Laisser les vivants – Stéphanie H

Titre : Laisser les vivants
Auteur : Stéphanie H
Éditeur : éditions L’Alchimiste
Genre : Fantastique
Résumé : Réveillés subitement en pleine nuit, Lili et Julien réalisent bien vite que le bateau de croisière sur lequel ils fêtent leur voyage de noces est en train de couler. Pris de panique, ils tentent de rejoindre les canots de sauvetage. Ballottés dans la tempête, luttant contre les autres passagers pour leur survie, Lili perd Julien de vue puis tout devient noir. Lorsqu’elle revient à elle, un soleil radieux brille au-dessus de sa tête et la mer est limpide. Lili se trouve sur un canot orange, entourée de six autres rescapés. Malheureusement, Julien n’est pas parmi eux. Commence alors un long voyage, entre espérance et chagrin. Une attente s’étirant à l’infinie, bercée sur une mer d’huile, serrée contre ces inconnus. L’attente des secours qui ne viennent pas, l’attente d’une côte, d’une île, de retrouver la terre ferme. Pour Lili, chaque jour qui passe l’éloigne un peu plus de son mari, de l’espoir de le revoir. Lili lutte, Lili se souvient, de sa jeunesse, de ses amies, de son mari, de leur rencontre, de leur premier baiser. Puis, alors que tout semble perdu, des phénomènes étranges se produisent.

Notation :

Avis :

Lili et Julien viennent de se marier. Ils embarquent alors à bord d’un bateau pour fêter leur lune de miel comme il se doit. Alors qu’ils profitent autant qu’ils peuvent de leur croisière, des remous se font sentir, se transformant rapidement en bourrasque. Soudain, tout s’accélère. Le bateau coule, et entre panique et survie, Lili et Julien se perdent dans cette immense étendue d’eau…

Dès les premières pages, on ressent une profonde douceur, une élégance contenue dans les mots, dans le style, dans les expressions de Stéphanie H. On ressent une plume délicate, contemplative, parfois un peu déstabilisante. À l’image de ce roman finalement. C’est doux. Un peu lent. Parfois angoissant. C’est l’eau. Et c’est incroyable. L’autrice a réussi simplement à travers son style à nous faire passer par des stades d’émotions vivaces, comme cette eau, parfois calme, parfois agitée, parfois tortueuse.

Et à l’image de cette eau, on suit Lili, dans sa colère, sa détresse, ses questionnements, sa vie… Parce qu’elle se souvient. Souvent. Elle se souvient de son passé. De ses fragments de vie qui l’ont marqué. De ses amis. De sa famille. De ses amours. De Julien. De Julien. Et encore de Julien. Et avec elle, on se perd, entre réalité et songe. Avec elle, on s’interroge. Avec elle, on s’oublie un peu aussi.

Laisser les vivants c’est un roman complet, qui pose des questions. Un roman qui nous réveille un peu aussi. Et qui nous initie. Il nous initie à la vie, il nous initie à nous-même, il nous initie à cette part qui se cache au fond de nous. Cette part un peu folle, un peu désabusée, un peu torturée. Cette part qui pourrait se réveiller à tout instant, face à une situation incohérente et incroyable. Stéphanie H nous triture le cerveau, nous perd, puis nous retrouve pour nous laisser face à une interrogation. Mais qui est Iku ?

En bref :

Un roman contemplatif, parfois un peu lent, parfois angoissant, toujours captivant, qui saura vous faire voyager dans votre esprit et celui torturé de Lili.

**Service de presse, via Simplement Pro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s