Darkest Minds : Rébellion

Qu’est-ce que donne l’énième adaptation cinématographique d’un roman pour ados, à la sauce dystopique ? Rien d’exceptionnel, malheureusement… Je vous parle de Darkest Minds : Rébellion.

Synopsis : Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent pour la société, et parqués dans des camps. Ruby, l’une des plus puissantes d’entre eux, parvient à s’en échapper pour rejoindre un groupe de jeunes en fuite à la recherche d’un refuge. Rapidement, cette nouvelle « famille » réalise que fuir ne suffira pas dans un monde où les adultes au pouvoir les ont trahis. Ils vont mener une rébellion, unissant leurs pouvoirs pour reprendre le contrôle de leur avenir.

Avis :

Quand ça marche plus, ça marche plus…
Après le succès de l’adaptation cinématographique de Hunger Games, les producteurs se battent pour avoir leur franchise à succès. Si Le labyrinthe a raflé la mise aussi, c’est plus difficile pour Divergente, ou même la 5è vague. Ces dystopies, sûrement excellentes dans leur forme initiale, ne plaisent pas à l’écran. Pourquoi ? Difficile à dire, peut-être un sentiment de déjà vu ? De copier-coller ? Ou peut-être une lassitude des adaptations, quand on veut du neuf ? Oui, c’est bien l’anti-reboot et autre remake qui parle. Et si c’était carrément le genre du Young-Adult qui était en perdition au cinéma ? Ne vous souvenez-vous pas de l’échec bien senti de l’adaptation Passeur ? Ou Vampire Academy ? Que des films qui ont succédé à des Twilight et autre Harry Potter, sans réussir à les égaler ou faire mieux. Est-ce alors la fin du Young Adult ? Au profit d’un autre genre, plus mature : le New Adult. Après 50 nuances de grey, After va être adapté. Je dois dire que Darkest Minds va dans ce sens. Si c’est pour voir ce genre de film dystopique bâclé, peut-être vaut-il mieux souffler sur la bougie, pour éviter que la maison ne prenne feu, définitivement.

Une romance ou de la science-fiction ?
Durant tout le film, qui m’a paru bien long malgré ses maigres 1h40, j’ai douté. Suis-je dans la bonne salle ? Ne suis-je pas sensée voir un film de science-fiction, où « leur différence fera leur force » ? Quelle déception quand j’ai compris, au bout d’à peine vingt minutes de visionnage, que ce que je regardais était simplement une romance adolescente, remplie de bons sentiments et de phrases trop mielleuses pour être vraies. Pourtant, ce n’était pas faute d’avoir bien démarré. Ainsi donc, ce film n’est qu’une succession de moments dégoulinants d’amour, de scènes voluptueuses où les deux héros se regardent avec amour et délectation, et de faux sentiments à peine crédibles. L’histoire d’amour apparaît d’ailleurs tellement vite qu’on peut presque croire à une blague scénaristique, mais non, c’est bien le chemin pris tout le long du film.

Une idée intéressante…
Ce chemin pris est d’ailleurs bien décevant quand on voit à quel point tout ceci avait bien commencé. Des enfants atteints d’un étrange mal, dont les survivants héritent de pouvoirs surnaturels. Une société qui les range dans des cases, le besoin de fuir… Tout est là pour réaliser un très bon film haletant et visuel. Mais, malheureusement, ce ne fut pas le cas, et je le déplore. Néanmoins, on peut apprécier quelques passages où les pouvoirs sont exploités, rappelant d’ailleurs un peu les mutants de X-Men. Ainsi, je présume que les romans doivent être bien plus intéressants que le film, qui a essayé de condenser romance et science-fiction en 1h40 pour ne finalement n’avoir que 10% de SF pour 90% de romance. D’ailleurs, j’ajouterai que la dernière phrase du synopsis est bien mensongère : « Ils vont mener une rébellion, unissant leurs pouvoirs pour reprendre le contrôle de leur avenir. », je vois pas trop où et quand ils ont mené la rébellion. Bien au contraire, ça s’arrête au moment où ça peut devenir intéressant. Et quand on sait qu’il a fait un vrai bide aux USA, on peut légitimement douter d’une suite à venir… Tant pis, on lira les romans !

Au final, une réalisation bâclée, privilégiant une romance insipide et peu crédible, rendant le film si prévisible, qu’il a perdu sa saveur au fil de sa diffusion. Dommage, mais je m’en doutais un peu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s