Focus on… S02E01 The Terror

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : AMC
Genres : Fantastique / Horreur
Saisons : 2 (en cours)
Synopsis : Durant la Seconde Guerre mondiale, un spectre terrifiant menace la communauté nippo-américaine regroupée dans des camps d’internement au sud de la Californie suite à la guerre du Pacifique.

Détails :

The Terror est une série anthologique, fonctionnant sur le même principe qu’American Horror Story. La première saison se déroulait sur la mer, et dans la glace. Cette deuxième saison se passe dans un camp de japonais et d’americains pendant la Seconde Guerre mondiale. Vous pouvez retrouver mon avis sur la première saison ici.

Avis :

Après une première saison plutôt anxiogène et sanglante, j’en attend beaucoup de la deuxième. Et le premier épisode me met l’eau à la bouche. On tombe donc aussitôt dans ce camp comprenant aussi bien des américains que des japonais, au moment où les deux peuples sont en guerre dans la Seconde Guerre mondiale. La tension à ce niveau-là est d’ailleurs bien présente, avec les soupçons d’espionnage pour l’empereur qui volent au-dessus de chaque japonais.

Si on retrouve une certaine lenteur maîtrisée comme on a pu avoir dans la saison 1, on rentre néanmoins bien plus rapidement dans l’intrigue. Avec, tout de suite, des mystères, de l’horreur et des rebondissements. On notera par ailleurs des épisodes longs de presque une heure, mais il s’est avéré que j’ai à peine vu le temps passer avec ce premier épisode.

Pour ce qui est de l’aspect plus technique, la présence de japonais entraîne pas mal de dialogue dans cette langue. Une langue que j’apprécie beaucoup, donc je n’ai ressenti aucune gêne à ce niveau. Au contraire, cela ajoute du réalisme à la série. Ensuite, le décor est assez bluffant. On est transporté au XXè siècle avec force et talent. De quoi se perdre entre les bateaux de pêche, les usines bruyantes, et les rues crasseuses…

Une bonne première mise en bouche avec ce premier épisode qui promet une saison 2 aussi mystérieuse que captivante.

Les 100 – Saison 06

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : CW
Genre : Science-fiction
Saisons : 6 (en cours)
Synopsis : Les 100 dorment dans un sommeil cryogénique. Ils voyagent ainsi pendant plus de cent ans. Ils se réveillent sur une nouvelle planète à travers la galaxie. Ils vont devoir explorer ce nouvel espace peuplé par des habitants pacifistes dont le leader s’appelle Russell.

Notation :

Avis :

Le peuple de Wonkru débarque sur une nouvelle planète, prêts à repartir à zéro, dans la paix. Prêts à tout effacer et prendre un nouveau départ… Malheureusement, le destin n’en a pas décidé ainsi, et ils se rendent rapidement compte que les habitants de cette planètes en apparence pacifiques cachent un terrible secret, qui pourrait bien mettre à mal toutes leurs bonnes résolutions…

Après un essoufflement de la série, les 100 reviennent en force avec cette sixième saison. Fini les guéguerres à n’en plus finir entre les populations de la Terre, fini la folie des uns et ce cloisonnement étouffant dans une intrigue qui s’essouffle. L’arrivé du vaisseau sur une nouvelle planète nous permet de prendre un nouveau départ autant que pour le peuple de Wonkru.

Ainsi donc, on débarque sur une planète aux côtés des derniers 100 survivants et de leurs acolytes avec cette idée en tête : faire mieux. Malheureusement, il s’avère que ça va être bien difficile. Ce que cette saison a de plus est évidemment les enjeux d’une nouvelle planète, d’un nouveau décor. Mais également l’intrigue en elle-même, qui paraît plus poussée, plus développée. Dès lors, la fin de la saison 6 laisse d’ailleurs flotter pas mal de mystères qui donne terriblement envie de découvrir la suite.

Les acteurs ont toujours un excellent jeu, nous entraînant d’autant plus dans cette ambiance un peu macabre parfois, terriblement anxiogène souvent, et incroyablement addictive assurément. Une belle saison prometteuse pour une suite encore meilleure !

En bref :

En bref, la saison 6 des 100 est exceptionnelle de nouveauté. Une suite passionnante qui donne un véritable second souffle à une série qui s’essoufflait.

UglyDolls

Titre original : UglyDolls
Durée : 1h28
Réalisateur : Kelly Asbury
Date de sortie : 10 juillet 2019
Genres : Animation, musical
Synopsis : À Uglyville, on aime tout ce qui est bizarre, on célèbre les particularités et la beauté cachée ailleurs que dans les apparences. Moxy, une drôle de petite créature à l’esprit libre, et ses amis les UglyDolls vivent chaque jour dans un tourbillon de joie et de bonne humeur, savourant la vie et ses possibilités infinies. Moxy est parfaitement heureuse dans cet endroit où personne n’est comme tout le monde. Mais sa curiosité naturelle la pousse à se demander ce qui peut bien se trouver de l’autre côté de la montagne où se niche Uglyville. Accompagnée de ses amis, elle va découvrir un autre monde, Perfection, une ville où les poupées ordinaires sont élevées pour être idéalement conformes aux critères conventionnels afin de séduire les enfants. Moxy et ses copains vont être soumis aux manipulations de Lou, la poupée idéale chargée de former les nouvelles recrues. À Perfection, les UglyDolls vont se retrouver confrontés à la différence, au rejet et à l’envie d’être aimés, mais ils finiront par comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’être parfait pour être extraordinaire et que la seule chose qui compte, c’est qui l’on est vraiment.

Notation :

Avis :

Dans un monde où les poupées ont une âme, deux lieux se distinguent : Uglyville et Perfection. À Uglyville vivent ces poupées qui ont été ratées. Et puis, à Perfection se trouvent celles qui se préparent à vivre leur vie de poupée aux côtés de leur enfant. Mais ce n’est pas parce qu’à Uglyville les poupées sont bizarres qu’elles n’aspirent pas à une vie normale avec un enfant… S’engage alors une véritable épopée pour Moxy qui décide qu’elle aussi a le droit au bonheur, malgré sa différence.

UglyDolls est un film d’animation bien mené, qui malgré une intrigue somme toute plutôt simplette, réussit à faire passer des messages importants, sans leçon de morale. Nous avons donc ce contraste entre ceux qui rentrent dans le moule, et ceux, au contraire, qui sont différents. Tout le film va tourner autour de cette envie de la part de ceux qui sont différents (les UglyDolls) de rentrer dans un moule de normalité afin d’être accepté. Or, et c’est bien la morale de ce film, ils se rendent rapidement compte que ce sont leurs différences qui font leur force.

Très bien tourné, ce message peut ainsi s’appliquer à bien des cas, et rappelle aux enfants la tolérance et le respect, aussi bien de soi-même que des autres. Ce fut donc une très bonne découverte dans cet aspect, bien que comme dit un peu plus haut, l’intrigue reste très classique, sans trop d’effort. Il faut dire que cela s’adresse aux enfants, ne l’oublions pas !

En bref :

Finalement, UglyDolls est une jolie découverte pour le message véhiculé, qui plaira d’ailleurs assurément aux enfants, même si on reste sur une histoire classique à l’ambiance presque identique aux dessins-animés du même genre. Peu d’originalité donc !

Chernobyl – Mini série

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : HBO
Genres : Drame / Historique
Saison : 1 (terminée)
Synopsis : 26 avril 1986, l’histoire vraie de la pire catastrophe causée par l’homme et de ceux qui ont sacrifié leur vie pour sauver l’Europe du drame. L’explosion d’un réacteur à la centrale nucléaire de Chernobyl, en Ukraine, a de terribles conséquences aussi bien sur le personnel de l’usine, que sur les équipes de secours, la population et l’environnement.

Notation :

Avis :

Chernobyl est une mini-série TV diffusée par HBO, une mini-série monstrueuse qui nous expose la vérité avec toute sa cruauté brute. À vrai dire, je n’ai pas grand chose à dire sur cette série, il me semble qu’il faut la voir pour le croire. Ce que je dirai c’est qu’elle nous présente la réalité des événements de Chernobyl qui ont fait tant de morts. On a, par ailleurs, la version de l’Union Soviétique, ce qui me paraît assez inédit. D’autant plus que nous sommes proches d’un biopic, puisque ce serait la véritable histoire du scientifique, le personnage principal dirons-nous, de la série.

Ce que j’ai trouvé très intéressant, donc, est le point de vue développé. Nous sommes enfin au cœur du désastre aussi bien humain qu’écologique, avec son hypocrisie et ces décès… On se perd dans la vie de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui mourront, à cause de la folie de quelques hommes.

La fin de la série s’achève sur un épilogue écrit, nous expliquant ce qu’il est advenu de ce scientifique, mais également de Chernobyl et de ses habitants, en général, ou ceux sur lesquels la série s’attarde. L’information qui m’a le plus ébahie concerne le nombre de morts reconnu par l’Union Soviétique, seulement 31, quand les estimations en comptent des milliers, voire des dizaines de milliers.

En bref :

Une série à voir, pour ne pas oublier, ne jamais oublier tous ces gens morts à cause des mensonges de quelques uns… « Quel est le prix des mensonges ? »

Miracle Workers – Saison 01

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : Warner TV
Genres : Comédie / Fantastique
Saison : 1 (en cours)
Synopsis : Craig, un ange du bas de l’échelle, est chargé de réceptionner toutes les prières de l’humanité, pour laisser à Dieu le temps de s’adonner à ses loisirs. Pour éviter la destruction de la Terre, il va devoir – aidé de sa collègue Eliza – accomplir son plus grand miracle en rapprochant deux humains, Laura et Sam.

Notation :

Avis :

Imaginez-vous à quoi ressemblerait la grande machinerie de Dieu ? Comment les voyez-vous, là-haut ? Certainement pas comme nous le propose cette série comique… Aussi originale que fraîche, Miracle Workers est une série pleine de surprise.

Tout commence par une mention spéciale à l’univers lui-même dans lequel on se perd avec plaisir et curiosité. Rappelant le film d’animation Vice Versa, on se demande ce qu’ils peuvent bien faire dans le département des Mammouths ou même dans celui des organes génitaux. Dommage, donc, qu’on ne puisse pas en voir plus, quant à ce décor qui reste tout de même plutôt mystérieux. Il faut dire que le format de 20 minutes des épisodes n’aide pas à approfondir cet aspect.

Outre ce monde passionnant et original, la comédie en elle-même, et l’intrigue donc, ne sont pas en reste. Bien au contraire, on suit une histoire bien ficelée, tout au long de ces 7 épisodes. Dans l’objectif de sauver la Terre, prête à exploser dans 14 jours, si le défi n’est pas remporté. Et quel défi ! Faire en sorte que deux âmes amoureuses mais d’une timidité maladives s’embrassent finalement. Dès lors, on va camper le plus clair du temps au département des prières avec Craig, un névrosé solitaire (interprété par notre cher Daniel Radcliffe) et Eliza, une jeune femme pleine d’ambitions (joué par Geraldine Viswanathan, notamment vu dans le film un peu fou de Netflix Le Paquet).

Par ailleurs, les personnages ont une grande importance dans cette comédie, puisqu’en dehors de l’univers, c’est bien dans leur caractère qu’ils vont nous faire passer un très bon moment. Entre Craig et ses tics, Eliza et sa folie des grandeurs, ou encore Dieu et son manque total de maturité… Décidément, une bonne saison 1 malgré ces malheureux 7 petits épisodes. On notera que la saison 2 verra les acteurs changer totalement de rôle, faisant de cette série une série anthologique, à l’image d’American Horror Story ou The Terror.

En bref :

Finalement, on a là une très bonne comédie flanquée d’un univers original et passionnant, accompagné de personnages rocambolesques. Une première saison à voir, malgré sa petitesse.

The Boys – Saison 01

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : Amazon Prime Video
Genre : Science-fiction
Saison : 1 (en cours)
Synopsis : Dans un monde fictif où les super-héros se sont laissés corrompre par la célébrité et la gloire et ont peu à peu révélé la part sombre de leur personnalité, une équipe de justiciers qui se fait appeler « The Boys » décide de passer à l’action et d’abattre ces super-héros autrefois appréciés de tous.

Notation :

Avis :

Quelle foutue série !

Voilà comment commence mon avis et comment il peut être résumé, d’ailleurs. Il faut dire que j’ai été estomaquée par cette première saison de The Boys, aussi irrévérencieuse et jouissive qu’elle a pu être. Une sacrée claque qu’on se prend là. Et le pire, c’est qu’on en redemande !

Alors, The Boys qu’est-ce que c’est ? C’est une équipe d’individus plutôt hétéroclites qui se liguent contre ces Supers qui pullulent aux Etats-Unis. L’un ne fait qu’un avec les fonds marins (Aquaman sort de ce corps), l’autre ressemble à une copie mal faite de Super-Man, et puis celui-là semble être le remake noir de Flash. Aux premiers abords, on pourrait penser à une parodie de nos Super-héros préférés. Mais finalement, on va bien au delà de ça. C’est un monde à part entière, qui sans nul doute, nous offre quelques clins d’œil bienvenu.

Mais voilà, on aurait pu croire que ces Supers étaient aussi généreux et braves dans la vie publique que dans la vie privée, mais heureusement… Ce n’est pas le cas ! Entre viol, meurtre, drogue, orgie, cette série nous révèle une facette cachée et noire de ces héros ‘bien sous tout rapport’, qui font rêver l’Amérique. Irrévérent, et jouissif sont les deux mots qui la caractérisent. Des touches d’horreur sanglante viennent achever de nous convaincre pour nous faire rêver d’une suite rapidement (Oui, on peut toujours rêver).

En bref :

Une excellente, que dis-je, une superbe, que dis-je, une grandiloquente, que dis-je, une foutue série ! À voir absolument en toute urgence.

Another life – Saison 01

Date de sortie : 2019
Diffusée sur : Netflix
Genre : Science-fiction
Saison : 1 (en cours)
Synopsis : Lors d’une mission ultra-risquée, l’astronaute Niko Breckenridge et sa jeune équipe affrontent de terribles dangers pour en savoir plus sur un artefact extraterrestre, retrouver les propriétaires et établir un contact.

Notation : 

Avis :

La vie sur Terre se déroulait sans encombre, quand soudainement une sorte de symbole de l’infini géant vole dans le ciel. Il n’en faut pas plus pour alerter la population, et de fait, il semblerait que ce soit un appareil extra-terrestre. Mais que veulent ces envahisseurs ? Ont-ils de bonnes ou de mauvaises intentions ? Un couple travaille sur le sujet, l’un tente de communiquer avec eux, et l’autre mène une expédition spatiale pour les trouver et établir un contact.

Nous sommes dans la SF classique surtout lorsqu’on lit le synopsis. Or, il s’avère qu’on est bien loin de l’invasion extra-terrestre où l’humanité tente de survivre, à la Falling Skies par exemple. Ici, on est plus souvent dans un vaisseau que sur Terre, où la relation avec les envahisseurs ressemble davantage à Premier Contact en mode côté obscur qu’à un véritable survival.

Le plus intéressant reste ce qui se déroule sur le vaisseau, et ce que vivent les membres de l’équipage de celui-ci. Plus d’un aurait perdu la tête, mais ils semblent forts comme des rocks. Il faut dire qu’il leur en arrive des aventures… Tellement qu’on en vient à se dire qu’ils n’ont décidément pas de chances. C’est sans doute de là que vient ce quatre étoiles, et non les cinq. Néanmoins, l’aspect horrifique n’est pas à prendre à la légère faisant de cette série un joli mélange entre horreur, science-fiction et action.

Une sorte de huis clos angoissant où la tension monte crescendo, entrecoupée de scènes plus posées. De véritables montagnes russes, pour notre plus grand bonheur finalement. Dévorée en une journée, cette première saison est addictive, et captivante. De nombreux sujets sont par ailleurs traités en arrière plan, tel que l’homosexualité, ou encore le polyamour. Une excellente découverte !

En bref :

Une très bonne série, qui nous tient en haleine tout du long. Pas un seul temps mort, tellement, qu’on en perd presque la notion du temps. Merci Netflix !

Britannia – Saison 01

Date de sortie : 2018
Diffusée sur : Amazon Prime Video
Genres : Fantastique / Historique
Saison : 1 (en cours)
Synopsis : 43 ans après J.C., l’invasion romaine de ce qui va devenir le Grande-Bretagne. L’armée impériale romaine retourne écraser la Britannia, un territoire mystérieux tenu par de sauvages guerriers et de puissants druides.

Notation :

Avis : 

Entre magie et obscurité, froid et glace, forêt et village, se cache Britannia. Une série qui laisse un drôle d’arrière goût difficilement identifiable. Entre le pas-assez-du-tout, et le trop-un-peu-flou. Et de quoi ça parle ? De Britannia, aux temps anciens, au moment où les romains décident de s’attaquer de nouveau à cette terre pour faire plier ce village d’irréductible gau… ah non ! Bref, vous aurez saisi le concept.

Objectif : Prendre possession de Britannia. Par quel moyen ? Tous sont bons pourrait-on dire. Comme faire de multiples alliances, jouer un double jeu, manipuler et pourquoi pas, faire un voyage aux enfers. Oui, oui, vous avez bien lu. Pas ou peu d’actions, mais du fantastique un peu brumeux sera au rendez-vous. Des druides, des incantations, des dieux… Une magie étrange et mystique, qui pue parfois la crasse et la luxure.

Et si cette ambiance un peu flou, un peu entêtante, voire évanouissante, est plutôt intéressante, il n’en reste pas moins que cette première saison manque d’actions. Si bien qu’on ressort parfois de certains épisodes avec une sensation de vide, se demandant à juste titre ce qui s’est finalement passé durant ces quarante cinq minutes. En revanche, l’aspect historique est extrêmement bien mis en scène, que ce soit dans les costumes, les décors ou le jeu des acteurs.

En bref :

Une première saison un peu étrange, à l’ambiance particulièrement étourdissante qui nous laisse finalement sur une note de j’en-ai-pas-eu-assez et j’en-veux-encore-plus. À voir !

The Marvelous Mrs Maisel – Saison 01

Date de sortie : 2017
Diffusée sur : Amazon Prime Video
Genre : Comédie dramatique
Saisons : 2 (en cours)
Synopsis : Dans le New York de 1958, Miriam “Midge” Maisel a tout ce dont elle peut rêver : un mari parfait, 2 enfants et un appartement élégant dans l’Upper West Side. Mais sa petite vie parfaite prend un virage inattendu lorsqu’elle se découvre un talent pour le stand-up.

Notation :

Avis :

Les années 60. New York. L’Upper West Side. Une vie bien rangée, un mari aimant et deux enfants en bonne santé. La vie de Miriam Maisel est parfaite. Du moins, jusqu’à ce que son mari lui annonce qu’il a une maîtresse. Cette stupide secrétaire qui sait à peine tailler un crayon avec un taille crayon automatique… Coup dur pour Miriam qui décide de se saouler. De cette succession de verre d’alcool, elle se découvrira un talent pour le stand up et… l’exhibitionnisme.

Autant dire que cette série est exceptionnelle. La saison 1 nous offre autant de tranches de rire que de moments plus émouvants. On est complètement immergé dans un New York des années 60, avec les beaux-quartiers, et les bars un peu plus crasseux. Le contraste est délectable, d’autant qu’il nous permet de découvrir les deux facettes de New York à cette époque.

Evidemment, cette série ne tourne qu’autour de la pétillante Miriam, et ce n’est pas pour nous déplaire ! Bien au contraire ! Indépendante, vivante, déterminée, Miriam est une femme forte qui n’a pas besoin d’un homme, comme de nombreuses femmes le pensent à cette époque, pour vivre sa vie comme elle l’entend et être épanouie. Une série puissante sur l’émancipation des femmes, à l’image de La servante écarlate. Drôle et lumineuse, Mrs Maisel a encore, j’en suis sûre, encore beaucoup de choses à nous raconter…

En bref :

Une première saison exceptionnelle qui se déguste aux petits oignons. Mrs Maisel nous prouve la force des femmes à une époque où il leur était difficile de s’affirmer, voilà une série qui fait un bien fou !

Focus on… S01E01 Charmed (2018)

Date de sortie : 2018
Diffusée sur : The CW
Genre : Fantastique
Saisons : 2 (en cours)
Synopsis : Après la mort de leur mère, les trois soeurs Mel, Maggie et Macy découvrent qu’elles sont les descendantes d’une lignée de sorcières. Entre les démons à massacrer, le patriarcat à combattre et les liens familiaux à maintenir intacts, le boulot d’une sorcière n’est jamais terminé…

Détails :

Charmed est un reboot de la série du même nom, qui aura marqué plusieurs générations. Trois sœurs, trois sorcières qui se battent contre les démons.

Avis :

Que dire ? Eh bien, voilà un premier épisode très décevant. Un reboot ou comment détruire une excellente série. On sent que le mouvement me too est passé par là également, ce qui aurait dû sans doute être drôle ou au moins à vocation pédagogique, s’avère lourd et agaçant. Je soulignerai également la transformation en lesbienne d’une des sœurs, pour sûrement rester dans la modernité et l’air du temps. Et comme si tout ceci n’était pas suffisant, l’une d’elles n’arrête pas de parler science, et l’autre doit à peine avoir vingt ans.

Si les trois sœurs ont vu leur âge se réduire, elles ont aussi vu leur complicité se détériorer. Aucune alchimie entre elles. Les actrices me paraissent surjouer à plusieurs reprises. Et enfin, je terminerai ma longue liste de mauvais choix scénaristiques par le public visé, clairement adolescent. Une teen series niaise, et parfois gênante. Les sœurs Halliwell me manquent !

Une série que je ne continuerai pas. Et que je ne recommande certainement pas non plus !