Aurore Chatras

Aurore Chatras fait son entrée dans le milieu littéraire en tant que novelliste. Publiée aux éditions Nutty Sheep, elle révèle une plume douce et addictive dont l’objectif principal est de faire passer un bon moment, sans prise de tête aux lecteurs. Ses textes s’inscrivent alors dans la littérature de l’imaginaire avec cette légèreté bienvenue qui caractérise si bien l’auteur. C’est le 6 avril 2018 qu’elle publie son premier roman, une chick-lit passionnante où se mêlent romance, burlesque et fantastique : Un portable, un chat roux et un inconnu.

Ecrivaine davantage spécialisée dans la littérature de l’imaginaire, expliquez-nous ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture, et surtout, dans cette littérature en particulier.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu envie d’écrire. Mon activité favorite au primaire était les rédactions (surtout celles avec des thèmes libres). En grandissant, j’ai continué à poser des idées sur des feuilles volantes ou de vieux agendas. Vers l’adolescence, j’étais fan d’heroic fantasy et j’ai commencé un roman qui devait faire au moins six tomes. Je n’ai dû écrire que 10 pages :). Pendant plusieurs années, j’ai arrêté d’écrire. J’ai retrouvé la motivation quand mes enfants sont nés, en écrivant des petites histoires avec eux. Motivée par la lecture du livre Miracle Morning, j’ai commencé l’écriture de mon roman un portable, un chat roux et un inconnu, tous les matins 30 minutes d’écriture. Pour le style, je pars souvent d’une idée et je me laisse emporter par l’inspiration. Si je me force dans un sens ou dans un autre, je bloque vite. En tout cas, je préfère écrire sur des sujets légers et plus imaginaire qui demandant tout de même moins de travail de recherche :).

Novelliste, que pensez-vous de ce format qu’est la nouvelle, aussi bien en tant que lectrice qu’écrivaine ?

Comme je le disais précédemment, j’ai lu énormément de pavé et de sagas pendant mon adolescence. Depuis que j’écris, je n’ai plus le temps ni vraiment l’envie de me plonger dans des livres de plus de 500 pages. Je mets tellement de temps à les finir que cela me démotive. La nouvelle est un bon moyen de lire des histoires de qualité avec le peu de temps que je peux consacrer à la lecture au quotidien.Concernant l’écriture de nouvelle, ce genre me convient assez car j’ai des problèmes pour faire des descriptions détaillées des personnages et des lieux. J’aime assez aller droit au but. La nouvelle est un bon moyen de raconter des histoires avec un grand impact mais un minimum de mots :).

Vos écrits ont ça en commun qu’ils sont légers et sans prise de tête, est-ce un choix ? Pourquoi ? Ne pensez-vous pas que la littérature est un bon moyen pour passer des messages ?

Question difficile :D. Comme j’en parlais plus haut, si un sujet m’inspire j’écris dans le cas contraire, j’ai plus de mal. Écrire est pour moi un moyen de chasser le quotidien, les soucis… Dans la vie, je suis quelqu’un de réfléchie, peut-être un peu trop…alors mettre ce grain de folie dans mes écrits me fait du bien.Si j’ai un souhait quand j’écris, c’est qu’un lecteur me dise qu’il a sourit ou que mon roman lui a fait oublié ses problèmes un instant. Ca m’est arrivé à 2-3 reprises pour le chat roux et i c’est déjà une superbe récompense 🙂

Un portable, un chat roux et un inconnu est une chick-lit plutôt originale, mêlant les codes du genre et la modernité du monde contemporain, d’où vous est venu l’idée d’un tel scénario ?

Alors si l’on reprend à la genèse de l’histoire, je me demandais quel sujet pourrait être assez universel pour intéresser tout le monde. Qu’est-ce que les gens adorent ? Leur portable évidemment. Après l’histoire s’est construite petit à petit : Maddie était d’abord une ado qui enfermait les gens qu’elle n’aimait pas dans son téléphone en les photographiant, mais une héroïne méchante mais que l’on apprécie est un exercice de style trop compliqué pour moi. Dans la seconde version, elle découvrait le gars dans son téléphone : il était prisonnier d’un monde virtuel et elle rentrait dans son smartphone pour le sauver. Pareil, j’ai vite séché sur le sujet mais l’idée du gars dans le téléphone me plaisait assez. J’ai donc brodé petit à petit à partir de cette idée. Après j’ai voulu mêler le réel, le fantastique et des situations délirantes qui finissent toujours bien :).

Vous êtes en train d’écrire la suite de cette aventure, pouvez-vous nous dire un peu ce qui va arriver à Maddie dans ce second tome ?

Je crois que je me suis laissée un peu emportée sur les réseaux sociaux. J’ai effectivement commencé à écrire une suite à laquelle je pensais depuis plusieurs mois. Sur ce mois de juillet, pour me booster un peu je me suis inscrite au Camp NanoWrimo, j’en suis à environ 8 000 mots et je me rends compte que je n’arrive pas à retrouver le caractère de Maddie, celles de son entourage. Du coup, hier soir, j’ai fait un changement et l’intrigue sera la même mais avec une nouvelle héroïne. Pour en dévoiler un peu : l’histoire se déroule lors des préparatifs d’un mariage. À voir si mes personnages ne vont pas à nouveau me jouer un mauvais tour. 😀

Si j’ai bien suivi votre actualité, une autre chick-lit devrait sortir aux éditions Alter Real, pouvez-vous nous en parler un peu ?Avec plaisir. Le prochain roman sortira normalement début 2019. Il s’intitule Le jour où ma sœur a débarqué.

Il s’agit de l’histoire de Lizzie, une trentenaire ambitieuse qui a quitté sa famille dix ans auparavant en coupant tout contact. Sa routine va être chamboulée quand sa petite sœur se présente un matin devant sa porte avec quelques ennuis. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce livre. J’espère que les lecteurs apprécieront également.

Vous êtes écrivaine, mais également lectrice et vous tenez d’ailleurs un blog littéraire, comment est arrivée cette envie (ce besoin ?) de partager sur vos lectures ?

Je suis arrivée à un moment de ma vie où j’avais lu tous les Levy, Werber, Musso, Martin… Et je me suis dit mais c’est toujours pareil. Je ne trouvais plus d’originalité dans ces best-seller formatés. Je lisais, des fois même je dévorais, comme quoi la machine est bien huilée pour plaire mais il me manquait un petit quelque chose. C’est alors que l’été dernier j’ai découvert un groupe où les petites ME et les auteurs indépendants demandaient des avis sur leurs livres via des services presse. Je me suis dit pourquoi pas ! J’ai ensuite discuté avec des auteurs et j’ai compris la difficulté de se faire connaître, alors si j’apporte une petite pierre à l’édifice, je suis heureuse pour eux. Si je peux susciter l’envie chez un lecteur potentiel : le pari est gagné :).

Que lisez-vous en ce moment ? Parlez-nous de votre dernier coup de cœur livresque.

En ce moment, je suis sur plusieurs livres en parallèle : un recueil de nouvelles aux éditions Alter Real A l’aigre douce de Dominique Theurz, le recueil de nouvelles des auteurs indépendants Destinations inconnues, le roman F/F (mon premier essai du genre) Vivianne de Justine Bourcelet aux éditions Reines-Beaux. Mes deux derniers coups de cœur sont Solo Tù de Céline Jeanne et Te revoir à Penn Aven de Marjorie Levasseur. J’ai dévoré ces deux romans en moins de trois jours. Si votre PAL est vide, je vous conseille ces deux merveilles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s