[Livre audio] La Chambre des merveilles – Julien Sandrel

Titre : La chambre des merveilles
Auteur : Julien Sandrel
Lu par : Sophie Duez
Éditeur version papier : éditions Calmann-Levy
Éditeur version audio : Audiolib
Genres : Drame / Littérature générale
Résumé : Louis a douze ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, sûrement encore à son travail. Alors il part avec son skate, fâché et déçu, et traverse la rue à toute vitesse. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre.
Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a répertorié toutes les expériences qu’il aimerait vivre un jour : la liste de ses « merveilles ». Thelma prend une décision : une par une, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Et les lui raconter. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Notation :

Avis :

Louis file sur son skate, à toute vitesse, perdu dans ses pensées d’enfant en colère contre sa mère. Et puis quelques secondes et c’est le choc. Un camion est passé. Et l’a percuté. Louis se retrouve alors dans le coma, devant sa mère complètement paniquée, désarçonnée… Et puis, au fil des jours, elle décide d’accomplir tous les rêves de Louis inscrit dans son cahier des merveilles.

Après en avoir tellement entendu parler, j’ai donc décidé de me lancer dans ce roman si apprécié, mais en livre audio. La chambre des Merveilles est un roman palpitant, qui nous permet de voyager et de vivre mille et une expériences aux côtés de Thelma. Cela nous permet de rêver les yeux ouverts, et nous donner à nous aussi envie de tenir un fameux cahier des merveilles.

Au sujet de la plume, du style Julien Sandrel ou même de l’intrigue, je n’ai rien à redire. C’est un roman émouvant, drôle et percutant. Qui nous prend aux tripes. Un roman sur la vie. Sur la mort. Sur cet entre-deux, déroutant. Un roman qui remet les choses en perspectives et nous rappellent que certaines choses méritent d’être vécues.

En revanche, j’aurai à redire sur la version audio. La force de ce type de transmission, est de nous permettre de nous immerger encore davantage dans le récit. Et notamment avec des voix propres aux personnages. Ici, une seule voix pour deux protagonistes. Et c’est bien dommage. Je déplore cet état de fait, car je pense qu’un autre narrateur aurait apporté une plus-value non négligeable à cet excellent roman.

En bref :

Un roman émouvant et drôle, qui nous transporte et nous fait vivre mille et une expériences. La version audio fut agréable mais la présence d’une seule voix narratrice pour deux protagonistes amoindrie le résultat final. Dommage !

Heart never lies, tome 1 – Siobhan Gabrielly

Titre : Heart never lies
Auteur : Siobhan Gabrielly
Éditeur : Erato édition
Genre : Littérature générale
Résumé : Sausalito en Californie, le 1er juillet 2016.
Addison, célèbre avocate, espère devenir la reine des divorces de stars, pendant que Georgia s’apprête officiellement à divorcer et enfin prendre en main sa vie de femme.
Quant à Merrill, joueur vedette des Giants de San Francisco, il doit mettre un terme à sa carrière sportive, et veut demander sa fiancée en mariage.
Cependant, en cette veille de week-end de l’Independance Day, rien ne se déroulera comme prévu…

Notation :

Avis :

Addison, Georgia, Merrill… Trois âmes dont les chemins vont se croiser, pour marquer au feutre indélébile la vie de chacun. Addison est une avocate, tellement obnubilée par sa carrière qu’elle en est acerbe et mauvaise. Georgia est une femme divorcée, pleine de vie, et mère d’un enfant handicapé. Et puis, Merrill. Merrill Cooper, le grand Merrill Cooper, joueur vedette des Giants et connu pour ses excès de colère… Trois personnes qui, en apparence, n’ont rien en commun. Et pourtant… Pourtant, leurs destins semblent mêlés. Pour le meilleur, et pour le pire.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce premier tome ne ressemble pas vraiment à une romance. Loin de là. Davantage apparenté à de la littérature générale, ce premier opus nous dépeint les trois personnages, qui seront certainement au centre de la romance du deuxième tome. Ce qui nous permet de caractériser ce texte d’ouverture, d’introduction, d’incipit à une aventure plus développée et romantique.

Siobhan Gabrielly nous conte donc le récit de trois personnes, d’abord séparément, nous permettant d’apprécier leur vie, leur caractère et personnalité. Puis dans un second temps, on les découvre ensemble, lorsqu’ils se croisent, se décroisent. Le thème en lui-même, d’ailleurs, est plutôt intéressant, puisqu’on se perd dans les méandres de la psychologie d’un mourant, d’un cardiaque, qui attend, coûte que coûte, un nouveau cœur. L’autrice réussit parfaitement à nous faire ressentir les émotions, les sentiments de Merrill. Et on apprend à les connaître, Merrill, Georgia, Addison…

Ce qui demeure appréciable, outre l’intrigue elle-même, est le changement de ton en fonction des personnages. Cela permet de distinguer qui parle, sans même en lire la mention. Et ça donne évidemment une plus-value indiscutable. Siobhan Gabrielly a donc un style fluide, qui s’adapte aux personnalités de ses héros, pour nous combler un peu plus. Je déplore juste que ce premier tome soit qu’une sorte d’introduction, de mise en bouche, pour une suite plus romantique.

En bref :

Un très bon roman sur trois destins qui se mêlent et s’emmêlent. Une introduction qui s’ancre dans la littérature générale et nous prépare à un deuxième tome plus romantique.

Soif – Amélie Nothomb

Titre : Soif
Auteur : Amélie Nothomb
Éditeur : éditions Albin Michel
Genres : Littérature générale / Religion
Résumé : « Pour éprouver la soif il faut être vivant. »

Notation :

Avis :

Jésus est jugé pour tous ses miracles qui ont rendu la vie si difficile à tous les miraculés… Bah oui quoi, on ne sert pas le bon vin après le moyen. Et puis, quand on guérit un enfant, on fait en sorte qu’il ne redevienne pas turbulent ensuite… Jésus est jugé et condamné à la crucifixion. S’engage alors une joute verbale intérieure, entre corps et esprit…

Difficile de trouver cette novella mauvaise – novella ?!, oui, oui, 70 pages sur liseuse – bien qu’on en ressort tout de même bien déçu. Le style Nothomb est là, un peu philosophique à la limite de l’ésotérique, mais on est loin de sa patte qu’on retrouve dans la plupart de ses romans. L’amour morbide est laissé au bord de la route pour une plongée dans l’esprit du non moins connu Jésus Christ. Et c’est au pire moment de sa vie qu’on le rencontre : sa crucifixion.

Tout le long de son attente, puis de sa douleur, nous allons bénéficier de ses réflexions, de ses pensées, et de sa soif. Sa si terrible et magnifique soif, qu’il faut ressentir, pour mieux apprécier encore lorsqu’elle est étanchée. Le style est parfait, les mots bien choisis. Amélie Nothomb s’amuse encore avec sa plume percutante et d’une richesse incroyable, et c’est sans doute là le seul attrait de ce texte bien court et pourtant si cher.

Néanmoins, malgré cette déception, on ne peut que saluer cette sorte d’originalité et peut-être d’audace de la part de l’autrice que d’oser raconter la crucifixion du Christ en se mettant à sa place, à la première personne. Saluons donc ce petit tour de force et la surprise qu’on peut ressentir en tant que lecteur, s’attendant certainement à tout, sauf à ça.

En bref :

En bref, une novella bien trop chère pour son contenu, qui se révèle être une grande déception. On lira cette sortie plutôt pour le plaisir du style que de l’intrigue.

Ma vie dans les bois, tome 1 : Écoconstruction – Shin Morimura

Titre : Ma vie dans les bois
Auteur : Shin Morimura
Éditeur : éditions Akata
Genres : Littérature générale / Autobiographie
Résumé : Cela fait bientôt trente ans que Shin Morimura est auteur de mangas. S’approchant de la cinquantaine, et tandis qu’il vient de mettre un point final à sa dernière série fleuve, son éditeur lui demande de trouver une nouvelle idée originale pour son prochain titre. D’abord en manque d’inspiration, le dessinateur va finalement se lancer dans un projet  » un peu  » fou : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga ! Sa femme le suivra volontiers, malgré quelques appréhensions… De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, suivez l’incroyable vie de ce couple plus tout à fait comme les autres !

Notation :

Avis :

Shin Morimura, l’auteur de ce manga, nous conte son aventure. Il nous relate son retour à la vie sauvage, de l’idée à sa concrétisation. Dans ce premier tome, on assiste à l’aménagement du terrain et la construction de l’habitation. Une superbe fable prônant mille et une astuces écologiques.

Comme dit précédemment, ce premier tome nous présente l’idée initiale, à savoir échapper à ce train-train citadin étouffant, pour un retour à une vie plus simple en communion avec la nature. On va alors apprécier l’évolution de ce terrain montagnard de son déboisement à la construction de la maison. Avec quelques touches d’humour, l’auteur parvient à nous happer dans son aventure, nous faisant presque oublier le caractère un peu pédagogique de ce manga.

Construit comme un journal de bord, à vocation de guide pratique, ce manga est aussi original que véhiculant des messages très écologiques. Que ce soit le minimalisme, les travers de la société de consommation ou encore le zéro déchet, Shin Morimura nous lance comme un défi de faire comme lui. Agrémenté de plusieurs mots de l’auteur et des véritables photos de ses exploits, cette série de manga est autant agréable à lire qu’intéressante à découvrir.

Terminons cet avis par le contraste entre le mari et l’épouse. L’homme est le rêveur, celui qui lâche tout et se lance dans une aventure presque impossible, à cœur perdu. Et il y a la femme de Shin Morimura, celle qui est terre-à-terre, bien décidée à rester la voix de la raison auprès de son mari. Cette femme représente finalement la plupart des hommes des sociétés de consommation, qui préfèrent rester près de leur confort, avec l’électricité, l’eau, les sanitaires,… Ce qui rend le récit plus réaliste encore, qu’il ne l’est déjà évidemment, nous permettant de nous accrocher à cette bouée de bon sens, qui apporte d’ailleurs un peu d’humour bien placé.

En bref :

Finalement, c’est un manga original, autobiographique et écologique que nous offre Shin Morimura. Entre humour et vie dans les bois, voilà une histoire qui mérite d’être découverte !

Moi ce que je voulais – Laurie Hawkes

Titre : Moi ce que je voulais
Auteur : Laurie Hawkes
Éditeur : Nisha et Caetera
Genre : Littérature générale
Résumé : Moi ce que je voulais, c’est être heureuse !
Candice, la trentaine, est une jeune femme comme les autres… Elle travaille comme chargée de communication auprès de Roxane, styliste parisienne reconnue. Mais Candice est perdue. Sa réussite professionnelle, son succès auprès des hommes ne lui évite ni les échecs amoureux humiliants, ni le dénigrement de sa famille. Même ses amis la délaissent dans les moments si importants pour elle…
Abandonnée par celui qu’elle aime, Candice sombre. Victime d’un accident de voiture, elle est conduite à l’hôpital. Là, elle fait la connaissance de Maria, une femme plus âgée, à qui elle va confier ses soucis et ses doutes. Une belle amitié se noue entre les deux femmes. Maria l’écoute et lui conseille d’aller voir Klas, un ami psychiatre.
Au fil des séances, Klas réussit à faire grandir Candice. Il lui fait prendre conscience de ses erreurs, de son potentiel et la guide sur le chemin du bonheur. Cette thérapie est une véritable renaissance pour la jeune femme.
Jour après jour, aidée des conseils de Klas et du soutien attentif de Maria, Candice découvre qui elle est vraiment et décide de reconstruire sa vie pour devenir heureuse en étant enfin elle-même.
Un nouveau bonheur qui lui fera vite oublier ses chagrins d’hier.

Notation :

Avis :

Candice est une jeune femme engagée, et dont les passions prennent trop de place pour son entourage. Un énième coup dur et sa vie prend un nouveau tournant, plutôt violent. Commence alors une remise en question et un nouveau départ pour cette jeune femme, bien décidée à changer !

Ce roman pourrait être classé dans la catégorie Développement personnel, tant le travail que fait Candice sur elle-même est à la fois réaliste et inspirant. Et ce personnage est d’autant plus captivant qu’il partait tout de même de loin. Laurie Hawkes a construit une Candice exaspérante. Elle n’est jamais satisfaite, sans arrêt en doute, et surtout, elle prend les choses trop à cœur. Certaines de ses réactions sont exubérantes et donnent la terrible envie de la secouer pour la réveiller. Et puis, au fil des pages, des rencontres et de ses nouvelles expériences, elle va évoluer, changer. Parce que tout ce qu’elle voulait c’est être heureuse.

Si la couverture est superbe, la plume de Laurie Hawkes n’en est pas moins élégante. Perdu dans l’esprit de Candice, on suit ses aventures à travers un style fluide et agréable. Pas un mot au dessus de l’autre, une plume accessible qui plaira à une très large communauté de lecteurs.

Candice nous offre donc un très bon moment de lecture, entre douceur et inspiration. Le seul bémol que l’on pourrait relever concerne la deuxième partie du roman, basée essentiellement sur un échange de mails un peu lourd, quand une narration classique aurait pu nous immerger encore davantage dans sa recherche d’elle-même, et surtout à travers les pays qu’elle visite.

En bref :

Moi ce que je voulais est finalement une lecture inspirante et passionnante, aux frontières du développement personnel.