Parvana, une enfance en Afghanistan

« Is it a happy story or a sad story ? »… Voilà une vraie claque, une vraie claque ! Je vous parle d’un film d’animation étourdissant : Parvana, une enfance en Afghanistan.

Synopsis : En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze ans, grandit à Kaboul ravagée par la guerre. Elle aime écouter les histoires que lui raconte son père, lecteur et écrivain public. Mais un jour, il est arrêté et la vie de Parvana bascule à jamais. Car sans être accompagnée d’un homme, on ne peut plus travailler, ramener de l’argent ni même acheter de la nourriture.
Parvana décide alors de se couper les cheveux et de se travestir en garçon afin de venir en aide à sa famille. Risquant à tout moment d’être démasquée, elle reste déterminée à trouver un moyen de sauver son père. Parvana est un conte merveilleux sur l’émancipation des femmes et l’imagination face à l’oppression.

Avis :

Un sujet fort pour enfant…
Un film d’animation qui me faisait de l’œil depuis longtemps, Parvana est un long-métrage au sujet fort, porteur de thématiques lourdes. Et s’il reste accessible à un public jeunesse, je m’interroge. Un enfant seul peut-il regarder un tel film sans se poser mille et une questions ? En comprenant les tenants et aboutissants ? C’est un film passionnant, et à mon sens, incontournable, mais à voir, assurément, avec son enfant. Ne le laissez pas seul devant, ou il pourrait y avoir des ravages. Prenez le temps de le regarder à ses côtés, lui expliquer les scènes parfois brutales et difficiles que l’on peut trouver dans ce film. Je me suis donc demandée si ce format était adapté à un tel sujet, et force est de constatée qu’il est presque parfait. Donnant une douceur presque sacrée à un récit fort et douloureux.

Une réalité difficile…
Ce long-métrage est captivant, et terriblement réaliste. On nous conte la vie de Parvana, jeune fille vivant sous le régime Taliban. Et alors qu’elle mène une vie plutôt tranquille aux côtés de son père et le reste de sa famille, celui-ci se fait arrêter. Comment se déroule alors la vie, lorsque le foyer ne se constitue plus que de femmes ? Comment survivre lorsqu’une femme ne peut sortir seule ? Comment manger ? Comment boire ? Et au fil de cette histoire, on se prend des tas et des tas de douleurs, de souffrances, d’injustices… On se prend tout ce qu’on préférerait ne pas voir, tout ce qu’on voudrait occulter. Entre histoires pleine d’espoir et réalité difficile, Parvana nous livre un condensé d’émotions brutes, pour nous faire réagir, nous choquer et surtout, nous montrer la réalité de la vie, là-bas en Afghanistan, pays ravagé par la guerre et régit par un régime dévastateur…

Au final, c’est un film à voir, assurément ! C’est beau, hypnotique, et étouffant. J’ai suffoqué, j’ai pleuré, j’ai baissé les yeux… À voir, absolument !

9 commentaires sur « Parvana, une enfance en Afghanistan »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s