100 vies

Attention, ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains, il pourrait vous rendre paranoïaque ! (rire) Ceci étant dit, je vous parle de 100 vies de Ludovic Spinosa.

Résumé : À travers le récit de ces 100 morts, nous découvrons surtout les 100 vies qui les ont précédées.
100 vies, c’est tout simplement l’approche de la mort de 100 vies, à des âges différents, abordant des thèmes comme les accidents, les maladies, les agressions, ou encore les attentats, qui défilent au fil des chapitres, comme les faits divers d’un journal. Ce sont 100 petites histoires de la vie quotidienne avec leurs émotions, leurs angoisses, et leurs peurs. Dans ce livre, je voudrais faire comprendre aux lecteurs que les médias nous habituent à voir de plus en plus d’horreur, que c’est tellement devenu banal, que cela ne nous affecte même plus. La société d’aujourd’hui vit dans la violence verbale et physique, mais personne ne réagit. Alors que tellement de drames pourraient être évités. Il est temps aussi de prendre conscience des choses essentielles de la vie. Chaque histoire concerne un plan différent, que ce soit environnemental, sentimental, économique, politique, sociétal, en laissant le lecteur avoir son propre avis face à la vie qui l’entoure.
Le défi étant de résumer la vie et la mort d’une personne en seulement deux pages, ne dévoilant aucune identité, ni date ou conversation, lieu géographique, en restant le plus anonyme possible. Je pense que le côté impersonnel de ce livre touchera d’autant plus les âmes les plus sensibles, en relatant des conditions que tout le monde connaît, avec un mélange de faits réels et de fictions, car cela se passe dans notre quotidien, dans des endroits que l’on croit tous connaître par cœur, et qui fourmillent de dangers chaque jour.
Le risque est omniprésent, se dressant devant nous à chaque instant comme pour nous prévenir que peut-être aujourd’hui ce sera notre tour.La mort est la fin d’une vie au moment où une autre commence.
Dans cet exercice de style inédit, l’auteur questionne avec originalité notre rapport à la mortalité.


Avis :

Un documentaire romanesque…
Le résumé m’avait intriguée, il faut dire que ce n’est pas tous les jours que l’on parle de la mort et cette allure de documentaire romancé m’avait bien plu. J’ai donc sauté le pas, voulant également apprécier l’évolution de l’écriture de l’auteur que j’avais déjà découvert avec Tempêtes solaires. Ici, nous avons donc 100 vies, contées sous forme de chapitre, d’histoire, et comme le dit l’auteur dans sa présentation, sans jamais de marqueur de temps, de lieu, etc… Pour rendre son texte encore plus universel. Et d’autant plus inquiétant, je dois dire, mais je reviendrai sur ce point un peu plus tard. Si je comprends que l’on puisse qualifier ce livre de « roman », je ne suis néanmoins pas d’accord avec ce raccourci. C’est, selon moi, très clairement un documentaire qui relèverai davantage de la réflexion que de la narration. Mais voilà, l’auteur nous narre des vies, des morts. D’où, finalement, le « documentaire romanesque » qui me semble la meilleure manière de qualifier ce texte.

Le style…
Le style est plus proche de la réflexion que de la narration en revanche. Je n’ai pas ressenti d’étincelle romanesque à travers le phrasé de l’auteur mais plutôt une réflexion sur ces différentes morts. Un point négatif est qu’il reste pas mal de répétitions, ce qui a rendu ma lecture un peu lourde. La structure de ces différentes histoires est plutôt routinière. Et par certains aspects, parfois poétiques. Nous suivons une famille, un individu, on écoute attentivement sa vie, sa vie qui pourrait être la nôtre, et puis on arrive à la fin. La fin absolue. Dans ce moment-là, le style est toujours identique : « et c’est ainsi que… » avec une utilisation accrue du futur. Les histoires se terminent par des accroches poétiques, plutôt sympa. Néanmoins, il est clair que la structure est très répétitive, donc peut-être lassante si on a dans l’idée de dévorer le livre en une journée.

Paranoïaque, moi ?
Je vous disais un peu plus haut que ce texte était plutôt inquiétant finalement, il faut dire qu’enchaîner les morts qui peuvent nous arriver au quotidien n’a rien de très réjouissant. Ce livre permet de prévenir, et vaut mieux prévenir que guérir. Mais d’un autre côté, il m’a semblé, surtout au début, que si un jeune parent lit un tel ouvrage, il deviendra vite sur-protecteur envers son enfant. Enfin, ne lui enlevons pas ce côté « prévention des dangers du quotidien ».

Derrière ces histoires…
En prenant de la hauteur et en examinant davantage prologue, et textes bonus, on peut remarquer l’importance donnée à la vie. À vrai dire, je n’avais pas compris le titre. Pourquoi « 100 vies », quand on parle de « 100 morts » ? Eh bien, à travers ce livre, vous apprendrez à aimer la vie, à la chérir. Vous pourrez découvrir des témoignages de différentes personnes sur la vie après la mort, ou encore ce qu’elles ressentent vis-à-vis de cette fin. C’était très appréciable et n’a, d’ailleurs, fait que renforcer le caractère « documentaire » de l’ouvrage.

Au final, ce texte est perturbant, angoissant, il est certain que l’on ne ressort pas indemne de cette lecture. Néanmoins, vaut mieux le voir comme une réflexion sur la mort, la vie plutôt que comme un récit romanesque. Pour vous le procurer, c’est par ici.

Service de presse envoyé par la maison d’édition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s