Un espion aux Enfers – Edouard Teulières

Titre : Un espion aux Enfers
Auteur : Edouard Teulières
Éditeur : Auto-édition
Genres : Fantastique / Humour
Résumé : En proie aux guerres, à la misère et au désespoir, de nombreux croyants se détournent de Dieu. Ce dernier, sentant la situation lui échapper, joue son va-tout et propose un marché à un pensionnaire du Paradis trop turbulent : se rendre aux Enfers, espionner et enrayer la belle mécanique du royaume du Mal.
Cependant, le dénommé Clint découvre des Enfers aux Antipodes des descriptions habituelles : des paysages attachants et variés, des dinosaures, des édifices audacieux, des gens affables, une monnaie originale. Mais surtout un Diable bien plus jovial et aimable que ce que les mauvaises langues racontent sur lui.
Chargé également par le Diable de mener une mission sur Terre pour assurer définitivement la victoire des Enfers sur le Paradis et forcer ainsi Dieu à quitter son royaume, ce double jeu va obliger Clint à faire preuve de ruse et de sang-froid, parfois d’oublier la pitié.
Et puis, Satan détient certains secrets que, pour rien au monde, il ne souhaite rendre publics. Pourraient-ils être la clé de la victoire ?

Notation :

Avis :

Quand on lève la tête, on voit des nuages. Puis si on plisse un peu les yeux, on arrive même à distinguer un ange s’abreuvant goulûment d’une boisson qui ne ressemble guère à celle du géant américain. Et puis, si on plisse encore plus les yeux, on peut voir une masse plus imposante. Pas de bol, Clint s’est fait chopper par le maître des lieux ! Le voilà parti en direction des Enfers pour se la jouer à la 007 en mode espionnage. On lui souhaite bon courage !

Un espion aux Enfers est un roman avant tout humoristique, à vocation satirique. Et si l’aspect fantastique n’enlève rien à ce mélange un peu détonnant, il n’en reste pas moins un peu léger. N’y voyez donc pas un roman fantastique, à l’intrigue développée, mais plutôt un roman humoristique dans un univers fantastique décadent. Et de cet univers parlons-en. Parallèle est fait entre un paradis qui n’en a pas vraiment l’air et des Enfers qui n’en ont que le nom. Bien loin des représentations populaires, on retrouve des Enfers pavés de bonnes – très bonnes – intentions, souvent siliconées, où finalement, il fait bon vivre. L’endroit est construit comme tout endroit classique, avec des quartiers, des soirées, des beuveries et des orgies. Et cette différence avec la représentation, disons, classique des Enfers apporte un certain charme au roman d’Edouard Teulières, malgré une intrigue fantastique peu développée, en toute conscience sans nul doute, au profit d’une satire sociétale acide.

Une satire moderne d’ailleurs, puisqu’on reste loin de critiques profondes et philosophiques sur la marche du monde. Au contraire, la légèreté est de mise, même si on aura tout de même le droit à de bonnes blagues politiques. Le ton est cru, la plume de l’auteur simple, légère, et humoristique, faisant poindre des sourires à tout va. À travers ce roman, plusieurs thèmes sont abordés. On y trouvera notamment une influenceuse greffée à son téléphone, ou encore des personnalités publiques -tournées au – ridicules. L’auteur s’amuse, joue avec la langue française et nous déride avec ses expressions détournées.

En bref :

Un bon roman qui offre une satire sociétale drôle et bien campée. On déplorera juste un aspect fantastique un peu trop en arrière, mais cela reste une opinion très subjective (n’est-ce pas, par ailleurs, le propre d’une opinion que d’être subjective ?).

**Service de presse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s