Orglin la Primitive – Jean-Marc Dopffer

Titre : Orglin la Primitive
Auteur : Jean-Marc Dopffer
Éditeur : Auto-édition
Genre : Fantasy
Résumé : De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’œil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Équilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos.
Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle… et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste.
Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.
Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ?

Notation :

Avis : 

Voilà un avis bien difficile à écrire. Bon, cela étant dit, commençons par l’intrigue. Nous avons un couple mixte : elfe et humain, guerriers qui se retirent du monde et vivent en harmonie avec leur fille. Mais voilà, ce n’est pas du goût de tout le monde, et notamment de quelques personnes hauts placées, pour ne pas trop en dévoiler…

Vous connaissez mon profond amour pour la fantasy qui est certainement mon genre littéraire (et cinématographique à n’en pas douter) préféré. J’adore les grosses séries à l’univers fourni, et c’est là que se tient pour problème majeur. Le principe de ce Cycle de Barcil est un enchaînement de nouvelles pouvant se lire indépendamment les unes des autres dans un même univers. Or, on en garde finalement un goût de pas assez. Il nous manque des centaines de pages, pour nous plonger pleinement dans le monde que nous propose l’auteur. Et c’est là finalement un point qui n’est pas tant négatif que complètement subjectif.

Outre la petitesse du texte, on goûte à une plume délicieuse, que l’on veut à tout prix pouvoir lire encore et encore. Le ton est mouvant, tantôt aux allures de légendes, tantôt aux allures de récit épique. De l’action, de l’aventure, des combats, et quelques informations distillées de ci, de là, pour nous amener à tout de même en savoir plus sur l’univers construit avec talent (en seulement quelques pages, il faut le rappeler) de l’auteur.

En bref :

Une nouvelle délicieusement écrite, qui donne terriblement envie d’en lire bien plus. Un roman peut-être ?

**Service de presse, via Simplement Pro

Un commentaire sur « Orglin la Primitive – Jean-Marc Dopffer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s