Oppressions, tome 1 : From past to present – Patrice Quélard

Titre : Oppressions
Auteur : Patrice Quélard
Éditeur : auto-édition
Genre : Anthologie
Résumé : Des générations d’hommes et de femmes se sont battues, souvent jusqu’au sacrifice suprême, pour conquérir leur liberté face aux oppressions politiques ou religieuses. Mais au-delà de ces causes supérieures, nos vies quotidiennes, nos histoires personnelles recèlent pléthore d’oppressions auxquelles nous tentons de résister ou d’échapper, mais que nous reproduisons pourtant nous-mêmes inlassablement, génération après génération : le père, le chef, le sexisme, les croyances, les superstitions, le devoir, la patrie, la médecine, le nom, l’ascendance, les conventions sociales, l’idéologie, l’argent… Pouvons-nous un jour espérer nous affranchir de tout cela ? Consciemment ou inconsciemment, nous multiplions les oppressions infligées, et du même coup celles subies. Tels des pompiers pyromanes, nous continuons à aspirer à la liberté dans un monde que nous nous employons à recouvrir de chaînes avec une application schizophrénique.


Notation :

Avis :

Oppressions des femmes, des riches, des pauvres, du pouvoir… Idéologie, puissance, religion, xénophobie… Bien des thématiques portées sous une seule et même bannière, celle de l’oppression. Celle de la décadence du genre humain, sous bien des formes et durant bien des époques…

Habituée des écrits de Patrice Quélard, c’est avec un plaisir non dissimilé que je me suis lancée dans ce recueil de nouvelles, avec une certitude, celle de sa qualité. Et c’est peu dire ! Style impeccable, structure parfaite, et intrigue captivante, l’auteur nous projette dans des récits plus prenants les uns que les autres, nous amenant à une véritable réflexion sur toutes les thématiques évoquées. On est interpellé, on devient plus alerte, plus vigilant. Chacune des nouvelles ouvre sur une forme d’oppression différente. C’est, d’ailleurs, parfois au lecteur lui-même de saisir de laquelle il s’agit. 

Des textes profonds, qui amènent à une réflexion, voilà de quoi se compose ce recueil. Perdu entre plusieurs époques, perdu entre plusieurs genres, perdu entre plusieurs personnages, on se laisse porté par la plume inspirante de Patrice Quélard.

« C’est beau, un facho ému par la fraternité entre les peuples libres. Je hoche la tête, et me répète cette phrase inlassablement : il n’y a pas de mauvais peuple, il n’y a que de mauvais individus »

Zoomons un peu sur quelques textes. Dès lors, impossible de terminer sans citer la nouvelle « Pas de mauvais peuple » qui aura su retenir mon attention. Et si nous étions à la place de ces peuples qui subissent esclavages, expropriations, pauvretés… Et si nous étions à la place de ces peuples longtemps opprimés ? Un texte lourd de sens, et finement mené, à travers un style brut collant parfaitement à l’ambiance du récit. On retiendra également « La doléance » qui nous expose la condition des femmes…

En bref :

Une anthologie très bien construite, traitant de thématiques fortes dans des récits intrigant. Patrice Quélard nous offre là un recueil de nouvelles aussi intelligent qu’écrit avec talent. À découvrir à 2,99€ en version numérique sur Amazon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s