Sorcière de Chair – Sarah Buschmann

Titre : Sorcière de Chair
Auteur : Sarah Buschmann
Éditeur : éditions Noir d’Absinthe
Genres : Fantastique / Policier
Avertissement : Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité du lecteur
Résumé : Australie, 2016.
Sept ans après un massacre qui a décimé toute une famille, de nouveaux meurtres surviennent à Melbourne. Des homicides si sordides que la Sorcellerie de Chair, taboue depuis les grandes chasses qui ont déchiré le pays, est évoquée.
Pour Arabella Malvo, lieutenant de la brigade criminelle, ils s’avèrent particulièrement déstabilisants. Pourquoi les victimes lui ressemblent-elles comme des sœurs ? Le meurtrier la connaît-elle ? Pourquoi maintenant ?
Une chose est sûre : l’abîme qu’elle fuit depuis toutes ces années risque de s’ouvrir à nouveau sous ses pieds. Et cette fois, de l’engloutir pour de bon…

Notation :

Avis :

Imaginez un monde où évolueraient parmi nous des êtres capables de nous contrôler. Imaginez un monde où les sorcières existeraient… Arabella est lieutenant de police, et après plusieurs meurtres étranges et particulièrement violents, elle se met en quête de son passé. Ce qu’elle découvrira la transforma à jamais…

Sarah Buschmann offre, à travers ce roman, un travail de qualité, propre, cohérent. Et extrêmement complet. Si complet, qu’on en viendrait à le trouver dense. Terriblement dense, par endroit. Et puis, le temps file, les pages avec, et on en oublie ce qui nous entoure, pour nous concentrer sur elle. Elle. Arabella Malvo. Tout le roman tourne autour de ce personnage, si bien que le reste n’est plus que secondaire. On veut tout savoir sur elle, sur son passé, et tout ce qu’elle cache. Et des choses, elle en cache assurément.

Le livre suit, par ailleurs, une construction plutôt complexe. S’il est parsemé de flash-backs, on peut également bénéficier du point de vue de différents personnages, dans différents lieux. Si bien qu’on en vient à suivre presque deux intrigues qui se recoupent. D’où cette sensation de densité évoquée précédemment.

Sorcière de Chair est un roman qui reste dans l’esprit, que ce soit par son côté horrifique très marquant, que pour son aspect recherché. C’est un livre fort, où on ressent le travail titanesque de l’auteur et son talent, immanquable. Sarah Buschmann nous transporte dans son univers à travers une plume fluide, à la portée de tous. Plus encore, elle nous entraîne dans les tréfonds de l’horreur, entre détresse psychologique et corps sanguinolent. Assurément, un roman à ne pas mettre entre toutes les mains.

En bref :

Sorcière de Chair est un excellent roman, autant dans le développement de son intrigue policière que dans l’univers fantastique mis en place. À découvrir, sans attendre !

Hex in the city – épisode 2 : Die with style

Suite des aventures de Taylor, nous retrouvons la jeune femme pour une nuit pour le moins sportive. Je vous parle de l’épisode 2 de Hex in the city : Die with style.

Résumé : Taylor remplace au pied levé une chanteuse de rock disparue sans crier gare, alors qu’une nouvelle menace, aux beaux yeux bleus et à l’accent so british, arrive en ville.
À la croisée des chemins entre fantasy urbaine et polar, découvrez la suite des aventures de Taylor, Lionel et Jake dans un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines.

 

 


Avis :

Entre ténèbres…
À l’image du premier tome, nous plongeons dans un univers sombre et décadent, où l’intrigue se déroule principalement la nuit. Et, pour cause, les créatures qui arpentent les rues de San Francisco semblent bien plus à l’aise une fois le soleil couché. Taylor, sorcière inavouée, continue de se cacher, mais pour combien de temps encore ? Entre créature démoniaque et vampire vengeur, Taylor se voit propulser dans une nuit ahurissante où chant, hallucinations (vraiment ?) et actions seront les maîtres mots. Une nuit comme ça, on l’oublie pas ! Mais voilà, dans ce deuxième tome, en plus de ces ténèbres obscures qui abritent bien des dangers, quelques spots éclairent la jeune femme.

Et lumière…
Un roman qui traîne sa carcasse dans la nuit noire, une jeune femme qui cache ses pouvoirs dans le silence et l’anonymat, des créatures infernales qui s’abritent dans l’obscurité… Quel contraste provoque alors cette mise en lumière de certaines facettes de la belle Taylor ! Incapable de révéler ses pouvoirs, elle en parle finalement à quelqu’un à qui elle n’aurait jamais cru pouvoir confier un tel secret. Dans l’inconfort de sa situation, elle décide, en définitive, d’écrire un billet de blog prônant la liberté sexuelle. Taylor est une femme ambivalente, difficile à cerner. Elle, qui tente par tous les moyens d’échapper à la lumière, accepte de jouer les chanteuses d’un soir, sous tous les regards. Est-elle enfin prête pour passer de l’ombre à la lumière ?

Riche et fascinant…
Si je l’avais déjà souligné auparavant, Hex in the city se révèle d’une richesse fascinante, aussi bien pour son univers particulier, mêlant créatures de l’imaginaire et modernité, que pour les thématiques qu’il véhicule. La liberté sexuelle, la place des femmes, le deuil, et ce qui m’intéresse ici : l’orientation sexuelle. Plus j’avance dans cette saga, et plus je me prends à penser que ce roman est un récit féministe, accordant une place toute particulière aux femmes. En effet, Taylor est une jeune femme qui ne s’assume pas tout à fait, aussi bien dans son côté fantastique, que dans les aspects les plus réalistes de sa vie. Par là, je parle évidemment de sa relation amoureuse avec la belle Sienna. Taylor a du mal à l’assumer, mais elle l’accepte. Et à travers son blog, elle nous expose ses états d’âmes, son incompréhension face à la place étrange qu’est donnée aux personnes homosexuelles, dans la société. Elle souligne des points qui font réfléchir et interpellent. Un roman riche, qui outre son côté fantastique et mouvementé, nous expose à des thématiques sociétales fondamentales !

Au final, un deuxième tome que j’ai préféré au premier. Le personnage de Taylor s’affirme, se remet en question et tout l’univers autour d’elle s’installe, à coup de questions et révélations. À découvrir !

Service de presse, reçu de la maison d’édition