Les mystères de Dolyville, tome 2 : Des bruits dans la nuit – Aurore Chatras

Titre : Les mystères de Dolyville
Auteur : Aurore Chatras
Éditeur : Auto-édition
Genre : Jeunesse
Résumé : Alors que la nuit tombe lentement sur Dolyville, un bruit inconnu retentit dans la paisible bourgade. Les habitants, effrayés, se cachent dans leur maison. Marguerite, détective en herbe, ne se laisse pas impressionner et mène l’enquête. Découvrira-t-elle l’origine de cet étrange son, qui perturbe le quotidien de sa petite ville ?

Notation :

Avis :

Dans les rues de Dolyville, un bruit étrange terrifie les habitants. C’était sans compter sur Marguerite, bien décidée à résoudre ce mystère et comprendre ce qui se cache derrière ce son si effrayant…

Après un premier tome que j’avais beaucoup apprécié, que ce soit au niveau de l’univers, de l’intrigue mais aussi de la superbe plume de l’autrice, que je connais déjà bien. Sans surprise donc, on retrouve tout ça dans la suite : Une intrigue palpitante, et un style d’écriture si propre, si clair, si limpide, que ce roman serait parfait pour tout enfant commençant à apprendre à lire. Aucune fausse note, aucun mot au-dessus de l’autre, un véritable plaisir de clarté.

Honnêtement, voilà une chronique bien difficile à rédiger. Il faut dire que j’ai tellement apprécié le style d’écriture et le récit en lui-même, que je n’ai pas grand chose à en dire si ce n’est : j’ai adoré. Mais essayons quand même d’aller plus loin. Je vous ai donc parlé de la plume de l’autrice, mais qu’en est-il de l’intrigue ? Si dans le premier tome on suivait Thomas, nouvel arrivant dans une drôle de petite ville, dans cette suite on va enquêter aux côtés de Marguerite, grande lectrice et fan de roman policier.

Aurore Chatras nous plante non seulement un décor accessible aux jeunes enfants, mais également des personnages auxquels il est très aisé de s’identifier. Tout est vu du point de vue de ceux-ci, ce qui rend la lecture d’autant plus accessible aux jeunes lecteurs, qui se lancent dans la lecture.

En bref :

Une suite à la hauteur du premier tome, qui propulsera vos enfants dans un récit parfaitement écrit, clair, et palpitant. Je recommande vivement !

**Service de presse

Du même auteur, sur le blog :

Un portable, un chat roux et un inconnu

Envie de décompresser ? D’une lecture sans prise de tête, en mode détente au soleil en sirotant un cocktail, sous le parasol ? J’ai le roman qu’il vous faut ! Je vous parle d’une chick-lit addictive : Un portable, un chat roux et un inconnu d’Aurore Chatras.

Résumé : La journée de Maddie avait été parfaite : une réussite professionnelle et un rendez-vous avec le type le plus mignon du bureau.
Mais voilà qu’à quelques heures de sa soirée mémorable, elle casse son téléphone. Désemparée, elle tombe sur une vente de smartphone exceptionnelle. Mais son nouveau portable lui réserve bien des surprises. Entre un chat roux diabolique, une mère farfelue, une sœur nombriliste et une meilleure amie qui fait ce qu’elle peut, Maddie va-t-elle réussir à percer le mystère de son téléphone ?


Avis :

Une chick-lit…
Alors, avant toute chose, posons-nous quelques minutes pour nous demander ce qu’est une chick-lit. C’est d’ailleurs peut-être la première fois que je parle de ce genre littéraire sur le blog et pourtant, c’est loin d’être la première fois que j’en lis. Alors, utilisons un terme plus commun pour qualifier ce genre, on pourrait le caractériser de ‘comédie’. Une comédie sentimentale, romantique, le plus souvent, drôle, fraîche, légère et parfois, oui, il faut le dire, un peu superficielle. Le propre d’une chick-lit est que le lecteur ne se prenne pas la tête et passe un bon moment, en passant par tout plein d’émotions de la vie courante. On peut citer les péripéties de Bridget Jones, par exemple. Ou les nombreux romans de Sophie Kinsella. On remarquera que c’est souvent une figure féminine qui y est mis en avant, et que les fins sont des happy end.
Aurore Chatras ne déroge pas à la règle. Nous suivons Maddie, une jeune femme maladroite mais déterminée, un peu têtue aussi et c’est ce qui fait son charme. Maddie est comme beaucoup d’autres jeunes femmes, mène le même train de vie que beaucoup d’autres jeunes femmes, et a sans doute les mêmes problèmes sentimentaux que beaucoup d’autres jeunes femmes. À partir de là, il est extrêmement simple de s’identifier à elle. Et rapidement, ses problèmes deviennent les nôtres. On rentre dans l’histoire, on apprend à la connaître elle et ses proches. Et on sourit, souvent. Mais on grimace aussi un peu, il faut voir certaines situations dans lesquelles se met la pauvre Maddie… Fin, frais, vivant, et addictif sont les quatre mots qui me viennent à l’esprit pour qualifier ce roman.

Mais pas que…
Donc, ce roman est une chick-lit, ça on l’aura bien compris. Mais, ce n’est pas que ça. En effet, ce roman est double. Il nous propose une comédie romantique, humoristique, bourrée de bonne humeur et de situations rocambolesques, mais aussi de mystères, de magies, d’interrogations. On se pose des tas de questions au fil de notre lecture, on se pose les mêmes questions que Maddie, mais nous, au moins, avons la chance d’en savoir plus qu’elle à la fin.
Bon, et finalement, quand on récapitule, qu’est-ce qu’on a ? Un portable. Un super design, dernier cri, le meilleur de tous, mais… qui semble avoir un défaut au niveau de l’appareil photo. Un chat. Roux. Et quel chat ! Puis, un inconnu. Un bel inconnu. Hum… Un très bel inconnu. Et la question est… MAIS QUI EST CE FICHU INCONNU ?

Dans la tête de Maddie…
Durant tout le récit, nous avons le point de vue de Maddie. Nous sommes donc complètement immergé dans sa tête, avec la première personne du singulier comme pronom. Bon, lorsque je lis une romance, j’avoue avoir du mal avec le « je », car le plus souvent, il devient une répétition qui me dérange. Le personnage devient égo-centré, alors que ce n’était sûrement pas le but de l’auteur. Ici, Aurore Chatras a réussi à alléger ce phénomène. En nous offrant les pensées de son personnage, au lieu des sempiternelles « moi je », « moi je », nous avons le droit à ses digressions, ses blablas, et pour papoter, elle papote. Ce qui fait qu’on est d’autant plus immergé dans cet univers léger et frais qu’est la chick-lit. Pour un premier essai dans ce genre littéraire, Aurore Chatras fait carton plein, elle le maîtrise à la perfection ! Sa plume est douce, fluide, se lit vite et bien et est parfaitement adaptée au genre. Un régal !

Au final, ce roman est un gâteau sucré, une petite gourmandise à déguster au cours d’un après-midi ensoleillé, ou complètement à l’opposé, avec un bon chocolat chaud, rêvant d’un temps printanier. 

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Nutty Ghosts

Un recueil de nouvelles fantastiques, à coup de revenants à toutes les sauces, c’est ce qu’est Nutty Ghosts. Une anthologie regroupant des écrivains de talent dont Patrice Quélard, Aurore Chatras et encore Manuela Legna dont vous avez déjà entendu parler sur le blog.

Résumé : « Pourquoi ne meurent-ils pas tout simplement? Ne peuvent-ils nous laisser en paix? » me direz-vous. Eh bien, si vous n’avez pas peur de trouver réponse à ces questions qui vous hantent, venez donc vous pencher sur ces 14 nouvelles qui oscilleront entre histoires terrifiantes, témoignages touchants, enquêtes ou encore explicitations improbables. Éteignez la lumière et laissez-les pénétrer !


Avis :

Vision globale…
En prenant un peu de hauteur, avant de viser juste et plus particulièrement sur quelques nouvelles, il est évident que cette anthologie a été magnifiquement constituée. Encore une fois, la thématique est traitée de différentes manières, rendant la lecture de chaque nouvelle autant captivante les unes que les autres. Donc, pas de redondance qui aurait pu rendre la lecture lente et désastreuse. Remarquez que dans les anthologies signées Nutty Sheep, ça n’est jamais arrivé, du moins, dans celles que j’ai lu. Nous alternons entre des nouvelles originales dans leur intrigue, ou leur construction, plus douces, ou plus dures, plus enfantines, ou plus adultes. Bref, dans cette anthologie, il y en a clairement pour tous les goûts et chacun se retrouvera dans les textes proposés. Que puis-je ajouter d’autre avant de passer à mon petit zoom, les nouvelles ne sont pas toute de la même taille, certaines peuvent être très longues et d’autres très courtes. C’est par exemple le cas de celle de Delphine Hédoin « Nous : Maud », courte, certes, mais efficace. Bref, je commence déjà à viser les textes donc, commençons les zoom…

L’originalité…
Dans ce paragraphe, je vais vous parler de deux nouvelles que j’ai beaucoup apprécié par leur originalité. Tout d’abord, la toute première du recueil « Fantôme à tout faire » d’Aurore Chatras. Cette nouvelle traite de la vie après la mort, avec une vision plutôt étrange et pour le moins originale donc. Avec sa plume fluide et simple, Aurore rend ce texte aussi doux qu’un roman jeunesse. Une nouvelle sans prise de tête, écrite avec le sourire je suppose, vu que je l’ai lu avec, du début à la fin.
Puis, je ne peux pas parler de ce recueil sans vous exposer une nouvelle toute particulière : « Le fantôme de mon Roger » d’Alain Delbe. Quand je l’ai lu, je me suis dit « mais c’est quoi ce bin’s ? » C’est vrai quoi, c’est lui l’auteur ou c’est pas lui ? Alain Delbe nous livre le témoignage d’une vieille femme, écrit par cette vieille femme, enfin je crois. Et on en redemande. La façon dont cette nouvelle est tournée mérite vraiment le détour !

Zoom sur : « Le foulard » de Fabien Rey…
Voilà une nouvelle bien moins dans l’euphorie, qu’elle soit magique, incendiaire, ou encore sanglante. Ici, c’est un drame. Un drame qui prend à la gorge. Qui m’a surprise aussi. Il faut dire que j’ai enchaîné les histoires de fantômes pour arriver à celle-ci… Alors, ne vous faites pas de fausses idées, c’est bien aussi une histoire de fantôme. Mais quelle histoire ! Bon, je ne vais rien vous dévoiler à l’intrigue. Si je dis un mot de trop, tout est dit donc, je vais vous parler de ce que j’ai ressenti. La plume de l’auteur est oralisée, et brute. Fluide et construit, son style participe à l’ambiance générale de la nouvelle, nous déstabilisant un peu plus. Ici, j’ai d’abord suivi l’histoire avec attention, attendant l’élément fantastique : le fameux fantôme. Puis quand il apparaît, je continue de suivre la vie tumultueuse de cet homme. La vie dramatique de cet homme. Si j’ai été bouleversée par certains passages, la chute est magnifiquement amenée, impossible à prévoir. Et celle-ci m’a même arraché un sourire. Bref, une superbe nouvelle !

Au final, voilà un recueil qui regroupe des nouvelles aux ambiances variées. Je me suis régalée de cette diversité ! Une anthologie à découvrir, pour vous la procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Les mystères de DolyVille – tome 1 : Le secret de la bibliothèque

Après des lectures pleines de thématiques fortes, un peu de légèreté fait du bien et quoi de mieux qu’un récit jeunesse écrit par une écrivaine talentueuse ? Je vous parle du premier tome des mystères de DolyVille d’Aurore Chatras.

Résumé : Thomas, un petit garçon de dix ans, vient d’arriver à DolyVille. Passionné de lecture, il passe ses journées à la bibliothèque. Un jour, il surprend une conversation entre le directeur et la bibliothécaire. Quelque chose rode à l’étage. Thomas doit faire preuve de courage pour découvrir ce qui se cache dans la salle 3B : un fantôme, un monstre… ? Suivez Thomas dans les couloirs de la bibliothèque pour percer le secret.


Avis :

L’histoire…
Nous débarquons dans une ville aux côtés d’une famille qui y emménage. Une ville un peu particulière que DolyVille. Les habitants détestent la saleté, tout est propre, partout. Thomas trouve ça un peu bizarre, mais décide de faire un effort aussi, et de bien ranger sa chambre. Nouveau dans cette petite ville, il se fait rapidement des amis, et en amoureux des livres, sa première destination est évidemment la bibliothèque… Il découvre des tas de livres, lit et lit encore jusqu’à ce qu’il surprenne une drôle de conversation parlant de l’étage de la bibliothèque. Qu’est-ce qui s’y trame ? Thomas est bien décidé à découvrir le fin mot de l’histoire…

Comme un épisode d’un dessin animé…
Lorsque j’ai terminé cette petite histoire, j’ai eu l’impression d’avoir regardé un épisode de dessin animé. Une aventure dans un univers construit. Un de ses dessins animés pour enfants, plein d’aventure et d’intrigue. Ici, c’est exactement ça. Sous couvert d’un côté fantastique non négligeable, nous enquêtons sur ce drôle de secret que cache l’étage de la bibliothèque. Avec Thomas, on avance à l’aveugle. On a peur aussi, mais on est courageux alors on veut à tout prix découvrir le problème. Et le régler surtout ! Parce que l’étage de la bibliothèque recèle de plein d’autres livres !

Du fantastique acquis dans un univers réaliste…
Voilà un drôle de titre de paragraphe. Attendez, je m’explique. Nous débarquons dans une ville somme toute banale, mis à part leur besoin de propreté mais qui sommes nous pour juger ? Donc, un univers réaliste est posé. Et puis, au fil de l’histoire, des éléments fantastiques viennent à notre rencontre et finalement, lorsque l’on arrive au bout, on se rend compte que le fantastique fait partie intégrante du texte réaliste. Le récit en devient léger, fin, et très agréable. D’autant que la plume de l’auteur est fluide et très bien adaptée au public jeunesse.

Au final, j’ai passé un très bon moment avec ce premier tome et je vous le conseille pour faire plaisir à vos enfants ! Et même à vous d’ailleurs. Il sort demain, le 22 janvier. Plus qu’à mettre une alerte sur votre téléphone pour vous procurer ce récit que je qualifierai de « première lecture ».