Discutons avec… Heymtey

Pour ce premier entretien, j’ai eu le plaisir de discuter avec Heymtey, écrivaine spécialisée dans la romance et l’érotisme. À travers ces échanges, j’ai appris à mieux la connaître, à cerner qui se cache derrière ses ouvrages… J’espère que vous apprécierez et que ça vous donnera envie de découvrir ses nombreux écrits !

 Bonjour, me voilà donc prête pour discuter un peu avec toi, Heymtey. Un joli nom d’auteur d’ailleurs. Un pseudo ? Je suppose. Que signifie-t-il ?
— Effectivement, c’est un pseudo. Pour la petite histoire, il s’agit de mes initiales…
Les initiales sous forme de sons ! J’apprécie beaucoup l’idée. Cela permet de garder un peu de distance personnelle tout en donnant de soi tout de même. En parlant de donner de soi, lorsque tu écris, tu utilises souvent la première personne du singulier. Ce « je » te permets de t’identifier toi aux personnages ou tu le fais avant tout pour tes lecteurs ?
Les deux!
Dans tous mes personnages, il y a un peu de moi alors la première personne du singulier est venue naturellement.
Et puis, je suis une lectrice avant tout. J’aime cette façon d’être « absorbée » par les romans. En fait, j’essaie juste de reproduire ce qui me plaît en tant que lectrice.
Et qu’est-ce que tu aimes ? Niveau littérature ?
Alors là, vaste sujet !!
J’ai toujours adoré lire. J’ai même passé un bac littéraire pour pouvoir assouvir ma passion… livresque !
Je me suis très longtemps limitée aux auteurs du 19ème siècle: Maupassant, Hugo, Flaubert …
Puis, il y a de ça quelques années, j’ai décidé de m’ouvrir à la littérature contemporaine. J’ai pu découvrir , entre autres, Virginie Despentes et Jean Teule. Dans des styles différents, je les trouve très… Punk ! J’aime aussi l’univers décalé de Boris Vian.
En fait, j’ai découvert la New romance que très récemment. Une copine m’a prêté un livre, il y a environ quatre ans, c’était l’histoire d’un certain Christian Grey… Et j’ai très vite adhéré au concept !!
Pour être honnête, mes goûts sont assez éclectiques : je peux passer de Roméo et Juliette de Shakespeare à Orgueil et Préjugés de Jane Austen, en passant par un des nombreux romans de Colleen Hoover.
A partir du moment où l’histoire me transporte, je peux tout lire ! C’est ça la magie des livres: ils te transportent n’importe où dans le monde sans bouger de ton canapé! Tu peux être qui tu veux, vivre des multitudes de vies par procuration.
J’encourage tout le monde à lire car c’est à chaque fois une magnifique aventure.
 Alors tes inspirations pour tes romans érotiques viennent de tes lectures ? Sulfureuses ou plus douces… Ou plutôt de tes expériences personnelles ?
 
Pour être honnête, l’art m’inspire ! Un film, une peinture … Pour vivre heureux, mon premier roman édité, est parti d’une photo: un acteur anglais avait posté un cliché de lui sur instagram pendant son entraînement de crossfit. Regarde-moi a été inspiré d’une rencontre sur la convention du tatouage de Londres. Touche-moi a vu le jour grâce à un sculpteur pour qui j’ai beaucoup d’inspiration.
J’ai besoin d’un déclic et ensuite, l’idée fait son chemin. L’intrigue se construit jusqu’au moment où je sens qu’il est temps de mettre l’histoire par écrit.
Pourquoi la New romance me diras-tu ? J’ai l’impression que je n’ai pas vraiment choisi, ça s’est imposé à moi. Peut-être que mon style changera avec le temps, qui sait ?
 Eh bien c’est d’ailleurs la question d’une lectrice, penses-tu d’essayer à d’autres genres ?
Et j’ajouterai lesquels ?
 Je ne me mets aucune limite. Pour l’instant, j’écris de la New romance et j’adore ce que je fais. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve et c’est plutôt une bonne chose car j’ai envie de me laisser surprendre. Je laisse venir les idées sans chercher à les maîtriser. J’ai même parfois l’impression de ne pas choisir ce que j’écris…
Tu as une idée de départ, une trame de base, et puis hop, tu poursuis ton chemin aux côtés de tes personnages, si bien que même la fin peut changer, que rien n’est immuable. J’aime beaucoup le concept ! Parce que finalement, c’est bien ce qui se passe dans la vraie vie. D’ailleurs, c’est ton métier écrivaine ?
 C’est exactement ma façon de procéder. J’ai un point de départ et ensuite, je me laisse guider par mes personnages. C’est eux qui ont le pouvoir finalement !
J’adorerais gagner ma vie en racontant des histoires mais ce n’est malheureusement pas le cas…..un jour peut-être !!!
 Que fais-tu dans la vie alors ?
— 
Je suis… rêveuse professionnelle ! Mon imagination vagabonde à longueur de journée en attendant de rentrer chez moi pour écrire !
 Rêveuse de l’étranger aussi ? J’ai remarqué que tes textes se déroulaient dans les pays anglo-saxons, les Etats-Unis, le Royaume-Uni… Ce sont des pays qui t’intéressent ? Par leur culture ?
— Effectivement, je voue une passion pour Londres !! Pour vivre heureux se passe dans la capitale anglaise et Regarde-moi, entre Londres et New York. J’ai posé mes valises -symboliquement -à San Francisco- avec Touche-moi. Le prochain roman à paraître, Tout n’est qu’apparence, se déroule à Paris.
J’adore me balader en Europe. En septembre, j’étais à Amsterdam, le mois dernier à Edimbourgh et le mois prochain, je repars faire un petit tour à Londres ! J’espère élargir mon horizon en allant à New York prochainement.
Une lectrice m’a dit un jour qu’elle connaissait Londres et qu’elle s’y était complètement retrouvée en lisant Regarde-moi. J’étais folle de joie d’avoir pu transmettre mon amour pour cette ville !
Et puis cela va bien au delà de l’aspect géographique. Je suis une fan inconditionnelle des comédies romantiques britanniques, des pubs, des salons de thé et du tea time, de la musique…
Dans chacune de mes histoires, tu peux retrouver des clins d’oeil à la Grande-Bretagne. Par exemple, David Bowie est le fil rouge de Touche-moi, chaque chapitre porte le nom d’une de ses chansons. Dans Lost Children sur Wattpad, le personnage principal s’appelle Camden ( Camden town est un quartier londonien que j’adore).
J’adore voyager, c’est une source d’inspiration sans fin ! L’an dernier, je suis partie en Italie et Reality voyait le jour quelques semaines plus tard !
 
C’est bien ce que j’avais remarqué pour David Bowie ! Alors, on a l’écriture, Londres, la lecture… et aussi la musique ? Seulement David Bowie ?
Ce que je trouve passionnant est qu’on retrouve tout ce que tu aimes dans tes histoires.
La musique a une grande place dans ma vie alors j’essaie de l’intégrer dans chacun de mes romans. Elle me procure des émotions que je tente de retranscrire par écrit. Dans le manuscrit que je viens de terminer, le héros est fan de Metallica!

J’aime bien mettre des touches personnelles dans mes histoires. Ma vie s’imbrique dans mes textes mais attention, il ne s’agit pas de biographies pour autant ! S’il m’était arrivé ne serait-ce que la moitié des drames vécus par mes héroïnes…Non, je ne peux même pas l’imaginer !
 Tu es une rêveuse professionnelle, et j’ai l’impression que tes personnages aussi. Tu mets de toi dans chacun de tes écrits, c’est donc tout à fait logique. Mais du coup, je me demande si les métiers de la création t’intéressent ? Si tu y évolues, ou y a évolué, toi ou des proches ?
Après tout, certains sont photographes, tatoueurs, ou encore châpeliers dans tes récits.
 Effectivement! Mes personnages sont des créatifs: acteur, tatoueur, romancière, sculpteur, photographe, illustratrice, fleuriste, cuisinier, musicien, danseuse, chapelière…
J’admire les artistes alors ils paraissait logiques que ça se retrouve dans mes écrits. Un artiste est un être libre qui nous propose sa vision du monde. Dès que j’ai l’occasion, je flâne dans les musées et les expositions. J’aime être transportée dans des univers différents.
Internet est également une vraie mine d’or ! Récemment, j’ai découvert Play me, I’m yours. Le concept est simple: des pianos sont à dispositions ( gare, rue…) et chacun peut jouer à sa convenance. L’art rapproche les gens jusqu’à créer une communion, même si elle est éphémère. La beauté est partout, il suffit de savoir regarder !
 Quelle belle philosophie ! Tu as une superbe façon de voir la vie, et on ressent tout cet amour de celle-ci dans ta manière de parler, c’est très poétique. Très vivant. À ton image ? Tu vis la vie au jour le jour, prenant ce qu’elle a à offrir ? Sans prise de tête ?
 J’aimerais voir uniquement le positif dans tout ce qui m’entoure mais ce n’est pas toujours aussi simple…
Comme tout le monde, j’ai des moments de stress, de blues, de doute…
En même temps, je ne regrette pas ces états car c’est à travers les fêlures que passe la lumière !
 C’est vrai, et ces fêlures nous permettent d’avancer et doivent t’aider pour tes écrits. Tu disais que tu n’avais pas vécu la moitié des drames qu’on subit tes héros, mais alors, cela veut dire que tu en as tout de même subit. Comme tout un chacun. Pourrais-tu nous en raconter un ? Une déception amoureuse, une trahison réduisant une amitié longue de plusieurs années à néant… On en voit souvent dans les romances, les héroïnes les subissent, les encaissent, pour mieux se relever ensuite, mais au final, est-ce si simple ?
 
J’ai connu des galères comme chacun d’entre nous mais c’est ce qui nous façonne. Ma vie n’a rien d’original : déception, désillusion…

L’écriture est un bon exutoire: mes personnages traversent des épreuves et s’en sortent, généralement, plus forts. Nous sommes tous plus ou moins abîmés par la vie alors il faut faire en sorte d’en tirer du positif, même si ça paraît parfois difficile .
Mes héroïnes me ressemblent par certains aspects mais ne sommes nous pas toutes les héroïnes de notre propre histoire ?
Heureusement, la vie réserve aussi son lot de jolies surprises. Pour preuve, je fais ma première interview avec toi !
 C’est ta première ? Tu ne t’es jamais essayé à l’exercice avant ? Même d’une manière plus conventionnelle ?
 Non, tout ceci m’est complètement inconnu ! !! En fait, mon premier roman a été édité il y a un an, ce qui fait assez peu de temps, finalement. J’ai créé ma page Facebook il n’y a que six mois, après le salon du livre de Paris en fait…
 Oui c’est récent, c’est vrai.
Alors, ça fait quoi de dédicacer lors du salon du livre de Paris ?
 Lorsque la maison d’édition m’a proposé de participer au salon du livre, c’était juste… magique ! J’étais sous contrat pour quatre romans et mon premier venait de sortir en numérique. Je n’avais pas encore reçu la version papier alors, même si j’étais en train de réaliser un de mes rêves, il ne s’était rien passé de « concret ». Recevoir mon pass a été une joie immense. C’est d’ailleurs à ce moment là que j’ai commencé à parler de mon activité à mon entourage.
J’adore les livres, depuis toujours, alors lorsque je suis rentrée sur le salon, je me suis mise avant tout dans la peau d’une lectrice. J’ai pu voir des auteurs que j’aime et lorsque ça a été mon tour de passer de « l’autre côté », je n’étais pas préparée… Mais l’est-on un jour ?
Après avoir rencontré la Team Erato, je me suis installée pour les dédicaces, autant excitée que flippée…
Je me souviendrai toujours de la première lectrice me demandant un autographe. J’étais paniquée car je n’avais pas du tout anticipé ce moment et je ne savais pas quoi mettre en dédicace !!! J’ai regardé autour de moi pour espionner mes collègues… J’ai tenté d’avoir l’air sûre de moi mais je ne sais pas si ça a eu l’effet escompté !
C’était une situation tout simplement surréaliste mais j’ai adoré !!
 Un superbe moment alors !
Une lectrice s’interroge, pourquoi avoir choisi un pseudo ?
— J’avais besoin de compartimenter, mettre une distance. Ça me laisse la possibilité de dévoiler ou non cette partie de ma vie. Peut-être qu’un jour, je prendrai mon vrai nom mais pour l’instant, ce n’est pas d’actualité !
Tu parles de tes héroïnes, mais, et tes héros ? Tu prends parfois le point de vue d’un homme pour raconter tes histoires, ou certains passages, pourquoi ? Pour permettre aux hommes de ne pas se sentir lésé ? N’est-ce pas un peu difficile de se mettre dans la peau d’un homme lorsqu’on est une femme ?
 Je n’avais jamais pensé que les hommes pouvaient se sentir lésés de ne pas être représentés mais l’idée est intéressante…😜
C’est vrai qu’à part pour « tout n’est qu’apparence » qui sortira début d’année, j’alterne les points de vue. J’aime bien cet exercice et ce pour plusieurs raisons. Au niveau de l’écriture, c’est un challenge intéressant de passer de l’un à l’autre. Il faut toujours être vigilante. De plus, en tant que lectrice, j’aime avoir le ressenti des deux protagonistes.
Et puis être dans la peau d’un homme, c’est plutôt fun !
Je crois que je mets autant de moi dans mes héroïnes que dans mes héros mais je le présente différemment. Je te passe le couplet où chacun a une part de féminité et de masculinité mais c’est un peu le concept.
Mes personnages, hommes ou femmes, sont tour à tour forts, sensibles, introvertis, abîmés, angoissés….
On retrouve encore une fois les aléas de la vie, de nos émotions.
Tes personnages ont ils des animaux ? Des chats, des chiens, ou même une souris blanche ? Et toi ?
 Je n’en ai pas et maintenant que j’y pense, mes personnages non plus. Ils me ressemblent vraiment…. Je crois que tu pourrais refaire ma biographie rien qu’en lisant mes romans!!
J’adore voyager et je fuis les plannings et les obligations alors avoir des animaux dans ces conditions serait, semble-t-il, compliqué. 😜
 Et le prochain voyage ? C’est où ?
 Londres, bien sûr !!
 Pourquoi ne pas y vivre ?
 Pourquoi ne pas habiter à Londres ? Pour des raisons purement financière !!
Pour y vivre, je devrais vendre au minimum un de mes reins et je ne suis pas prête à un tel sacrifice !! 😜
 C’est vrai que c’est une ville connue pour être bien chère… Seule Londres te plaît ? Ou c’est l’Angleterre en général ? Les Anglais, leur mentalité libérale, etc…
Les british en général et Londres en particulier. J’adore la folie que dégage cette ville. En plus, tu peux y croiser des looks complètement dingues et en tant que fashion victim, j’apprécie !
 
C’est une ville cosmopolite, à l’image de New York.

Alors que ça fait déjà quelques temps que nous discutons, peut-être est-ce le moment de faire le point. Donc, finalement, qui es-tu ?
 Parfois, je me le demande…. Mais je vais quand même tenter de répondre !!
Je crois que je suis avant tout une raconteuse d’histoires!!! Il y a quelques temps, je n’ecrivais que pour moi mais depuis un peu plus d’an , des lectrices – et parfois même des lecteurs – me font l’immense honneur de me lire. Pourtant , rien n’a changé, je me retrouve toujours face à une page blanche que j’essaie d’embellir.
Je passe mon temps entre la lecture et l’écriture et j’adore ça 💕!
 Qu’est-ce que l’érotisme représente pour toi ?
 La sensualité avant tout ! L’ érotisme crée des sensations pour éveiller le désir sexuel. Ça peut passer par le sexe mais pas seulement. Un geste parfois suffit pour créer l’émoi. Suggérer peut être si intense…
 
Pour finir ce bel échange, un portrait chinois, comme ça a été recommandé par un lecteur 😉

Si j’étais ma boisson préférée ?
 Thé ou cocktail, il faut que je tranche…
Allez, j’opte pour le thé, c’est quand même ce que je bois le plus souvent !!
 Thé noir ou thé vert ?
Tu préfères le caractère fort du thé noir, ou la douceur du thé vert ?
 J’adore tous les thés hormis les fumés. Pour ceux là, le concept m’échappe complètement…
Je crois que mes thés préférés sont les japonais.
 Si j’étais un personnage de fiction ?
 Wonder Woman, j’ai toujours rêvé d’avoir son lasso qui fait dire la vérité !!
Oh un bon choix. Qu’as tu pensé du film ?
 J’ai détesté !! J’ai grandi avec la série alors ça ne pouvait pas fonctionner! Le film est à des années lumières de cette dernière…
 
Si j’étais un conte/une légende ?
 L’Étrange Noël de monsieur Jack !!
 Et finalement, si j’étais une lectrice ?
Moi !

J’ai la chance de me laisser embarquer dès que je tourne une page…
 
Merci beaucoup Heymtey pour cet entretien. J’espère que ça t’a plu.
Je te laisse le plaisir de conclure.
 Amelia,
Ce fut très agréable de partager de moment avec toi et je voudrais sincèrement te remercier pour ta bienveillance. Grâce à tes initiatives, les livres sont mis en avant et j’espère avoir contribué à donner envie de lire à tes followers.
Pour conclure, je vais être brève : lisez mais pas seulement. Allez visiter les musées, flâner dans les expositions, regarder des films, écouter de la musique… Soyez curieux !!! Et surtout, n’arrêtez jamais de rêver !!!


Les romans de Heymtey

 

Regarde-moi
Craig Gordon est un fabuleux tatoueur New yorkais connu dans le monde entier pour la qualité de son travail mais également pour sa personnalité asociale. L’ouverture de son deuxième salon à Londres l’oblige à s’installer dans la capitale anglaise pendant quelques mois. Il s’est entouré des meilleurs tatoueurs du pays et compte se consacrer à son art durant tout son séjour.
Lily Luce, jeune française fraîchement débarquée à Notting Hill, recherche un peu de calme dans son existence. Sa vie est compliquée depuis un an et elle souhaite faire une pause, ne serait-ce que quelques semaines alors l’invitation de son ami Ben à venir passer l’été chez lui est une offre qu’elle n’a pas pu refuser.
Le jour de l’ouverture du salon de tatouage, une rencontre frontale va définitivement sceller le destin de ces deux âmes brisées.
Elle a été engloutie par les ténèbres, lui se cache du monde alors seront-ils capables de se retrouver dans la lumière?

Touche moi
Elle me laisse la toucher. Elle n’a jamais été aussi belle qu’à ce moment précis, totalement à l’abandon, à ressentir chaque partie du corps d’Irina. Elle n’oppose aucune résistance, signe qu’elle me fait confiance. Je ne sais pas ce que j’apprécie le plus : avoir sa main dans la mienne ou la voir ressentir chaque courbe de ma sculpture. C’est exactement pour ça qu’elle m’a attiré à la seconde où j’ai posé les yeux sur elle, elle est vraie, elle ressent les choses dans une émotion pure. Elle ne se cache pas de ses sentiments- je crois qu’elle en serait incapable de toute façon- et j’adore ça.

 

Pour vivre heureux
Amanda, c’est joli comme prénom, c’est doux et je trouve ça rassurant, mais ce n’est pas le mien, bien que ce soit comme ça qu’on va m’appeler à partir de maintenant… Je dois fuir Dublin, je n’ai plus le choix, c’est une question de survie. Je sais que je serais en sécurité auprès de mon oncle Connor, qui tient un pub à Londres, mais je crois que ma rencontre avec Cal, l’homme le plus en vue d’Hollywood, ne va pas me faciliter la vie… Comment fuir dans la lumière ?
Comment se cacher près du soleil ?

3 commentaires sur « Discutons avec… Heymtey »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s