Twist – Lydie A. Wallon

Titre : Twist
Auteur : Lydie A. Wallon
Éditeur : Auto-édition
Genre : Fantastique
Résumé : Recueil de nouvelles : 4 récits, 4 voyages, 4 twists
– Examen de Conscience (Science-fiction)
Et si nos rêves étaient plus réels que nos jours ? Et s’ils modifiaient notre rapport au temps, à l’espace, aux autres, à nous-mêmes…
– Neuf Femmes (Fantastique)
Une japonaise erre dans une ville d’Iran à la recherche d’une maison, celle de la famille de la femme dont l’esprit partage le sien.
– La Nuit du Tsalal (Fantastique)
La sorcière Merline va devoir affronter ses pires démons. Y parviendra-t-elle sans vendre son âme au diable ?
– Bjorn & Sirèn (Conte horrifique)
Dans le froid polaire de la Scandinavie se joue un conte horrifique à vous glacer le sang.

Notation :

Avis :

Quatre nouvelles, toutes ancrées dans les genres de l’imaginaire, que ce soit du fantastique, de la science-fiction ou de l’horreur… Lydie A. Wallon, autrice de la saga la Nébuleuse d’Héra, nous transporte à travers quatre univers aux ambiances bien différentes mais au style toujours impeccable ! Entre une sorcière vengeresse, une sorte de poupée russe humaine, un rêve un peu trop réel et une histoire glaciale…

Après le premier tome de la Nébuleuse d’Héra, quel plaisir de se plonger de nouveau dans le style irréprochable de Lydie A. Wallon ! Fluide, terriblement agréable à lire, on se laisse rapidement porté entre les différents univers. Aucune lourdeur, aucune répétition, et toujours dans cette idée de réussite, lorsque des dialogues deviennent explicatifs l’autrice les construit de manière infaillible. Aucune fausse note donc, pour cette plume.

Et qu’en est-il de la thématique ? Parce que finalement, il doit bien y avoir un thème commun à ces quatre nouvelles ? Si ce n’est évidemment le twist qui marque avec brio la fin de chaque texte. Dans ces quatre récits, on retrouve toujours la place des femmes, importantes. Imposantes. Et cette fragilité qui l’accompagne. Cette fragilité qui révèle parfois des choses plus macabres. Et c’est bien ça qui lie ces nouvelles : le macabre. Que ce soit complètement horrifique avec ‘Bjorn et Siren’, ou simplement psychologique avec ‘Examen de conscience’… On retrouve des thèmes en filigrane, que ce soit le viol, la violence conjugale, ou le meurtre, omniprésent…

En bref :

Un recueil de nouvelles bien construit, regroupant des textes aux ambiances différentes mais porteur de thématiques liées. À découvrir !

**Service de presse via Simplement Pro

Electric Dreams – COUP DE CŒUR

Une série époustouflante, qui m’a laissé « sur le cul », il faut le dire. J’ai adoré suivre ces histoires, j’aurai adoré en voir encore plus. Je vous parle donc d’Electric Dreams, ma deuxième série Coup de cœur après Peaky Blinders.

Synopsis (Allociné) : Une série d’anthologie qui trouve sa source dans les nouvelles de l’auteur de science-fiction Philip K. Dick, auquel l’on doit des succès comme Blade Runner, Total Recall, Minority Report ou Planète hurlante.

Avis :

Une série anthologique…
Je n’ai pas vraiment l’habitude de regarder des séries anthologiques. À part celle-ci et American Horror Story, il ne me semble pas en avoir déjà vu. C’est donc une agréable surprise. Alors, une série anthologique c’est quoi ? À l’image d’Electric Dreams, c’est un épisode, une histoire. Pas de fil rouge comme on en retrouve dans les séries policières malgré une enquête différente à chaque épisode. On a bien des histoires sans rapprochement les unes des autres. Ou alors, à l’image d’American Horror Story, c’est une saison qui représente une histoire. Ainsi, les saisons diffèrent bien les unes des autres, vous pouvez alors les regarder dans l’ordre que vous souhaitez. Même si dans le cas d’American Horror Story, il serait possible de voir venir des crossovers, ce qui paraît plutôt intéressant comme idée, mais je m’écarte du sujet. Ici donc, Electric Dreams est une série composée de 10 histoires, 10 épisodes. Dans cette série, on retrouve des acteurs connus, dans mon cas, que j’ai déjà croisé dans d’autres séries, comme Anna Paquin qui a joué dans True Blood, ou encore Bryan Cranston, acteur qu’on ne présente plus : Malcolm, Breaking Bad…

De la SF…
Cette série révèle des épisodes de science-fiction, parfois onirique, parfois clairement ancrés dans le genre. Les histoires proviennent des nouvelles de Philip K Dick, ce qui m’a franchement donné envie de découvrir les livres. Je disais donc, certains épisodes sont plus onirique, plus ambiguë que d’autres. Quand certains sont clairement ancrés dans le Space Opera, ou Dystopie. J’ai adoré découvrir une nouvelle histoire à chaque épisode, un nouveau décor, une nouvelle ambiance, de nouveaux personnages. L’univers de Philip K Dick est d’une telle richesse, que j’en ai été époustouflée. Rien n’est superflu, il ne manque aucune information pour notre immersion. Peut-être que ce genre de série réconcilierait les anti-nouvelles avec le genre. Après tout, visionner et lire, ne donne pas le même rendu.

Une drôle d’ambiance…
Si on retrouve dans chaque épisode de la science-fiction, celle-ci peut être très présente est prégnante, comme cela peut juste être un élément en filigrane qui rend l’ambiance de l’épisode étrange, onirique, déstabilisante. Plusieurs épisodes m’ont laissé une drôle de sensation, un vide absolu et abyssal. Certaines chutes également nous invitent à nous forger notre propre opinion de la suite, et j’ai trouvé ça magnifiquement mené. À dire vrai, j’ai trouvé que tout était finement amené et construit. Ce n’est pas un coup de cœur pour rien. Chaque épisode a son ambiance, soit basique, « normale », soit plus étrange, hypnotique, angoissante aussi. Rien n’est laissé au hasard. Un véritable régal !

Au final, vous l’aurez compris, cette série est un véritable coup de cœur aussi bien pour sa réalisation, que pour le jeu magnifique des acteurs. Mais finalement, également et surtout, pour les nouvelles de Philip K Dick que j’ai maintenant très envie de lire.