, de la musique et une sacrée immersion, le roman en lui-même n’a pas une intrigue des plus passionnantes.

Nightflyers est un huis-clos qui se veut angoissant, mais qui se révèle plutôt lent. Ce qui contraste d’ailleurs avec la petitesse du bouquin. Quelques épisodes un peu horrifiques viennent tout de même relever un peu le niveau, mais la SF ne paraît pas suffisamment poussée pour nous permettre véritablement de nous intéresser à l’univers. Plus encore, les personnages sont plutôt stéréotypés, et sans grandes surprises.

Nous sommes bien loin des Trônes de Fer et leur nombre incroyable de pages. Même si on retrouve la plume un peu vieillote (on dit vintage) bien que très agréable de GRR Martin, je suis passée à côté de ce roman, aussi petit qu’à l’intrigue superficielle.

En bref :

Un livre audio très immersif qui sauve à peine un roman à l’intrigue trop superficielle, postée dans un univers à peine effleuré. Dommage !

[Livre audio] La Machine à explorer le temps – H.G. Wells

Titre : La Machine à explorer le temps
Auteur : H.G. Wells
Lu par : Frédéric Kneip
Éditeur version papier : Folio SF
Éditeur version audio : Sonobook
Genre : Science-fiction
Résumé : La Terre en l’an 802.701 avait pourtant toutes les apparences d’un paradis. Les apparences seulement. Car derrière ces jardins magnifiques, ces bosquets somptueux, cet éternel été où les hommes devenus oisifs n’ont à se préoccuper de rien, se cache un horrible secret. Ainsi témoigne l’explorateur du temps face à des auditeurs incrédules. Depuis la conception de son incroyable machine jusqu’à son voyage au bout de l’Histoire, là où l’humanité s’est scindée en deux. D’un côté les Éloïms, qui vivent en surface, petits êtres gracieux, doux et décérébrés. De l’autre les terribles Morlocks qui ont fui la lumière pour s’enterrer dans un gigantesque et inhospitalier monde souterrain. Un monde où l’Explorateur du Temps devra s’aventurer s’il souhaite répondre à ses questions, et surtout revenir à son époque.

Notation :

Avis :

Un scientifique discute avec d’autres éminentes personnes, il explique qu’il a inventé une machine à explorer dans le temps. Bien entendu, personne ne le croit. Mais, quand il revient un peu débraillé, avec des fleurs jusqu’alors inconnues dans la poche et une histoire rocambolesque à raconter, le doute est enfin installé… Après tout, peut-être que cet explorateur a vraiment voyagé dans le temps ?

Grand classique de la science-fiction, ce récit est d’autant plus difficile à chroniquer que j’ai éprouvé deux sentiments bien éloignés et complètement contradictoires lors de mon écoute. J’ai trouvé d’un côté que ce récit était terriblement novateur, intemporel, et immersif. Et de l’autre, je l’ai trouvé vieillot, écrit de manière un peu lourde et de manière un peu trop descriptive. Et pourtant, cela ne m’a pas empêché de passer un excellent moment en sa compagnie.

La Machine à explorer le temps est un roman à lire (ou à écouter) ne serait-ce que pour apprécier les évolutions en matière de science-fiction jusqu’alors. Et évidemment, pour comprendre les origines de l’exploration dans le temps. C’est en cela qu’il reste très intéressant, et donc, innovateur. En outre, l’intrigue est bien construite, nous plongeant dans un monde inexploré, sous la forme d’un journal de bord, au style très descriptif. Et c’est là ce que je reproche à ce roman : son style trop descriptif, provoquant une quasi-absence d’action.

Pour ce qui est de l’immersion audio, c’est ici un véritable régal. Le ton est bon, le débit parfait, et surtout, le format audio est parfaitement adapté à l’aspect journal de bord du roman. Cela permet de faire passer l’aspect descriptif un peu au second plan pour vivre le texte, et nous immerger pleinement dans l’exploration.

En bref :

Un classique de la science-fiction inratable, à découvrir, aussi bien en version papier qu’audio, avec une préférence pour l’audio qui propose une merveilleuse immersion dans l’intrigue.

[Livre audio] La Chambre des merveilles – Julien Sandrel

Titre : La chambre des merveilles
Auteur : Julien Sandrel
Lu par : Sophie Duez
Éditeur version papier : éditions Calmann-Levy
Éditeur version audio : Audiolib
Genres : Drame / Littérature générale
Résumé : Louis a douze ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, sûrement encore à son travail. Alors il part avec son skate, fâché et déçu, et traverse la rue à toute vitesse. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre.
Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a répertorié toutes les expériences qu’il aimerait vivre un jour : la liste de ses « merveilles ». Thelma prend une décision : une par une, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Et les lui raconter. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Notation :

Avis :

Louis file sur son skate, à toute vitesse, perdu dans ses pensées d’enfant en colère contre sa mère. Et puis quelques secondes et c’est le choc. Un camion est passé. Et l’a percuté. Louis se retrouve alors dans le coma, devant sa mère complètement paniquée, désarçonnée… Et puis, au fil des jours, elle décide d’accomplir tous les rêves de Louis inscrit dans son cahier des merveilles.

Après en avoir tellement entendu parler, j’ai donc décidé de me lancer dans ce roman si apprécié, mais en livre audio. La chambre des Merveilles est un roman palpitant, qui nous permet de voyager et de vivre mille et une expériences aux côtés de Thelma. Cela nous permet de rêver les yeux ouverts, et nous donner à nous aussi envie de tenir un fameux cahier des merveilles.

Au sujet de la plume, du style Julien Sandrel ou même de l’intrigue, je n’ai rien à redire. C’est un roman émouvant, drôle et percutant. Qui nous prend aux tripes. Un roman sur la vie. Sur la mort. Sur cet entre-deux, déroutant. Un roman qui remet les choses en perspectives et nous rappellent que certaines choses méritent d’être vécues.

En revanche, j’aurai à redire sur la version audio. La force de ce type de transmission, est de nous permettre de nous immerger encore davantage dans le récit. Et notamment avec des voix propres aux personnages. Ici, une seule voix pour deux protagonistes. Et c’est bien dommage. Je déplore cet état de fait, car je pense qu’un autre narrateur aurait apporté une plus-value non négligeable à cet excellent roman.

En bref :

Un roman émouvant et drôle, qui nous transporte et nous fait vivre mille et une expériences. La version audio fut agréable mais la présence d’une seule voix narratrice pour deux protagonistes amoindrie le résultat final. Dommage !

[LIVRE AUDIO] Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Ce « roman » au titre bien long n’en a que le nom… Une question est venue me frapper durant mon écoute : mais où est passée l’intrigue ? Je vous parle de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une.

Résumé : Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves…

Avis :

Et l’intrigue ?
J’ai déjà découvert l’univers particulier de Raphaëlle Giordano avec Le jour où les lions mangeront de la salade verte et j’avais beaucoup aimé. C’était donc sans véritable appréhension que je me suis lancée dans ce roman-ci. Or, je suis bien navrée de l’avouer, ce roman n’en a que le nom. Cette ouvrage nous présente une succession de choses à réaliser pour atteindre une vie heureuse et posée. Une sorte de liste de course, en somme. J’attendais, tout au long de l’écoute, qu’une intrigue se mette en place. Mais rien, le vide absolu et abyssal. Alors, oui, on suit Camille, une jeune femme qui souhaite reprendre sa vie en main. Mais j’aurai pu aussi bien suivre mon voisin qui décide de faire une cure dans un institut et ça m’aurait fait le même effet. Ce livre n’est pas mauvais, il n’est juste pas du tout bien caractérisé, ce qui induit largement le lecteur en erreur.

Un documentaire sur le développement personnel…
Finalement, cet ouvrage au titre bien pompeux, qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement un documentaire romancé sur une des facettes du développement personnel. Si l’auteur a pensé que ses idées passeraient mieux sous forme d’histoire, je la comprends. Mais de là à appeler ça un « roman »… Dans cet ouvrage, l’auteur nous partage sa vision d’une vie plus paisible et agréable, à travers plusieurs activités, comme la méditation, ou encore la nécessité de prendre le temps de ressentir les choses, se recentrer sur soi… Les messages sont passés, assurément ! Mais ce n’était pas du tout mon objectif quand j’ai commencé mon écoute. Ainsi, si votre but est de découvrir un récit sur le développement personnel, celui-ci est un bon choix. Si, en revanche, vous voulez un roman détente « feel-good », passez votre chemin.

Au final, un documentaire intéressant qui expose différente manière d’atteindre une vie meilleure. Mais, par sa mauvaise catégorisation, il induit le lecteur en erreur, et par la même occasion, entraîne une sacrée déception !

Vidéo (livre audio)

Un petit livre audio, voilà qui faisait longtemps. J’ai repris l’aventure avec une nouvelle fantastique, portée par une plume subtile. La Marquise de Carabas nous transporte encore une fois avec Vidéo.

Résumé : Une vidéo qui se lance quelque part dans les méandres d’internet. Sur la toile, quelques accords qui jouent une mélodie incongrue. Qui est donc ce jeune homme blond et souriant, un peu gêné, si familier ? Il pourrait être votre frère, votre oncle, votre ami, votre collègue. Il pourrait même être vous.
Que seriez-vous prêt à faire pour lui venir en aide ? Que feriez-vous à sa place ?
La Marquise de Carabas nous entraîne dans son tout premier récit fantastique. Une histoire à la narration étonnante qui nous plonge dans une étrange quête de soi. Il semblerait qu’elle n’ait pas fini de nous surprendre…


Avis :

L’intrigue…
Un homme apparaît à l’écran. Moi qui adore fureter sur le net et regarder des vidéos, je m’arrête un instant et regarde ce qu’il en retourne. Ce qu’il en retourne, oui, ce que j’en comprends en revanche… Est-ce possible ? Comment cela peut arriver ? Non, il ment, nous sommes dans la réalité là, pas dans un épisode de Star Wars. Puis, j’éteins mon ordinateur, la vidéo terminée. Quelques temps après, j’y retourne, poussée par une curiosité soutenue. Et puis, je ne m’en détache plus. Je suis intriguée, torturée, tourmentée. Est-ce vrai, réel ? Tout ceci n’est-il pas qu’un affreux mensonge ? Et puis je la vois, la vidéo qui changea ma perception du monde… Je la vois et enfin, je comprends.

Une nouvelle sous forme d’épisodes, où l’on suit les aventures d’un homme particulier, au fil des vidéos qu’il poste sur le net. Pendant sa quête de la vérité, il va se heurter aux obstacles de l’incompréhension humaine et ses pires bassesses…

Un texte très moderne…
Une modernité exceptionnelle et même déstabilisante émane de ce texte. C’est à la fois moderne par le procédé utilisé, mais aussi affreusement rétrograde. Mais j’y reviendrai un peu plus tard. Ici, la Marquise fait de nous des spectateurs, des followers. Des abonnés YouTube de cet étrange homme. Alors, on regarde et on a vraiment l’impression de regarder la vidéo. L’étrange narration de la Marquise y participe d’ailleurs pour beaucoup. Au lieu d’avoir des descriptions d’actions ou de décors, elle a choisi de ne décrire que les émotions observables de l’homme, tout en le faisant parler. Vivant, terriblement visuel. C’est la première fois que je lis (écoute, je devrais dire) un texte de ce type. Mais j’avoue avoir adoré le voyage !

Quand on ne comprend pas…
Rétrograde, affligeant, repoussant… Ce sont les adjectifs qui me viennent à l’esprit lors d’un certain passage, lors d’une vidéo. Parce que, quand on ne comprend pas, on prend peur. On prend peur et on panique. Et là, les pires instincts prennent le dessus. Et c’est tout en finesse que la Marquise nous expose cet état de fait. C’est tout en subtilité qu’elle nous rend compte de la peur des habitants, et de fil en aiguille de celle de l’homme, le plus terrifié de tous. Madame la Marquise a encore réussi à me fasciner, me stupéfier. Me surprendre. Elle introduit la différence, et cette peur du changement, cette peur de ce qui n’est pas comme nous. Elle le fait avec brio comme de nombreux autres grands écrivains, cinéastes l’ont fait avant elle. Mais elle le fait avec ses mots, ses émotions, à sa manière. Elle laisse cette tension en filigrane, comme pour nous rappeler que ça existe. Et que ça existera toujours…

Au final, Vidéo a été écoutée d’une traite, sans interruption. J’ai passé un très bon moment, à regarder (écouter, je devrais dire) ces vidéos, et j’en redemande. Encore un carton plein pour la Marquise ! Pour vous procurer la version audio, c’est par ici. Cette nouvelle est également disponible en numérique, par .

Service de presse envoyé par l’auteur