Chemin(s)

Titre : Chemin(s)
Auteur : David Barnouin
Éditeur : éditions Alter Real
Genre : littérature générale
Résumé : Un Homme Brun, une Femme Blonde.
Après une nuit d’orage, un jeune couple se lance dans l’ascension des Trois Becs, sommets qui surplombent la vallée de la Drôme. Un retour vers les origines, un périple qui porte en lui le germe du renouveau, où tout est possible, où l’on revient à l’essentiel. Mais qui fait également ressurgir les fantômes du passé.
Dans l’écrin naturel qui sert de théâtre à cette randonnée, l’ascension initiale se transforme peu à peu en descente. Au fond de l’âme, au fond du cœur, au fond du ventre.
Jusqu’à ce que plusieurs chemins se dessinent.


Notation :

Avis :

Plusieurs chemins s’offrent à nous. Un. Deux. Trois. Quatre. Une infinité finalement. Ou un seul. Qui sait ? Perdues dans une nature presque sauvage, deux âmes tentent de le trouver. Leur chemin. Ils tâtonnent. Oublient. Font des erreurs. Réessaient. Et enfin, trouvent. Ils trouvent quelque chose. Un doux songe ? Une brève accalmie ? Ou le sens même de leur vie ? Quelque chose. Assurément. Quelque chose, qui les changera pour toujours… Et nous, on les suit. On les observe s’observer, se mouvoir, se regarder, se découvrir et avancer. Toujours plus haut. Toujours plus loin. Dans un décor invitant à l’introspection. Un homme brun. Et une femme blonde. L’histoire d’une parenthèse.

David Barnouin fait son entrée dans le cercle littéraire avec un roman plutôt intrigant. L’aventure sauvage d’un couple de randonneurs, puis, plus tard, plus loin, on se rend compte que c’est bien plus que ça. Que dans ce texte, à l’allure terriblement descriptive, l’auteur nous jette quelques pistes. Vous savez, juste ce qu’il faut. Juste ce qu’il faut pour comprendre et trouver. Trouver son chemin. Ou se perdre dans la contemplation de la nature si justement présentée.

Un champs lexical des cinq sens nous titille. Le goût, l’odorat, la vue, le toucher et même l’ouïe. On joue avec nos sens, comme pour nous inviter au voyage. Comme pour nous rendre spectateur et plus de ce récit bouleversant d’une simplicité touchante. Et si certains passages peuvent tirer un peu en longueur, c’est pour mieux nous capturer dans ce périple à la recherche de nous-même. La nature, si bien décrite, devient un personnage en soi, éclipsant presque ce couple de randonneurs qui n’a même pas de nom. Et peu importe finalement, parce que ce ne sont pas eux en tant que personnes qui nous intéressent. Mais bien ce qu’ils représentent dans cet océan vert. Ce qu’ils font résonner en nous, lecteur, spectateur et sûrement aussi un peu, voyeur. Observateur curieux d’un renouveau inespéré…

En bref :

David Barnouin signe là un roman introspectif, à la découverte de la nature. Malgré quelques longueurs, Chemin(s) se lit avec facilité et délectation, interrogeant sur notre propre perception de l’histoire…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s