L’interview Culture Geek avec Edwige de Nualiv

Edwige est à l’origine du blog Nualiv et en est une contributrice active. En ce #MardiConseil elle vous recommande Dans l’ombre de Paris de Morgan Of Glencoe : « parce qu’en plus d’être bien écrit, c’est un véritable souffle d’air frais dans la fantasy. » Un roman que je vous conseille également. J’ai le mien avec une petite griffe de l’autrice ! Avant de foncer lire cette merveille de la fantasy, laissez-vous tenter par l’interview d’Edwige. Elle vous parle, en vrac, de Small World, Caroline Giraud et même de Toy Story 4.


  • En tant que blogueuse littéraire depuis plusieurs années, pouvez-vous me citer 5 romans qui vous ont particulièrement marqué ?

Comme je me suis spécialisée dans les ouvrages autoédités, ce sont 5 ouvrages indépendants que je cite :
* Le sablier des cendres de Jeanne Sélène, parce que j’adore les œuvres qui me mettent mal à l’aise et me bousculent
* Reste de Muriel Roland Darcourt, parce que j’ai rarement lu les sentiments poussés à ce point à leur paroxysme, parce que c’est une histoire d’amour qui dérange
* La loi de Gaia de Caroline Giraud, parce que j’ai pu y lire de mes propres yeux les conséquences que pourraient avoir la peur poussée dans ses retranchements
* réacteur n°4 de J.L. Lynch, parce que j’ai adoré la douceur  qui émane de ces enfants perdus. Et aussi parce que j’ai l’impression d’être la seule à l’avoir lu et qu’il mérite tant d’autres lectures !
* Traversées des Limbes de Jean-Christophe Heckers, pour la beauté de l’écriture et la sensibilité des histoires racontées

Si je vous Amélie Nothomb, Emile Zola ou encore Franck Thilliez, vous me répondez ?

Zola sans la moindre hésitation : je n’aime pas l’écriture d’Amélie Nothomb et je n’ai jamais lu de Franck Thilliez

Au cinéma, il y a Toy Story 4, The dead don’t die et Spider Man Far From Home, qu’allez-vous voir ? Pourquoi ?

Toy Story 4 parce que je n’aime pas les films de zombies et le dernier spider man que j’ai vu (qui devait d’ailleurs être le premier) m’a trop déçue pour que je récidive. Je ne suis pas fan des 2 premiers Toy Story, je n’ai pas vu les suivants, mais ça ne me gênerait pas de les voir.

Vous avez un acteur préféré ? Ou une actrice évidemment ? Regardez-vous tous les films avec cet acteur ?

J’en ai tant… Celui dont j’ai probablement vu le plus de films, ce doit être Johnny Depp, mais je n’ai pas vu toute sa filmographie… je me suis dit qu’un jour je les verrais tous… et pourtant, le temps passe et je ne l’ai pas encore fait !

Star Gate ou Le Trône de Fer ?

Si on parle de série, Stargate pour ses personnages tous meilleurs les uns que les autres (surtout Daniel dont je suis folle amoureuse!). PS : J’ai passé des heures à regarder le générique en boucle ! PS : J’adore aussi le film !
Si on parle de livres, Le Trône de Fer bien sûr, je n’ai pas lu de Stargate, je ne sais pas s’il en existe.

Quelle série regardez-vous en ce moment ? Parlez-nous en un peu.

Je revois pour la nième fois Gilmore Girls qui est ma série « doudou » celle dans laquelle je me replonge quand je suis fatiguée ou quand j’ai le blues. Elle me fait énormément rêver et rire !

En tant que fan de jeux de société, lequel affectionnez-vous le plus ? Un d’inspiration SFFF que vous recommanderiez ?

Je suis particulièrement adepte des jeux de coopération alors je dirais Hanabi parce que c’est le premier de ce genre que j’ai découvert. D’inspiration  SFFF, j’ai joué récemment à Small World. Je me suis fait ratatiner, mais j’ai beaucoup aimé la complexité et la stratégie qu’il permet.

Avez-vous déjà tentée l’aventure des jeux de rôle ? Si oui, lequel ? Si non, seriez-vous intéressée ?

J’ai fait, il y a quelques années, une partie de In nomine Satanis, j’incarnais un démon de la gourmandise. Ça a été facile pour moi d’entrer dans le rôle ! Sinon, j’ai assisté à beaucoup de parties, mais j’ai l’impression de manquer d’imagination pour me sentir vraiment à l’aise en JDR. Un peu comme un papillon attiré par la lumière, mais qui a peur de se brûler les ailes.Cependant, mon club de l’imaginaire propose des parties tous les mois, je vais bien finir par me laisser tenter… surtout si c’est un univers steampunk !!

Pour terminer, que diriez-vous de nous citer la musique que vous écoutez en ce moment ? Celle qui vous plaît particulièrement.

En ce moment, j’écoute peu de musique (c’est une période sans), mais je tombe en pâmoison chaque fois que j’entends Dimanche soir de Grand Corps Malade

Les mystères de Dolyville, tome 2 : Des bruits dans la nuit – Aurore Chatras

Titre : Les mystères de Dolyville
Auteur : Aurore Chatras
Éditeur : Auto-édition
Genre : Jeunesse
Résumé : Alors que la nuit tombe lentement sur Dolyville, un bruit inconnu retentit dans la paisible bourgade. Les habitants, effrayés, se cachent dans leur maison. Marguerite, détective en herbe, ne se laisse pas impressionner et mène l’enquête. Découvrira-t-elle l’origine de cet étrange son, qui perturbe le quotidien de sa petite ville ?

Notation :

Avis :

Dans les rues de Dolyville, un bruit étrange terrifie les habitants. C’était sans compter sur Marguerite, bien décidée à résoudre ce mystère et comprendre ce qui se cache derrière ce son si effrayant…

Après un premier tome que j’avais beaucoup apprécié, que ce soit au niveau de l’univers, de l’intrigue mais aussi de la superbe plume de l’autrice, que je connais déjà bien. Sans surprise donc, on retrouve tout ça dans la suite : Une intrigue palpitante, et un style d’écriture si propre, si clair, si limpide, que ce roman serait parfait pour tout enfant commençant à apprendre à lire. Aucune fausse note, aucun mot au-dessus de l’autre, un véritable plaisir de clarté.

Honnêtement, voilà une chronique bien difficile à rédiger. Il faut dire que j’ai tellement apprécié le style d’écriture et le récit en lui-même, que je n’ai pas grand chose à en dire si ce n’est : j’ai adoré. Mais essayons quand même d’aller plus loin. Je vous ai donc parlé de la plume de l’autrice, mais qu’en est-il de l’intrigue ? Si dans le premier tome on suivait Thomas, nouvel arrivant dans une drôle de petite ville, dans cette suite on va enquêter aux côtés de Marguerite, grande lectrice et fan de roman policier.

Aurore Chatras nous plante non seulement un décor accessible aux jeunes enfants, mais également des personnages auxquels il est très aisé de s’identifier. Tout est vu du point de vue de ceux-ci, ce qui rend la lecture d’autant plus accessible aux jeunes lecteurs, qui se lancent dans la lecture.

En bref :

Une suite à la hauteur du premier tome, qui propulsera vos enfants dans un récit parfaitement écrit, clair, et palpitant. Je recommande vivement !

**Service de presse

Du même auteur, sur le blog :

Où l’océan rencontre le ciel – The Fan Brothers

Titre : Où l’océan rencontre le ciel
Auteurs : The Fan Brothers
Éditeur : éditions Little Urban
Genre : Jeunesse
Résumé : Lucas n’a plus que des souvenirs de son grand-père. Ce dernier lui parlait souvent d’un endroit lointain, là où l’océan rencontre le ciel. Pour ne pas l’oublier, le jeune garçon décide de construire un bateau et démarre un long voyage. Arrivera-t-il à destination ?

Notation :

Avis :

Le grand-père de Lucas est parti. Malheureusement, ils n’ont pas pu aller ensemble à cet endroit, qui semble si beau mais si mystérieux : là où l’océan rencontre le ciel. Bien décidé à s’y rendre, Lucas construit son bateau et s’envole vers de nouvelles contrées…

Superbe. C’est très clairement le mot qui nous vient à l’esprit en voyant ne serait-ce que la couverture de cet album aussi riche que poétique. Si on parlait seulement de cet aspect visuel, on aurait déjà des étoiles pleins les yeux. Une planche après l’autre, et on voyage, on se perd dans ce monde magique, et enfin, lorsqu’on atteint la destination… Lorsqu’enfin l’océan rencontre le ciel, on ne peut qu’être surpris par la superbe de l’illustration. C’est un véritable voyage, une épopée haute en couleur, qui nous propulse dans nos plus beaux rêves, à la recherche d’un entre-deux où peut-être nous trouverons ce qu’on a perdu.

Et finalement, les illustrations ne sont pas les seules pépites de cet album. Le texte, l’intrigue est toute aussi belle. Poétique. Doux. Vaporeux. On se laisse embarquer par ces mots et notre recherche d’un monde invraisemblable. Plus on fait défiler les pages, et plus on se sait. On sait qu’on va trouver. Qu’on va trouver ce qu’on cherche dans cet endroit chimérique.

Cet album véhicule plusieurs valeurs, celles évidemment de l’autonomie et de la prise d’initiative. Mais aussi une thématique forte, mais très bien tournée : le deuil. Pour faire porter un autre regard à vos enfants sur la vie, et ce qu’elles nous apportent. Pour leur montrer qu’il est toujours temps de rêver. Les yeux ouverts !

En bref :

Un superbe album qui fera voyager vos enfants et leur véhiculera des valeurs fondamentales, tout en illuminant leur regard d’un nouvel éclat. Je recommande !

**Service de presse

L’interview Culture Geek avec Isabelle Bruffaert

Autrice de fantasy et de romance, en ce #MardiConseil, Isabelle Bruffaert vous recommande La nuit des temps de Barjavel : « une inoubliable histoire d’amour et un univers fabuleux, servis par la plume magique de l’auteur ». Ne décrirait-elle pas ses propres livres ? Avant de sauter sur l’occasion de lire ce roman, ou même un des textes de l’autrice, je citerai L’oiseau de feu que j’ai adoré, lisez cette interview et apprenez-en encore davantage sur son univers…


Vous écrivez de la fantasy et de la romance, pensez-vous que l’alliance de ces deux genres est le roman parfait ? Est-ce ce que vous appréciez particulièrement ? Ou vous préférez l’histoire d’amour pour l’histoire d’amour, et la fantasy pour son côté épique ?

Le roman parfait, peut-être pas… mais il s’en approche en tous cas selon moi 😊 !! Le côté épique, j’adore, pour l’évasion qu’il procure. Quant aux histoires d’amour, elles permettent de générer des sentiments forts, des moments de lecture inoubliables ! Ma référence absolue en terme de passion, c’est le roman d’Emily Brontë, « les Hauts de Hurlevent ». Il m’a énormément marqué, je l’ai lu une dizaine de fois… et je le lirai encore !! Les caractères sombres, torturés et passionnés des personnages m’inspirent lorsque j’écris, c’est indéniable.

En littérature, vous êtes plutôt roman adulte ou roman Young Adult ? Citez-nous le dernier roman que vous avez lu ou celui que vous êtes en train de lire.

Je lis de tout, avec peut-être tout de même une préférence pour le Young Adult. En ce moment, je n’ai malheureusement pas beaucoup de temps à consacrer à la lecture… Mais je compte bien m’y remettre ! Parmi les dernières lectures que j’ai pu achever, j’ai adoré « Les âmes vagabondes » de Stephenie Meyer, et « Animale » de Victor Dixen.

Qu’est-ce qui fait, selon vous, un bon roman de fantasy ? Un exemple à nous donner ?

Il faut selon moi que les ingrédients dont j’ai parlé au-dessus soient présents : évasion et aspect épique, sentiments forts. Ensuite des personnages marquants, et un univers bien construit. Il faut que l’auteur nous offre du rêve !! Je citerai comme exemple le merveilleux roman « L’enchanteur » de Barjavel, empreint de magie et de poésie. Je suis fascinée par tout ce qui concerne les légendes arthuriennes.

Vous avez écrit une romance historique, vous pouvez nous en parler un peu ? Etes-vous attirée par l’Histoire ? Quelle est votre époque préférée ?

« Améthyste » relate les aventures d’une jeune aristocrate, juste après la Terreur, lors de la Révolution Française. C’est une héroïneau caractère bien trempé et aux idées avant-gardistes : elle veut être maîtresse de sa destinée et s’affranchir du joug des hommes, ce qui est bien compliqué à cette époque ! J’ai bien travaillé le cadre historique du roman, et avec plaisir car j’adore l’Histoire. Et j’ai ajouté la petite histoire dans la grande Histoire…
Mon époque préférée ? Celle de Louis XIII puis Louis XIV. Les mousquetaires, les complots à foison… de quoi nourrir l’imagination d’un écrivain 😉 !!! L’antiquité, l’époque gallo-romaine, m’attirent également. Peut-être le cadre d’un futur roman, qui sait ?

Quel est le genre littéraire que vous ne pouvais pas du tout lire, tellement vous en avez été déçue ?

La littérature de Camus, je n’accroche pas. J’ai essayé pourtant (les bonnes vieilles lectures imposées du lycée… peut-être était-ce trop tôt pour moi ?)

Et si je vous dis Matrix, Star Trek, Star Gate, vous me répondez ? Vous aimez la SF ?

J’adore ! Matrix fait partie des films qui m’ont beaucoup marquée. L’univers sombre et le message véhiculé par le film, presque à la façon de Vendetta, m’ont impressionnée ! Quant à Stargate, une révélation ! Je l’ai vu au cinéma lors de sa sortie, et j’en suis sortie éblouie. Je l’ai vu plusieurs fois, et mon intérêt pour ce film ne faiblit pas. En règle générale, je suis très bon public pour les films SF/anticipation : Divergente en particulier, HungerGames…

Vous êtes plutôt films cultes des années 80 ou gros blockbusters d’aujourd’hui ?

Blockbusters ! Les films à grand spectacle, j’aime beaucoup. Vous l’aurez compris je pense, il me faut de l’évasion, du rêve… bref en prendre plein les yeux !! Mon préféré : Wonder Woman !

Et pour ce qui est série TV, quelle LA série TV que vous recommandez à tout le monde, au point d’en devenir tellement lourde… ?

Walking Dead. Pourtant à la base, l’horreur, ce n’est pas mon registre préféré. Mais le post-apocalyptique en mode survival… Totalement addictif !!
J’aime aussi beaucoup The originals.

Il vous est déjà arrivé d’aller au théâtre ? Est-ce quelque chose que vous appréciez ? Vous êtes plutôt théâtre ou cinéma ?

Oui, j’y suis déjà allée ; je me souviens en particulier du « Cid », que j’avais vu à Paris avec Francis Huster et Cristiana Réali. La mise en scène remarquable avait bien su donner un souffle épique à la pièce. Au théâtre, c’est surtout l’ambiance, le cadre, qui me plaisent.
Mais je dois dire que je préfère l’immersion proposée par le cinéma. Le grand spectacle, c’est vraiment ma tasse de thé. Tout ce qui est épique, je prends ! Arthur, avec Clive Owen, Troie, font partie de mes préférés. Quand en plus il y a une belle histoire d’amour, c’est le top !!

Y a-t-il une âme de gameuse en vous ? Vous jouez à des jeux vidéos ? Des jeux de rôle ou des jeux de société ? Quel type de jeux vous intriguerait ?

Je ne risque pas de devenir accro aux jeux vidéos ! Par contre, j’ai un faible pour les jeux de société. Le jeu « Les piliers de la Terre », inspiré du roman, ou celui de « Carcassonne » me plaisent particulièrement.
Mais mon préféré, celui qui pourrait me faire plonger dans une dangereuse addiction, c’est « Magic the Gathering » !!! L’univers Fantasy n’est pas pour rien dans le plaisir que j’éprouve à y jouer.


Fan de fantasy ? Découvrez la trilogie « Les enfants de Lumière » d’Isabelle Bruffaert. Les deux premiers tomes sont d’ores et déjà disponibles !

Les Royaumes démoniaques, tome 1 : La Roche des âges – Christopher Evrard

Titre : Les Royaumes démoniaques
Auteur : Christopher Evrard
Éditeur : Auto-édition
Genre : Dark fantasy
Résumé : « Mes erreurs sont tout ce qu’il me reste. » – Ciwen
Les Royaumes Démoniaques vous proposent de suivre l’histoire d’un univers où l’horreur et la violence côtoie la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour, tandis que les légendes et mythe résonnent dans l’inconscient collectif comme des promesses d’un jour meilleur, tel la mystique roche des âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément.
Dans une existence où le macabre est un lot quotidien… Quel est le sens de la vie ? Quelle signification donner à des concepts comme l’amour et la haine, ou la guerre et la paix ? Comment les définir, et les dépasser ?
Tant d’éternelles énigmes qui se posent à chaque instant, depuis la nuit des temps.
Les réponses apparaissent toujours dans le noir, tels des lucioles fuyantes…

Notation :

Avis :

Ciwen est un mage particulier, maîtrisant la foudre. Rentre dedans, brut de décoffrage, connu pour sa fougue et sa violence, il est bien décidé à mettre la main sur la Roche des Âges. C’était sans compter sur plusieurs imprévus, qui auront l’impudence de se mettre sur sa route…

De la dark fantasy ! Quoi de mieux ? Peut-être du cyberpunk, et encore… Je suis une fan inconditionnelle de dark fantasy, mais voilà, il semblerait que ce premier tome me laisse un goût mitigé. Des maladresses dans l’écriture, une intrigue un peu trop superficielle, plusieurs éléments qui m’ont fait grimacer pendant ma lecture. Bien qu’on sente une certaine amélioration au fil du roman. La suite sera certainement bien meilleure…

Commençons par les points négatifs. Ce qui m’a le plus dérangée est l’écriture. Une écriture plutôt maladroite au début, avec des tournures de phrases quelques peu étranges. Cet aspect, néanmoins, disparaît au fil de l’évolution du roman, où on sent une assurance de plus en plus certaine dans le déroulement de l’intrigue et l’écriture. Cependant, en ce qui concerne les répétitions, elles restent présentes tout du long, venant alourdir le texte. Et, associées à l’utilisation accrue du participe présent, le tout s’est révélé de nombreuses fois plutôt indigeste. Pour terminer sur l’écriture, j’ajouterai que certains dialogues m’ont hérissé les poils. Peu naturels et gênants par moment.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est, dans ce premier tome, plutôt superficielle. On ne rentre pas dans le détail, on reste en surface. C’est peut-être voulu de la part de l’auteur. Avec cette idée de nous intriguer suffisamment pour nous offrir une suite plus creusée et vraiment ancrée dans un univers précis de fantasy. On ressent un manque d’informations, un manque d’éléments, un manque tout simplement, qu’on attribuera au caractère introductif du premier tome.

Passons, dès lors, à ce qui est positif. Assez globalement, j’ai apprécié ma lecture, avec une envie persistante tout de même de savoir la suite. Comme je l’ai dit plus haut, la plume s’améliore au fil de la lecture et rend le récit d’autant plus captivant. Le personnage de Ciwen, s’il peut être agaçant, est une sorte d’anti-héro bienvenu, bien que son caractère soit tout de même plutôt commun en dark fantasy. L’auteur utilise les codes du genre, et ça marche. On soulignera d’ailleurs la présence de superbes illustrations qui apportent une plus-value certaine à ce roman, qui mérite qu’on s’attarde dessus.

En bref :

Un premier tome prometteur, qui laisse présager, on l’espère, une suite meilleure. Un auteur à suivre !

**Service de presse

In My Mailbox #66

In My Mailbox est un rendez-vous littéraire créé par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Le blog Lire ou mourir reprend les blogs participants à ce rendez-vous. Le but est de présenter ses ouvrages reçus au cours de la semaine passée.


De sacrés nouveautés pour cette semaine, il faut dire que le Salon du Fantastique est passé par là. Commençons par les 3 services de presse reçus. Le premier est la suite des Chroniques des secondes heures de Tanglemhor. Le tome 3 qui me tarde de lire ! Pour retrouver mes avis sur les deux premiers tomes, c’est par ici : tome 1 / tome 2. On a ensuite Les mains pleines de lumière de VII, un roman de SF (Anticipation, post-apocalyptique). La couverture est très simple, pas très ragoutante je dois dire, mais pour le reste, je suis intriguée. À voir, donc ! Et enfin, le dernier service de presse reçu est un album, très bel objet en lui-même, sur les animaux dangereux. Sortie prévue en novembre !

Passons maintenant aux romans achetés pendant le Salon du Fantastique. Tout d’abord, j’ai eu la surprise de rencontrer l’autrice de L’éclat et l’ombre, roman de fantasy très sympa bien qu’avec encore quelques maladresses. J’en ai donc profité pour me procurer la suite, et voir donc ce que cela réserve ! Pour découvrir mon avis sur le tome 1, c’est ici. Je me suis arrêtée quelques instants également sur le stand de Marathon éditions, qui m’ont présenté toutes leurs petites merveilles et j’ai donc craqué pour The Big History Show dont l’autrice a su aiguiser ma curiosité. Ensuite, je me suis attardée sur le stand des éditions Noir d’Absinthe. Il faut dire qu’il y avait des auteurs (essentiellement des autrices d’ailleurs) bien sympathiques. J’ai notamment eu l’occasion de discuter avec Sarah Buschmann et Sara Pintado. Sans surprise, j’ai donc craqué pour l’anthologie La Folie et l’Absinthe contenant de bons auteurs avec Patrice Quélard, Sarah Buschmann qui m’a écrit un petit mot, mais également Dorian Lake avec une petite gribouille et Geoffrey Legrand qu’on reverra après. Après discussion avec Sara Pintado j’ai finalement craqué pour son roman de fantasy Mojunsha, qui semble aussi imposant que dépaysant. Puis, revenons à Geoffrey Legrand qui m’a dédicacé sa nouvelle dans le recueil La Folie et l’Absinthe mais aussi son roman, qu’à force d’en entendre parler je devais découvrir. Le premier tome d’Osukateï a donc rejoins ma PAL. Ensuite, au détour d’un stand, sans vraiment faire attention, je reconnais un nom : Morgan Of Glencoe. Et je discute, et on se rappelle de ce roman que j’avais tant aimé il y a quelques temps déjà. Longtemps déjà. Nouvelle édition. Agrémentée de nouvelles scènes. Et hop, une gribouille en prime. J’ai donc fini en possession de la nouvelle édition de Si loin du Soleil, renommée Dans l’ombre de Paris. Je suis impatiente de me replonger dans ce superbe univers ! Et pour terminer, j’ai me suis arrêtée sur le stand plein de petites merveilles des éditions l’Alchimiste. Si j’ai eu l’occasion de crier mon amour de Lyon des Cendres à son auteur, j’ai également pu acquérir les deux premiers tomes de 2048 de Lionel Cruzille, avec la dédicace of course ! Une trilogie, aux allures de Cyberpunk, qu’il me tarde de commencer.

The Terror – Saison 02

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : AMC
Genres : Thriller / Horreur
Saison : 2
Synopsis : Durant la Seconde Guerre mondiale, un spectre terrifiant menace la communauté nippo-américaine regroupée dans des camps d’internement au sud de la Californie suite à la guerre du Pacifique.

Notation :

Avis :

En plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, les japonais vivant aux Etats-Unis sont parqués dans des camps d’internement. En plus de la menace constante qu’est la colère des américains à leurs égards, les japonais, et particulièrement Chester et sa famille, doivent faire face à d’étranges événements, aussi terrifiants que mystérieux…

Si la première saison avait un côté lenteur maîtrisée, provoquant finalement, une tension bienvenue, cette deuxième saison, toujours aussi lente, perd néanmoins de l’ambiance suffocante de sa prédécesseur. Des scènes soporifiques sont entrecoupées de scènes plus horrifiques, bien qu’on cherche encore la terreur et ce sang qui se glace comme lors de cette attente dévastatrice de la première saison.

Vendue comme une série horrifique, The Terror Infamy n’est pas à la hauteur, malgré finalement une intrigue posée dans un décor plutôt bien campé. Parce que nous sommes immergés dans une Amérique qui déteste à la fois les japonais et leur culture. Nous sommes immergés dans une époque bien souvent présentée, mais sous un jour nouveau et un point de vue très différent. C’est ce qui fait que cette série mérite tout de même d’être vu. Ne serait-ce que pour ressentir finalement cette représentation d’une Amérique coupable de maltraitance envers les japonais habitant aux Etats-Unis.

Série horrifique qui n’en a que le nom donc, mais qui aurait pu sortir du lot, et notamment grâce à son intrigue basée sur les croyances japonaises. Croyances pour le moins terrifiantes, du moins, en apparence. Puisque finalement, elles ne sont pas du tout bien mises en évidence. Dommage donc, pour cette deuxième saison pas le moins du monde glaçante…

Terminons par parler néanmoins d’une scène en particulier vers la fin de la saison, qui vaut, à mon sens le détour, et d’où découle une terreur psychologique aiguë, et pose le doute sur l’humanité. Je parle évidemment du bombardement d’Hiroshima, et la manière dont cela a été accueilli aux Etats-Unis…

En bref :

Une saison deux moyenne, loin de l’horreur promis et un peu trop lente pour être véritablement addictive. À voir pour le folklore japonais et l’époque choisie.

Jeux d’enfants, tome 2 – Muneyuki Kaneshiro & Akeji Fujimura

Titre : Jeux d’enfants
Auteur : Muneyuki Kaneshiro & Akeji Fujimura
Éditeur : éditions Pika
Genres : Fantastique / Horreur
Résumé : Shun se retrouve à l’hôpital à la suite des événements meurtriers survenus dans les lycées du monde entier, et qui ont fait voler en éclats son quotidien jusque-là ennuyeux. Avec les autres survivants japonais, il est interrogé par la police, qui les soupçonne d’être coupables des massacres. Mais voilà que soudain, l’hôpital se trouve envahi de bizarres kokeshi, ces poupées de bois, qui obligent Shun et ses compagnons d’infortune à participer à d’autres jeux d’enfants… Comment vont-ils, cette fois-ci, se sortir vivants de ces mystérieuses épreuves ?

Notation :

Avis :

Suite directe, on retrouve donc Shun à l’hôpital, pensant naïvement que tout est enfin terminé. Malheureusement, il a parlé un peu trop vite. Et les Kokeshi débarquent ! Semant la terreur, l’horreur, le sang et la mort…

Déboussolant. Fou. Abracadabrant. Voilà ce qu’est le deuxième tome de Jeux d’enfants. Plus encore que le premier tome, il nous propulse dans un univers incroyable de terreur, de folie, de décadence psychologique… Une suite suintant la crasse et l’odeur âcre du sang. Et lorsqu’on relit mon avis sur le premier tome, on peut voir que j’avais décidément beaucoup apprécié le côté complètement fou et hors-normes de ce manga. C’est d’ailleurs, toujours le cas.

On retrouve les codes des mangas classiques du genre. À l’image, notamment, de Killing Maze dont j’ai parlé cette semaine. Aspect psychologique important, avec une préférence pour l’horreur, et éléments stratégiques fondamentaux qui ont tendance à mettre notre concentration à rude épreuve. On retrouve donc ce schéma, avec une pointe d’humour, et, de folie il faut le dire.

Ce manga est déjanté. Décalé. Et c’est ce qui en fait une pépite qui brille un peu plus fort dans la masse de mangas du même genre. Délectable.

En bref :

Un deuxième tome aussi fou que le premier, qui aura l’honneur d’allier horreur, épouvante et mystère dans une ambiance complètement hallucinante.

Peaky Blinders – Saison 05

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : BBC
Genres : Historique / Drame
Saisons : 5 (en cours)
Synopsis : Tommy Shelby restera-t-il député du Labour ? Alors que l’Angleterre plonge dans la crise de 1929 et voit monter le péril totalitaire, le chef des Peaky Blinders prend des décisions qui vont affecter la nation tout entière.

Notation :

Avis :

Crise de 1929, montée du totalitarisme, comment réagissent les Peaky Blinders face à ce monde qui bouge, et pas dans le bon sens ? Après avoir perdu une large partie de leur fortune, les Peaky Blinders reviennent à leurs vieilles affaires, entre trafic de drogues et préméditation de meurtre…

Quelle saison que cette cinquième pépite de la magnifique série Peaky Blinders ! Les femmes sont là encore au centre de la série, mettant en avant leur force de caractère et de décision. Et puis, cette montée du fascisme… Et leur réaction… La réaction d’un groupe de gitans face à la montée du totalitarisme, du racisme et de la xénophobie. Difficile de rester de marbre, difficile de fermer les yeux devant cette partie de notre Histoire bien dure à digérer.

Comme vous pouvez le voir, je suis plutôt emballée par cette cinquième saison, qui est, je pense, la meilleure de tous. La plongée historique est si réaliste, dans ses décors et ses dialogues qu’on en vient à s’y perdre. Les manipulations, les histoires conjugales, l’émancipation des femmes… Une saison qui reprend tous les codes qui font de Peaky Blinders une série incontournable.

On notera la superbe du travail réalisé par Cillian Murphy sur son personnage : de plus en plus torturé, tourmenté, en détresse… Tout à fait dans l’ambiance magistrale et décadente de cette cinquième saison.

En bref :

La meilleure saison de Peaky Blinders, qui nous propulse à une époque difficile pour la société, provoquant la montée du totalitarisme. À voir, et à revoir ! En ce moment sur Arte !