À l’aigre douce

Après avoir pris une claque avec Don de soi(e) et Méprise, je vous parle du recueil À l’aigre douce de Dominique Theurz.

Résumé : Des nouvelles avec pour fil rouge : un goût de folie.
Des personnages qui sont tous d’habiles funambules. Pourtant, même les plus aguerris ont basculé. Mais à chaque folie sa saveur spécifique. Une savante combinaison, éphémère ou durable, d’aigre et de doux dans des proportions fort variables.
L’auteure livre un recueil de nouvelles aux assaisonnements déments, avec des histoires grinçantes, drôles ou dramatiques. Et un maître mot : l’originalité.

 


Avis :

Entre cynisme…
Un recueil de nouvelles dont le titre reflète à merveille ce qu’il cache, voici ce qu’est À l’aigre douce de Dominique Theurz. Difficile de trouver un autre qualificatif que doux-amer pour caractériser ces nouvelles. Nous sommes donc entre cynisme et humour, entre amertume et douceur, entre sucré et salé. Le cynisme côtoie parfois le morbide, ou l’absurde. Mais toujours avec une finesse étourdissante. Ces textes désopilants, où se mêlent rictus sardoniques et inepties grotesques, loin de rendre lourds les nouvelles, provoquent une sorte de curiosité incongrue qui pousse irrésistiblement à lire la suite… L’originalité est le maître mot, pour sûr. Il faut dire que rare sont les textes de cet acabit et rien que pour découvrir la folie qui émane de chacun d’eux, on deviendrait fou nous-même. Peut-être simplement dans l’espoir insensé de se retrouver dans les lignes de la talentueuse Dominique Theurz.

Et humour…
Parce que, que serait le cynisme sans son zeste de bonne humeur ? Pour alléger un peu le goût amer de certains passages, de certaines nouvelles, on retrouve un peu de douceur et parfois même de tristesse. C’est lisse, mais élégant et ça nous ferait presque oublier l’aliénation irrévérencieuse de quelques textes. Plus concrètement, les nouvelles ont toutes ce côté décalé propre à la plume de l’auteur, morbides, étranges, cyniques, mais aussi, tristes, douces et nostalgiques. Elles ont toutes ces éléments en elles, parfois plus de l’un que de l’autre. Un savant mélange rendant notre lecture d’autant plus fascinante que les nouvelles sont originales et décapantes ! Ma préférée reste la première, qui mélange finement les émotions pour nous ébahir quand vient la chute d’une folie salvatrice.

Au final, un recueil de nouvelles différent, ahurissant et passablement abracadabrant. Entre cynisme et humour, un cocktail réussit !

Service de presse, reçu de la maison d’édition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s