Une drôle de petite sœur – dès 3 ans

Aujourd’hui, je vous parle d’un album tout doux, à la couverture très tactile, et aux dessins enfantins, une histoire qui plaira à vos petits bouts de chou : Une drôle de petite sœur de Kaya Doi.

Résumé : Un jour, un bébé arrive dans la maison de la chatte Vanille. C’est bizarre, un bébé, ça ne fait que dormir ou pleurer… Mais une fois qu’il commence à ramper, on peut enfin s’amuser ! Que c’est drôle, d’avoir une petite sœur !
Quand le chat apprivoise l’enfant…

Le chat…
Qu’avons-nous là ? Ne serait-ce pas un chat ? Le chat, figure récurrente des histoires jeunesses japonaises. Aussi appelé Neko, en japonais, qui s’écrit : ねこ ou encore : 猫. Le chat est très câlin, parfois farceur. Dans tous les cas, il représente la douceur et est donc très présent. On le trouve drôle, joli, mignon, bref, l’animal parfait pour les enfants n’est-ce-pas ? Ici, c’est exactement le cas.

Une découverte…
Cet album traite d’un très joli sujet. D’ordinaire, c’est plutôt l’inverse d’ailleurs que l’on lit. Ici, c’est le chat qui fait connaissance du bébé. Or, d’habitude, nous avons plutôt le bébé qui fait la connaissance du chat. Cette petite touche d’originalité m’a beaucoup plu mais plus encore, la découverte. Parce que le chat va rencontrer cet étrange bébé, va faire sa connaissance, va jouer avec lui. Ils vont se découvrir l’un l’autre pour au final, ne plus se lâcher. C’est vraiment une belle histoire qui donnera certainement envie d’avoir un chat. Il faut dire que c’est tellement mignon ces bêtes-là. Bon, d’accord, je suis une pro-chat convertie, avec deux de ces bêtes qui partagent ma vie. Pour revenir à nos moutons (chatons, pour rester dans le thème), c’est une histoire où on voit naître l’amitié entre un animal et son maître. C’est doux, parfois drôle, et sûrement beau !

Au final, un joli album qui parle de chat (rien que ça, on prend), de rencontre, d’amitié, d’une découverte de l’un et de l’autre se transformant en un lien fort et indestructible. Pour vous procurer cet album, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

La Lune s’ennuie – dès 6 ans

Voilà un superbe album, encore un allez-vous me dire, eh bien oui. Voilà encore un album japonais qui m’a enchantée. Je vous parle donc de La Lune s’ennuie de Nanae Aoyama.

Résumé : La lune se sent seule… Alors elle décide de se faire toute petite pour aller se promener sur Terre. Partie à la recherche d’un vieil ami à elle, un astronaute qui lui a rendu visite autrefois, elle découvre notre planète, émerveillée. Va-t-elle retrouver son ami et rester avec lui, ou retournera-t-elle briller dans le ciel ?

La Lune s’ennuie…
Parlons de ce titre, et de cette couverture. En fait, tout ça m’a tapée dans l’œil dès le début. On croirait que la lune brille vraiment. C’est juste sublime ! Et tous ces éléments qui l’entourent… Bref, j’en perdrais presque mes mots. J’ai donc un gros coup de cœur sur la couverture et la titre que j’aime beaucoup. Parce qu’après tout, c’est vrai quoi, elle doit quand même beaucoup s’ennuyer la lune !

Un voyage sur Terre…
Il était temps pour la lune de sortir se promener un peu, alors la voilà prête à gambader sur Terre. Il faut dire qu’elle a peu de visite et une des seules qu’elle a eu, elle veut absolument le revoir. Donc, elle se rend sur Terre et elle apprécie le voyage. Les illustrations presque oniriques, au trait féerique nous font découvrir à nous aussi la Terre. On l’arpente comme si c’était la première fois, l’appréhendant différemment, d’un œil plus impliqué, plus émerveillé devant sa richesse et sa beauté. Quand vient la fin, quand enfin la lune revoit son vieil ami, elle se rend compte que sa place est dans le ciel pour éclairer la nuit. Parce que c’est ça aussi le rôle de la lune, elle ne fait pas que tourner autour de la Terre, elle nous éclaire de sa lumière, dans les moments sombres, où le noir est présent…

Au final, un très bel album aux dessins inoubliables. Je vous le conseille à vous et vos enfants pour passer un bon moment perdu sur la Terre aux côtés de la Lune. Et peut-être lèverez-vous le nez vers la ciel nocturne, un peu plus souvent. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Mushoku Tensei – tome 3

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


Mushoku Tensei – tome 1
Mushoku Tensei – tome 2

Résumé : Sa première vie sur Terre avait été un ratage total. Réincarné dans un monde de magie et d’épées, Rudeus va tout faire pour éviter les erreurs du passé… et sera peut-être le nouveau héros d’un monde en péril ?
Grâce à son sérieux et à ses efforts, Rudeus finit par s’intégrer parfaitement dans la famille Boreas, dont les membres sont tous aussi irascibles que loufoques. Même ses relations avec la jeune Eris s’améliorent…
Serait-ce le début d’une belle histoire d’amour entre eux ? Hélas ! La vie n’est jamais aussi facile qu’on le souhaiterait… Un grand danger vient bientôt menacer Rudeus !

Mon avis : Allez, on est parti avec ce troisième tome de Mushoku Tensei. Encore une fois, une très belle découverte. Ici, le début du manga est très calme. Rudeus s’insère dans son nouveau « foyer » et il crée une harmonie avec la jeune Eris. Cette « harmonie » va engendrer une scène, hum… sensuel disons, qui devient vite plutôt humoristique. C’est d’ailleurs une des choses que j’apprécie beaucoup dans ce manga : cette tendance qu’a l’auteur de nous transformer des scènes qui peuvent devenir dérangeante (quand on sait que le gamin est en fait un vieux gars un peu flippant) en scènes humoristiques et légère. Dans ce tome, nous avons tout de même une sacrée surprise. La fin, ah la la, cette fin !! Un véritable cliffhanger pour ce troisième tome et je suis très impatiente de lire la suite. Les codes du shônen sont toujours présents, tout reste excellent, une suite mémorable !

Au final, ce troisième tome nous laisse sur notre fin après une scène choquante ! Je veux impatiemment lire la suite. Pour vous procurer ce tome, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Les 7 princes et le labyrinthe millénaire – tome 3

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


Les 7 princes et le labyrinthe millénaire – tome 1
Les 7 princes et la labyrinthe millénaire – tome 2

Résumé : 8 prétendants au trône enfermés dans un château truffé de piège. Qui en sortira vivant… et sera désigné Empereur ?
Un beau jour, une poignée de jeunes gens triés sur le volet se retrouvent enfermés dans un château ancien et sont invités à choisir parmi eux le prochain empereur. Mais voilà que ces jeunes héros tombent sur une inscription en lettres de sang clamant que seul Amadeus est digne de monter sur le trône. Or Amadeus est censé être mort au tout début du processus de sélection. Qui a donc pu écrire cette sinistre revendication ? Et si Amadeus était encore en vie ? Ébranlés par cette hypothèse, les sept prétendants au trône pourront-ils rester unis face à ce danger invisible qui semble se rapprocher d’eux à grands pas ?

Mon avis : Le deuxième tome laissait présager une suite explosive et quelle superbe présage que voilà. En effet, ce troisième tome enchaîne les révélations, nous retournant le cerveau. Si vous aimez les mangas à la Detective Conan, celui-ci est pour vous. Sous fond politique, révoltés et conservateurs, nous assistons à un combat stratégique (et physique au final) sans précédent. Le sang coule pour les convictions, la folie prend possession de certains protagonistes, on sent que le dénouement est proche mais malgré tout, on ne veut pas que ça finisse. Ce n’est pas un manga jeunesse, ou un shôjo, contrairement à ce que fait penser la couverture. Nous avons bien là un seinen complexe, aux multiples corrélations entre les personnages et le contexte. J’ai été tenue en haleine tout le long de ce troisième tome, mon esprit s’éclaircissant à chaque révélation, plus intense les unes que les autres.

Au final, cette série vaut véritablement le coup d’œil. Le prochain tome sera le dernier et j’avoue n’avoir aucune idée du dénouement ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Street Fighting Cat – tome 3

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


Street Fighting Cat – tome 1
Street Fighting Cat – tome 2

Résumé : Chacun son chemin… et la vie ne tient parfois qu’à une moustache de chat !
Ex paria, relégué tout en bas de l’échelle sociale féline, Hideyoshi a décidé de remonter la pente, en suivant Nobunaga, ex chat domestique, mais bagarreur hors-pair… 
À la demande d’Arashi, les deux compères entreprennent d’unifier Sakura-ue. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que l’armée du quartier nord s’apprête à déferler sur le quartier !!

Mon avis : Ce troisième tome m’a enchantée. Notre gros matou a enfin pris possession de Sakura-Ue (Ue signifiant « Haut » en japonais, et Shita « Bas »). Et Hideyoshi voit enfin son rêve se réaliser. Mais c’était sans compter sur les plans machiavéliques de pas mal de chats, qui semblent tous êtres plus stratégiques, les uns que les autres. Tout le monde a un coup d’avance, c’est à se demander qui est devant les autres. Dans mon avis précédent, je sentais un complot qui se dessinait, et mon flair ne m’a pas trompée. Nous retrouvons la bonne cuisine des tomes précédents : combats violents, phrases en mode punchlines, et humour. On peut ajouter à cela des explications quant au contexte géographique et historique, j’aurai tendance à dire, des quartiers. Et une réflexion sur la liberté et tout ce que cela implique. Dans un monde où les codes ont toujours été d’une certaine façon, comment changer et s’adapter ? Ce manga pose cette problématique.

Au final, ce troisième tome est explosif et très riche en lecture. Des bulles et des bulles parsèment le manga, pour notre plus grand bonheur. À lire ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Boruto

Voilà un manga que j’avais très envie de lire. Après les aventures de Naruto, qui ne sont pas encore finies d’ailleurs, on nous offre les aventures de Boruto, le fils de Naruto. Un très bon premier tome !

Résumé : Les grands affrontements dans le monde des ninjas appartiennent désormais au passé. Le village de Konoha est entré dans une ère de paix. Boruto, le fils du 7e Hokage, vit mal d’être dans l’ombre de son éminent paternel. Il ne se doute pas qu’une nouvelle menace plane sur eux… La légende de la nouvelle génération commence maintenant !

L’intrigue…
Nous suivons Boruto, le fils de Naruto devenu Hokage. L’intrigue est simple, et elle reste très proche de la série originale Naruto. On retrouve les personnages du manga originel, et donc leurs enfants. L’histoire est très copier-coller avec néanmoins, l’évolution des personnages de Naruto et j’ai adoré cet aspect ! Plus encore, ce qui change est le fait que ce soit plus tard, dans le futur. Et donc, avancée technologique…

La technologie…
Quand Naruto se base pour l’essentiel sur les techniques de combats, l’apprentissage pour attendre ses buts etc… Il semblerait que certaines personnes dans le manga Boruto aient oublié ce qu’est un Shinobi. En effet, des entreprises créent des instruments technologiques permettant d’utiliser des techniques ninja de haut niveau, sans le moindre effort. Ainsi, tout le monde peut être ninja. Clairement, j’ai adoré cet aspect et j’ai hâte de lire la suite !

Boruto…
Boruto est le fils d’un Hokage. C’est un personnage très intéressant, surtout sur le plan psychologique. Son père n’est pas présent à cause de ses multiples obligations, et il se referme sur lui-même. Il prend le fait d’être Shinobi à la légère. Je pense qu’il va vite se prendre une claque, et j’ai hâte de voir ça. En fait, ce premier tome introduit la série qui devrait être aussi explosive que le manga original, du moins je l’espère. Je ne veux qu’une chose, et je l’ai déjà dit, lire la suite !

Au final, Boruto est un pari réussi pour Masashi Kishimoto, même si le manga n’est que sous sa direction. J’espère lire la suite vite !

Meminisse – tome 2 : Here I stand

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


Meminisse – tome 1 : Lost and found

Résumé : Rai Kurusu, notre héros, va rencontrer Sai, une jeune fille manipulant les souvenirs. Embarqué dans une guerre contre les spéciaux, des personnes aux pouvoirs incroyables, il va découvrir que lui aussi possède la capacité de tout détruire. II va alors devenir membre de Léviathan, une organisation qui traque les criminels shiki-recepters. Au cours d’une investigation sur des morts étranges, il va enfin découvrir la vérité sur son passé ! Qu’est-ce que la justice ? Qu’est-ce que le mal ? Quelle est sa raison de vivre ? Un dernier volume plein de suspense et de rebondissements, mêlant action et souvenirs !

Mon avis : Si le premier tome posait les bases d’un univers intéressant et présentait les personnages, ce deuxième tome nous propulse d’un coup dans l’aventure levant le voile sur l’identité des protagonistes principaux et sur l’organisation en elle-même. Contrairement au tome 1, ici, tout n’est pas rapide, à couper le souffle. C’est rythmé et bien dosé. En fait, cela se déroule seulement sur quelques jours : une enquête dans le cadre de l’organisation Léviathan, qui entraînera une rencontre avec leur passé qu’ils avaient oublié. D’où le titre du manga ! J’ai adoré cette suite, bien plus que le premier tome qui m’avait néanmoins bien intrigué. Ce tome mêle à la fois un aspect policier, stratégie très intéressant et un côté fantastique non négligeable, à coup de mystère et de révélations. Plus sombre, plus développé, plus rythmé et moins essoufflant, ce deuxième tome marque la fin de la série à laquelle j’aurai néanmoins bien vue une suite.

Au final, une fin qui me laisse un peu sur ma faim. J’aimerais beaucoup une suite, ou du moins une autre enquête, dans le même univers. Ce qui montre que ce fut une très bonne découverte ! Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

I am a hero – tome 2

Parce que la vie n’est pas qu’un One Shot, la littérature non plus. Je vais donc vous parler de ces séries que je lis, après tout, n’est-il pas important de savoir si la suite vaut le coup d’être lu ?


I am a hero – tome 1

Rappel : Adressé à un public averti


Résumé : Hideo Suzuki, 35 ans, est un assistant de mangaka en manque de succès. Sa petite amie, Tetsuko, ne cesse de parler de son ex, un talentueux mangaka très en vue. Hideo est un homme craintif et souffre d’hallucinations : il parle avec un ami imaginaire… Cet homme est ce qu’on appelle un loser ! Tellement absorbé par sa médiocre vie, il ne remarque pas qu’il se passe des choses suspectes autour de lui… Tokyo va soudainement sombrer dans le chaos et être envahi d’humains qui n’en sont plus vraiment… Hideo va devoir se faire violence et se reprendre en main. Il en va de sa survie !!!

Mon avis : Si le premier tome nous posait doucement l’univers, un univers pré-apocalypse, ce deuxième tome nous introduit l’horreur à travers notamment la petite copine du protagoniste. Pour le coup, ce deuxième tome est très proche du film, du moins, du moment où l’apocalypse se déclare. On ressent toute la tension relative aux événements et nous sommes méchamment dégoûtés et même gênés par certains personnages et scènes. Ma bouche s’est souvent pliée en un rictus d’écœurement et malgré cela, j’adore. Forcément, quand c’est du gore pour de gore, l’intérêt est bien moindre mais ici, cela participe à l’ambiance angoissante et c’est clairement primordiale pour rendre l’histoire vraisemblable. Ce deuxième tome nous présente donc un monde sur le point de tomber dans un précipice dont le fond semble bien loin. Les prémices d’un très bon manga zombiesque !

Au final, ce deuxième tome, bien plus rythmé que le premier, me donne envie de poursuivre mon aventure. Le tome 3 m’attend patiemment.

Le destin des Initiés – tome 1 : Mémoires d’une sorcière

Je vous parle aujourd’hui du premier tome d’une série fantastique très prometteuse : Le destin des Initiés de Romane Taguchi. Il a fait l’objet d’une lecture commune avec Satine’s Books. Vous trouverez un lien vers son avis en fin d’article et quelques questions que je lui ai posé.

Résumé : Julie est une jeune Française qui vit à Kyôto depuis son enfance. Elle mène une existence sans histoires entre son travail et ses amis. Mais depuis la mort de sa mère quelques mois auparavant, elle souffre de cauchemars inexpliqués. Un jour, elle rencontre Jeanne-Marie, une vieille dame sympathique venue visiter la ville. Dès lors, sa vie va prendre un tournant totalement inattendu, et elle va pénétrer dans un univers à la fois fascinant et effrayant dont elle ne soupçonnait même pas l’existence, celui de la magie. Julie décide de se rendre en France pour lever définitivement le voile qui obscurcissait sa vision depuis toujours. Là-bas, elle tentera de mieux comprendre ses racines afin de mieux faire face à sa nouvelle vie. Elle découvre les pouvoirs dont elle est dotée, ainsi que la vérité sur ses origines, sa mère, son père décédé lorsqu’elle était enfant dans un tragique accident, et le reste de sa famille… Au Japon et en France, argent, pouvoir, machinations, amours et secrets de famille vous entraînent dans l’univers captivant de la Magie et de Ses représentants : les Initiés.

Merci à Jess d’avoir une fois de plus posé. C’est mon accompagnatrice lecture, toujours là pour m’assister, elle et une bonne tasse de thé. Un chat, du thé, un bouquin, manque juste le plaid, et c’est parfait !

L’intrigue…
Commençons tranquillement par l’histoire de ce premier tome, qui au final, démarre avec douceur. Nous suivons une jeune femme, française d’origine mais japonaise de cœur et vivant donc au Japon, plus précisément à Kyôto. Sa mère décède et voilà que peu de temps après, elle rencontre une vieille dame qui va changer sa vie, du tout au tout. Ce premier tome tourne autour de la découverte de ses origines, elle fera des rencontres qui bouleverseront à la fois sa vie et sa façon de voir les choses. Un premier opus posant les bases alléchantes d’une suite prometteuse.

J’ai trouvé l’intrigue parfaitement ficelée. Le tout est bien maîtrisé et on suit le cheminement sans remettre quoi que ce soit en question. Si on commence le roman au Japon, c’est assez rapidement qu’on quitte ce merveilleux pays pour la France. C’est donc une histoire fantastique où magie, remise en question et valeurs se mêlent pour un excellent moment de lecture.

Les Initiés…
J’ai adoré tout le côté magique du roman. Heureusement me direz-vous, c’est quand même là-dessus que se base le shmilblick. Ce que je veux dire par là, c’est que l’auteur a ancré son concept dans la réalité, dans les coutumes et traditions, dans les superstitions… Elle nous parle des sourciers et autres diseuses de bonne aventure. Cet aspect de l’imaginaire du roman m’a beaucoup plu, permettant une immersion encore plus intense.

Japon/France…
Comme vous le savez, le Japon est un pays qui m’attire énormément. Mon projet d’y vivre est plus vif que jamais, d’autant que j’y pars six mois, dès Avril 2018 pour y étudier un semestre entier. Imaginez donc mon bonheur quand j’ai plongé tête la première dans cette histoire se déroulant en partie au pays du soleil levant… Alors, certes, le début du roman est plutôt lent et il ne se passe pas grand-chose mais on visite. C’était un régal ! J’ai visité Kyôto, avec une guide, qui expliquait l’histoire de certains lieux. Le quotidien d’un japonais, les plats, les habitants, les décors, tout est magnifiquement bien décrit pour immersion totale.
Mais, néanmoins, l’histoire se passe en grande partie en France. Mais, encore une fois, j’ai adoré le ton de l’auteur. Elle a cette faculté de nous faire découvrir des lieux, des histoires simplement avec ses mots, posés sur le papier. J’ai visité Bordeaux et ce fut très sympa ! Alors que les descriptions ont tendance à me lasser et à me faire perdre le fil de l’histoire, ici, elles en étaient une part intégrante.
En faisant se dérouler l’action dans ces deux pays, si différents, Romane Taguchi nous propose un véritable contraste. On a d’un côté le Japon, sûr, sécurisé et tranquille et de l’autre, la France. Julie qui est habitué au calme nippon, ne s’attendait pas à ce qui lui arrivera en France et sa naïveté sera mise en cause. Parce qu’elle a été d’une certaine façon inconsciente, gardant ses habitudes décontractées du Japon, malgré les conseils avisés de son amie japonaise. J’ai trouvé ce passage à la fois écœurant, mais criant de vérité !

Julie…
Pour terminer, je vais vous parler de Julie, le personnage principal. Elle est douce, foncièrement gentille et prend la vie comme elle vient. Pas de prise de tête. Elle aime aider les autres et ça sans contrepartie. Si au début son caractère posée et presque parfait m’a agacé, je l’ai beaucoup apprécié lorsqu’elle sortait de sa zone de confort. Parce que malgré sa beauté, son charisme etc… (dû au fait qu’elle est une initiée), elle est tout à fait ordinaire. Elle a le même comportement que n’importe qui dans des situations auxquelles nous sommes souvent confrontés ou auxquelles nous pourrions l’être. C’est un personnage très humain, auquel nous pouvons facilement nous identifier, outre sa qualité de sorcière évidemment.

Et Satine’s Books, elle en pense quoi ?

  • Toi qui n’es pas forcément attiré par le Japon, qu’as-tu pensé de cette immersion dans le pays du soleil levant ? Les descriptions de Romane Taguchi sont plus que révélatrices, as-tu été transporté au Japon grâce à sa plume ?

Carrément ! Comme je le disais, je suis une novice dans ce domaine. Je n’ai pas de point de comparaison mais les descriptions des espaces géographiques, des paysages ainsi que de la culture et de la tradition, c’était vraiment très sympathique à lire. J’ai trouvé, qu’à l’image de ce pays, la plume de Romane Taguchi est très douce et apporte un certain calme que j’ai beaucoup apprécié.

  • J’ai trouvé le concept des Initiés très intéressant, à la fois dans son ancrage dans le monde réel et son côté ésotérique, qu’en as-tu pensé ?

C’est un concept nouveau. Je n’avais jamais lu un roman qui apportait ce concept que j’ai aussi beaucoup apprécié. J’ai trouvé qu’il apportait un air nouveau à la lecture qui est très appréciable. J’ai beaucoup aimé l’originalité des Initiés et de leurs rôles au sein de la communauté. On mélange le moderne de la chose avec le côté ancestral de la magie (potions, incantations…)

  • Ce premier tome pose les bases d’une saga qui semble être prometteuse, à cet effet, il installe les personnages. Quel est ton personnage préféré ? Celui auquel tu as le plus accroché ?

Je ne vais pas être très original mais j’ai beaucoup apprécié Julie. C’est un personnage principal qui est exactement comme je les aime. Je suis vraiment très accrochée à Julie parce que derrière sa douceur et son caractère, il se cache une sacrée dose de courage pour faire face à ses problèmes ainsi qu’aux mystères qui secouent sa vie. J’aime beaucoup ce personnage qui est bon avec tout le monde, elle a le cœur sur la main. Elle a un caractère que j’apprécie.

L’avis de Satine’s books est disponible ici.

Première lecture commune qui fut très agréable. Je réitérerai l’expérience volontiers !

Service de presse envoyé par l’auteur

No Guns Life

J’ai lu le premier tome d’une série de manga publiée aux éditions Kana : No Guns Life. Le deuxième tome m’attend bien sagement et je suis impatiente de le lire, il faut dire que ce premier opus m’a enchanté !

Résumé : Jûzô Inui est un extend : on lui a implanté un revolver à la place de la tête. Depuis la grande guerre, il gagne sa vie dans cette ville grouillante d’autres extends, d’autres individus bénéficiant, comme lui, d’extensions mécaniques. Son business ? Résoudre des affaires dans lesquelles des extends sont impliqués. Un jour, Jûzô reçoit l’étrange visite d’un homme poursuivi par la police pour kidnapping. Il demande à Jûzô de protéger l’enfant qu’il a enlevé… !! Toutefois la gigantesque multinationale Beruhren va entrer dans le jeu… Jûzo est loin de se douter du guêpier dans lequel il vient de fourrer son nez !

Emprunté à la bibliothèque, ce manga est magnifiquement bien construit !

L’intrigue…
Nous suivons un « homme » étrange, au visage de pistolet. Elle a les yeux revolvers, et le regard qui tue… D’accord, j’arrête ! Son métier ? Aider les extends, enfin, pas gratuitement hein, sinon c’est trop facile. Je pense que son boulot est un mélange entre détective privé et mercenaire. Un héros à louer en fait (Luke Cage ?). Les extends sont des humains à qui l’on a implanté des membres mécaniques ou même des extensions. Très utilisés pendant la guerre, ces extends sont considérés comme des objets plus que comme des êtres humains. Jûzô vivait sa petite vie quand un extend est venu le quérir demandant son aide. En acceptant ce travail, il ne se doute pas un seul instant qu’il va tomber en plein coeur d’un véritable complot…

L’intrigue est extrêmement complète et ce premier tome assez lourd en informations. Il faut donc vraiment s’accrocher pour bien saisir tous les enjeux et les explications. Un passage difficile mais obligatoire pour bien tout comprendre. Tout est néanmoins parfaitement structuré. Nous n’avons pas les informations balancées n’importe comment mais bien distillées tout le long du manga aux moments opportuns.

Un manga porteur d’un message…
Comme je l’ai expliqué, les extends sont plus considérés comme des objets que des êtres humaines. Pourtant, ils ont bien les capacités de pensées, de marcher, de parler et de vivre sans l’aide de personne. Ils ont leur capacité propre, tout ce qu’il faut pour devenir un être et chose plus importante encore : avant d’être greffés d’éléments mécaniques, ils étaient entièrement humains. Nous voyons le comportement de certains hommes face à ces extends. Ils sont dégoûtés par eux, ne veulent pas les voir ou encore, ces extends sont chassés pour leurs pièces mécaniques revendues sur le marché noir. C’est d’autant plus aberrant, que ce sont les humains eux-mêmes qui les ont créé pour combattre pendant la guerre. Le petit garçon que Jûzô sauve s’avère lui-aussi être un extend mais un être encore plus particulier. Et il n’est bon qu’à servir l’entreprise Beruhren qui se moque bien des droits de l’homme. Cet enfant lance le sujet, il hurle haut et fort qu’il n’est pas un objet et que lui aussi, a son libre arbitre. Au fil des pages nous allons rencontrer d’autres personnes comme lui et nous pourrons apprécier ses discours prônant la liberté !

J’ai trouvé ce premier tome excellent et prometteur. Dans un univers sombre et sordide, dans les bas-fonds de la décadence humaine, comment s’en sortent ces êtres si différents de nous ? Transformés pour gagner une guerre… Un manga à lire !

Mon avis sur le tome 2 est disponible ici.