Les politiques non plus ne mettent pas de capotes

Titre : Les politiques non plus ne mettent pas de capotes
Auteur : Emett Legrand
Éditeur : éditions Ethen
Genre : littérature générale
Résumé : Amandine de Beaujolais est une femme originaire de la banlieue toulousaine (avec toute la litanie des clichés que cela accompagne) promise à la fonction ô combien prestigieuse et convoitée de présidente de la République Française. Pourtant, à quelques heures d’une élection annoncée comme victorieuse, un événement important va venir remettre en cause les ambitions de la présidentiable. En effet, Amandine de Beaujolais va accoucher sans savoir préalablement qu’elle était enceinte. C’est donc un déni de grossesse.


Notation :

Avis :

Qu’on accroche ou qu’on accroche pas, voilà un titre qui interpelle, et on peut au moins accorder ça à cette nouvelle pour le moins curieuse. Si le résumé semble intrigant, on décèle déjà un style plutôt insolite qui donne le ton quant à la globalité de la nouvelle. De ce synopsis, on tire deux faits : le premier est que le récit va être très descriptif, et le deuxième qui provoque sans nul doute le premier est le caractère très scolaire de l’écriture. Et c’est avec une certaine appréhension qu’on laisse les pages défilées…

Les politiques non plus ne mettent pas de capotes. Assurément. Et c’est bien Madame et Monsieur de Beaujolais qui sont visés. Dans cette nouvelle, on évolue en pleine élection présidentielle, où on sent une certaine application de la part de l’auteur à ancrer son récit dans une dynamique réaliste. Réaliste, on dira que c’est réussi, mais dynamique, rien n’est moins sûr. Il faut dire que les doutes du début quant à un style scolaire et descriptif se sont avérés justes avec un amour prononcé pour le participe présent, ce qui ne fait qu’alourdir le texte. Malgré un style d’écriture peu convaincant, on arrive cependant à poursuivre la lecture, avec quelques grimaces mais après tout, les politiques non plus ne mettent pas de capotes.

Une fois habituée à ce style décousu, l’histoire prend forme et voilà qu’on peut ajouter un nouvel adjectif pour caractériser ce texte : saugrenu. Rien de plus, rien de moins que saugrenu. Si ce n’est peut-être un peu de superficialité, dû au découpage qu’a voulu l’auteur. À savoir, une première nouvelle destinée à planter le décor en lui-même, et une deuxième (pas encore sortie) qui racontera la même chose mais qui sera davantage centrée sur la psychologie des personnages. Un pari, sans doute, qui paraît loin d’être remporté à la vue de ce premier texte.

Déplorons aussi cette mise en retrait du personnage principal et du sujet, pourtant original, du récit. Madame de Beaujolais, favorite à la présidentielle, s’avère souffrir d’un déni de grossesse. Plutôt déconcertant pour son compagnon et sa collaboratrice, qui, clairement, n’avaient rien vu venir. Avec un tel sujet, il y aurait eu de quoi écrire, pourtant, dans cette nouvelle, tout est centré sur l’atmosphère des élections, les enjeux de celle-ci et ce qui a amené cette femme là où elle est aujourd’hui. Réaliste, peut-être, passionnant… ?

En bref :

Les politiques non plus ne mettent pas de capotes est une nouvelle inhabituelle, qui dégage une aura très scolaire. Et malheureusement, associé à une intrigue superficielle et déconcertante, ce texte n’a pas su me convaincre. Rappelons néanmoins que tout avis est subjectif, je vous invite donc à vous laissez tenter pour vivre vous même cette expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s